Le bon goût se perd...!

J'ai entendu au journal de canal + (anal - pour être honnête concernant les divertissements "politico-people" proposés), de ce soir une chose assez stupéfiante. Cela concerne une décision du "Conseil économique et social" qui " préconise, dans un avis qui doit être adopté ce mardi, de supprimer la date limite d'utilisation optimale (DLUO) sur les produits alimentaires pour ne conserver que la date limite de consommation (DLC)".

Non pas que cette loi me gène, bien au contraire. Il était temps même. Mais ce qui m'a stupéfait c'est qu'à la suite de cette annonce des industriels de l’alimentaire, sans aucune gène quant à eux, auraient déclaré en substance " les consommateurs risquent de moins jeter, et donc de moins acheter"... C'est à partir de 11 minutes.

Aurais-je si mal entendu, si mal compris, serait-je si embouché que ça, que mes neurones en resteraient scotchés...? Pour ces soit-diasnt "grands" industriels de la distribution, le gaspillage alimentaire phénoménale, coûtant si cher à la planète, aux renouvellement des ressources et des sols, aux génération futures, mais aussi aux plus modestes, en pèriode ou leur pouvoir d'achat est déjà au plus bas, puis va être fusillé par la hausse progressive des taux de TVA, ce gaspillage qui doit être réglé, régulé par des lois tombant sur le coup du bon sens..., ces lois leur font perdre leur perception des sens, du goût du savoir vivre...

A y réfléchir de plus près..., pour eux, les vaches à lait que sont les consommateurs-trices doivent jeter autant qu'ils-elles sont jetables. Serait-ce une autre forme du "bon goût" de la com., qui fut déclarer à M. Parisot que comme l'amour est précaire, pourquoi pas le travail...? Pire encore..., il faut dans l'absolue de leur sens..., bon que pour du profit privé à court-terme, arrosé d'argent public coûte que coûte et quoi qu'il nous en coûte..., que les consommateurs-trices soutiennent la croissance, la leur surtout... en se et nous consumant jusqu'à l'état de cendres...

Ce n'est pas la première fois que dans l'industrie alimentaire, la "grande distribution" s'illustrent un certain cynisme et une grosse hypocrisie, comme on a l'habitude de le voir aussi dans certaines pubs. Mais penser qu'ils auraient une limite à leur avidité stupide, leur mépris de leurs clients me permettait de croire encore, non pas au père noël..., mais à leur intelligence en tant que "responsable" et  soucieux du bien vivre et être ensemble... "Responsable" au niveau social comme environnemental..., à l'heure ou ils implorent qu'on leur fasse "confiance" à travers un pacte... Mais là je n'y crois plus et m'attend à entendre comme prochain argument un piteux chantage à l'emploi...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.