Echo es tu là...?

"Être libre ou se reposer il faut choisir...!" Citation de Cornélius Castoriadis reprise par Pierre Larrouturou lors de l'Appel du Chatelet en soutien à la Grèce le 18 juin 2013.

"Être libre ou se reposer il faut choisir...!"

Citation de Cornélius Castoriadis reprise par Pierre Larrouturou lors de l'Appel du Chatelet en soutien à la Grèce le 18 juin 2013.


C'est ainsi que je traduis cette citation lorsqu'elle trouve écho dans ma conscience de citoyen-e
lambda sans frontière ...: Être libre de penser et réfléchir aux propos des politiques m’enjoignant, moi chômeur en "fin de droit", de fermer ma gueule parce que je ne suis qu'un "assisté" qui n'a pas à me plaindre de soit-disant profiter des aides sociales que je n'ai plus..., ou alors d'être prié de souffrir en silence et de m'immoler par le feu discrètement pour que le politique puisse plaindre le personnel des administrations choquées...? Alors libre je suis de leur répondre que de mon vivant je ne trouverai de repos que lorsque plus aucun mépris, plus aucune tromperie ni même veulerie et ineptie pareille, plus jamais de manipulation de la vérité de leur part m'ordonnera de me reposer sur ces lauriers artificiels, sur ces réalités virtuelles que ces politicien-es nous tressent pour nous bercer de l'illusion de leur suprématie intellectuelle à nous et me gouverner, par le simple bulletin de vote les ayant assis que trop confortablement dans ce conformisme de la pensé politique et économique unique.

Parce que choisir de se reposer aujourd'hui..., alors que tellement de souffrance inhumaine (radiation de Pôle Emploi automatisée, création de situation anticonstitutionnelle de "fin de droit") et pourtant institutionnelle (austérité programmée, défiscalisation de dividendes et bénéfices, dumping social et fiscal Européen, paradis fiscaux, etc) abrite tellement de cœurs meurtris (stigmatisation systématique des chômeurs-euses soit-disant fainéants-es quand il n'y a pas de travail pour eux-elles, précarisation généralisée de l'emploi, etc), de victime innocente (licencié pour cause soit-disant économique, casse du droit du travail, de la retraite par répartition, des services publics, etc) errant l'âme en peine en se laissant séduire par la haine et l"obscurantisme de politique absolue et totalitaire, d'enfance et leur mère sacrifiée sur l'autel du profit rentier " optimisé" dans l'immédiat..., choisir de se reposer devant ça..., n'est permis qu'à ceux-celles étant les seuls à disposer de ce temps, des moyens qu'il demande, quand ces moyens leur font gagner de l'argent en dormant, coupables qu'ils-elles sont de soit  ; de "jouer" les autistes devant ce massacre minutieux ; soit par confort intellectuel, c'est à dire par paresse mentale..., préfèrent croire les "louanges" de ces pseudo "dieux" politiciens-es ne leur vendant que des promesses que seuls les crédules peuvent encore gober aujourd'hui...!

J'ai choisi d'être réveillé, et de faire de cet éveil un combat de chaque instant, une Résistance non pas personnelle mais fraternelle, conscient que ce choix me coûtera peut être un emploi qui de toute manière ne m'aurait peut être pas été attribué, même si je m'étais tu..., même si je m'emprisonne de fait aussi...! Et donc, libre je suis de décider que je ne m'accorderais aucun repos dans mes mots, mes pensés, mes écrits de tout les jours, que ce soit pour moi, mes enfants, ma famille et vous tous-tes dans la même galère..., libre je suis de choisir de m'enfermer dans ce combat pour la liberté d'aimer la vie d'Abord et avant le fric...!

Ni martyr, ni héros, rien que le cri d'un cœur se voulant si généreux quand il s'épuise à donner ce peu qui lui reste...!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.