Il est l'heure ? A la "bonheur" !

Je réédite cet essai..., qui se veut amélioré. N'en déplaise à ceux et celles travaillant sous des filets dorés..., je fais de mes idées..., que ce qu'il me plaît. Et si certains-es..., m'interpellent sur mes éditions retoquées..., je leur rétorquerais..., je m’exécute comme certaines lois sens cesse remaniées... Vous savez…, comme celles refusées par ce CC, dont la sagesse n’a de valeur que celle de l’intéressement. Euphémisme doublé d'un pléonasme me diriez-vous, quant à cette valeur que je vois intéressée ? A raison vous répondre-je…, du simple fait que cette valeur est autant pécuniaire que sa rentabilité est renvoyée aux très gros profits de cette année exceptionnelle (voir les résultats du CAC40). Et donc, mon travail se veut et se doit être adapté continuellement, autant que faire ce peu…, qui est absent de mes et nos poches vidées.

 

A nous toutes et tous, les enfants de la galère,

Il est venu le temps, d'exulter nos colères.

Que de nos blessures béantes, jaillisse enfin le feu,

Embrasons l'enfer, pour qu'en pâlissent ces envieux.

 

Brûle incandescente furie, martèle à grand bruit,

Ce foyer tordant nos entrailles, d'une folle douleur.

Que raisonne dans les rues l'écho de nos labeurs,

Essaimons sa terreur, hantant nos pauvres nuits.

 

Divisés on nous veut, rassemblés nous seront.

Rendant nos tâches secrètes, sans cesse plus compliquées

Afin de mieux cacher l'ensemble de leurs méfaits,

Leur pouvoir confisquer, par notre devoir, osons.

 

Invisibles à nos yeux, prévisibles dans leurs vœux,

La dîme et la gamelle en inspirent les plus pieux.

En sommes-nous pour autant condamnés, oublieux ?

Allons quérir en cœur la mémoire de nos vieux.

 

Décortiquons la substance d'un jeu monnayé,

Qui fait que du savoir, nous en sommes tous privé.

Jalousement gardées, leurs forces sont concentrées.

Simplifions en leur sens, l'action pourra payer.

 

Allons cueillir la fin de la désespérance.

Signons la chute du règne de ce chacun pour soi,,

Étiolons leur royaume, celui de l'entre soi,

Allumons nos étoiles, festoyons dans la danse.

 

Paradisiaques exilés, tremblez belles chaumières,

L'heure est venue de vous voir subir la misère,

Exhortons l'optimisme de nos réjouissances,

Assemblons nos destins, réveillons notre puissance.

 

Pierre Juillot

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.