D'un service public..., à un public au service de..., l'air est à l'inversion.

Dans "C'est à dire" (1) d'hier soir..., émission d'un quart d'heure, à peine puisqu'en fait elle fait 10 minutes en moyenne, sur une chaîne d'un service qui n'a du souci du public, qu'une présentation des faits, des vérités, des réalités plus pudiques, qu'elle est l'appendice des chaînes privées et commerciales faisant que de la propagande (concurrence "oblige" vous répondront certains-es, ou encore voir du coté du statut de la nomination de son chef vous diront d'autres), était traité le sommet social sur l'assurance chômage... D'ailleurs même le mot "d'assurance" ici devient à questionner, tant il est présenté l’État providence et les chômeurs-euses comme coupable de tout..., et est incriminé dans le fait qu'il n'aurait plus les moyens..., pour ces gens là..., au chômage..., ce "cancer" quoi. Comme si c'était leur faute n'est-ce pas...?

Puis tant qu'on y est..., voulant propager la peste dans la conscience de l'opinion publique, ces temps de cerveaux devant être disponible et hébété devant leurs écrans..., sans en sourcer l’émetteur..., soit brouiller les pistes, remontant jusqu'au rôle des politiques de l'alternance et du patronat..., et d'autres encore..., quoi de mieux que de "discréditer" (2) ceux et celles qui de statut de vraie victime, on en ferait des coupables, des profiteurs-euses..., voir des adeptes de la "profitation"... Idéal..., quoi pour masquer ses intentions, que d'accuser son "chien" d'avoir la rage...  Et c'est ce qui ce passa à travers deux témoignages de chômeur-euse, dont l'un fut bien ciblé dans le fait d'assumer le fait d'un système qui lui donne ce droit...

 Bien sûr fut traité l'aspect gêne et autres anxiétés pathologiques du sujet anonyme... En superficialité..., du moins... Mais in fine le mal ayant été introduit à petite dose (par répétitions successives du message tant par la droite que la pseudo "gauche" politique, par des hauts fonctionnaires, des pseudos experts, etc..., tous-tes habitués-es des plateaux télé - et rémunérés-es combien pour ça...? - par accumulation de toxines "cancérigènes" (3)...) la peste du mensonge se propage... C'est sûr que comme cela l'opinion publique, croyant en ce sacro-saint service qu'elle espère impartiale, sera préparée à entendre une décision politique déclarant une baisse de l'indemnisation et du montant des prestations chômage à ces gens là...

De même que le format de l’émission, soit 10 minutes à discriminer et stigmatiser les chômeurs-euses, sur fond de déficit presque humanisé, et rendu plus insupportable dans son ampleur, que l"humanité des demandeurs-euses ainsi caricaturés-es, humiliés-es, est plus adéquate, passe mieux quoi..., qu'un format d'une heure et quart, dans l'émission qui suit nommé "C'est dans l'air"...

Nous sommes bien dans l'air du simplisme, de la simplification, du choc, de l'amalgame tant critiqué quand il est fait par le parti de la HAINE, crédité de populisme, dont l'image se veut faire la preuve..., sans réflexion..., sans analyse, sans source, etc...

C'est vrai malheureusement qu'il existe des fraudeurs-euses au ASSEDIC.... Mais "étrangement" il était dit dans l'émission qu'il n'existe pas d'étude et de chiffrage réel (sauf un montant en euros du coût assimilé en fraude). Avec tous ces hauts fonctionnaires se pavanant sur les plateaux télé à longueur d'antenne c'est sur que les études resteront muettes.

Notons que ce montant des petits-es fraudeurs-euses au ASSEDIC est, mais de très très loin inférieur (peut être 1% et encore)  de celui des 80 milliards d'euros fraudés, "évadés" optimisés chaque année (4)... Dont 32 milliards d'euros de fraudes à la TVA, quand chacun sait, bien sûr, que ce sont les chômeurs-euses qui ont les moyens de trouver des mécanisme pour frauder celles ci... Notons aussi que cette dernière somme faramineuse en terme de manque à gagner, de recettes fiscales quoi, pourrait à elle seule et rembourser les plus de 50 milliards d'euros des intérêt d'emprunt d’État - pour une dette publique en grande partie illégitime pour cause de taux usuriers entre autres - et d'une partie du budget de l'éducation, ou encore pourrait combler le  déficit budghétaire de l'année 2013 (plus de 72 milliards d'euros (5)).

Cette somme colossale qui est non seulement aucunement attribuable, pas de la responsabilité des seuls fraudeures-euses au ASSEDIC, pour faute de trop petite montant perçu à titre individuel, mais aux patrons, aux riches qui eux ont les moyens d'utiliser des mécanismes de fiscaliste illégaux et usités à l'échelle industrielle.., cette somme étant des délits financiers, elle n'est aucunement discutée...,  incriminée moralement, et sanctionnée même (en cause un verrou de Bercy (6)) tant politiquement que publiquement dans sa globalité et complexité... Sauf à segmenter sa structure dans un discours de technocrate et ne parler que d'une partie en stigmatisant et discriminant puis discréditant de fait, au passage, la parole des demandeurs-euses d'emploi, quand certains-es voudraient leur faire payer "leurs" erreurs, "leurs" fautes, "leurs" fraudes, soit "leurs" irresponsabilités, "leurs" immoralités (à eux-elles en responsabilités), en leur (les chômeurs-euses) diminuant leur droit tant dans la durée que dans le montant des prestations...

Ça, cette manière de présenter une pilule antisociale avec des épines d'oursin indigestes, c'est le secret des formats d'émission télé voulant dépolitiser les sujets  économiques et sociaux, etc,  en technocratiser leur complexité, soit en invitant qu'un intervenant venant faire sa propagande sans contradicteur (comme c'est de plus en plus le cas) soit en invitant de plus en plus rarement des intervenants politiques mais dans un format d'émission ou seuls les tenants du bipartisme maîtrises les sujets du jour et ont le max de temps de parole.

Pour en revenir aux moutons qu'on nous veut..., et docile, servile, et hébétés... Notons qu'en ne parlant (tant de la part des médias de masse privés et publics que de la bouche des politiques du bipartisme, de hauts fonctionnaires, etc) que des petits-es fraudeurs-euses au ASSEDIC et aux autres prestations sociales...,  mis dans le contexte d'un montant de déficit public des caisses de l'UNEDIC inquiétant (prévision de 22 à 23 milliards d'euros pour l’année 2014)..., sur fond de "crise" de "croissance", d'un "pacte de responsabilité" ressemblant à un marché de dupe, et dans celui de trouver des solutions politiques pour endiguer cette hémorragie budgétaire, à court-terme, puis ces conséquences à moyen terme, celles à venir, avec toujours plus de chômeurs-euses (7) (la est une contradiction avec ce fumeux "pacte") en voulant justement ne les cibler qu'eux-elles, les vrais victimes..., préparer l'opinion publique à les vilipender, les accuser de tout..., cela évite à l'intervenant se vantant d'être spécialiste de mettre l'accent sur les vrais responsables, les vrais coupables (cet adversaire sans visage - qui est pratique alors pour pas le trouver) du plus gros de la fraude aux cotisations sociales patronales (dont une part revient à la Sécurité sociale et l''UNEDIC) qui elles, comme son nom le dit est la part patronale et se chiffre à 20 milliards d'euros, TOUS LES ANS (8)...

Alors que d'un autre coté le gouvernement s'apprête à nous faire signer un marché de dupe et nous le faire payer cher tout de suite cet énième argent public (9) encore distribué à fond perdu à ce patronat - sans contreparties réelles, sans lois - en supprimant une part de ces cotisations sociales patronales (celle sur la branche famille), déjà exonérées, quand les caisses sont déficitaires, pour que soi-disant, d'ici 5 ans, il créé peut être un million d'emploi (certainement précaire comme le stipule l'accord l'ANI, et le prouve son comportement actuel). Rien ne choque personne ici...?

Lien 1 http://www.france5.fr/emissions/c-a-dire
Lien 2 http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2014/01/bloc-notes-hollande-accelerele.html
Lien 3 http://blogs.mediapart.fr/blog/pierro-juillot/031213/la-phase-terminale-du-cancer-de-la-societe
Lien 4 http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130122trib000744020/en-france-la-fraude-fiscale-couterait-60-a-80-milliards-d-euros-par-an.html
Lien 5 http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140116.AFP7767/le-deficit-budgetaire-2013-plus-eleve-que-prevu-par-le-gouvernement.html
Lien 6 http://www.mediapart.fr/journal/france/180613/fraude-fiscale-la-reforme-inachevee
Lien 7 http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/10/23/la-reprise-economique-n-est-pas-pour-demain-selon-l-ofce_3501416_3234.html
Lien 8 http://www.humanite.fr/social-eco/les-faces-cachees-de-la-fraude-patronale-la-secu-492191
Lien 9 http://blogs.mediapart.fr/blog/pierro-juillot/170114/le-chomage-cette-lente-mort-sociale

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.