Un monde de oui-non

Un monde de oui-non

Sur la ligne il y a les oui d’un côté avec a leurs extrémités les super OUI et les non de l'autre avec leurs extrémités les super NON . Avec entre eux toutes les nuances de grandeurs d’écriture.

Au milieu il y a les peut être, qui parfois disent oui et non , et d'autre fois disent non et oui. Sur cette ligne il y a aussi les petits (?).

Les oui disent "les NON ce trompent, il faut les faire taire car il sont destructeurs", et, "Si on fait comme les nons le veulent, tu n'aura plus ta place sur la ligne."

Les non rétorquent "les OUI sont des ennemis, leurs idées sont néfastes il ne faut pas les écouter." et "Si les oui prennent trop de place tu ne pourra plus bouger sur la ligne.

Pendant ce temps Les peut être disent "oui mais non, non mais oui, chaque chose a du bon et du mauvais faisons la part des chose et tranchons" est aussi : "Écoute notre voix c’est celle de l’équilibre, et là tu pourra te sentir bien partout sur la ligne"

Tous ceci produisait de gros gribouillis, de grosses taches, et parfois des cassures qu’il fallait rafistoler tant bien que mal de peur de faire raccourcir, voir même, disparaître la ligne.

Un jour un petit (?) réussi a faire entendre sa voix en disant " Pourquoi vous battre vous avez tous un O chez vous ?"

A quoi les NON répondirent "Ça c'est une preuve supplémentaire de la volonté dominatrice des Ouis. Car justement leur O et la première lettre de leurs étiquettes ce qui signifie qu'il veulent être les premiers à marcher devant tous"

Les OUI rétorque : "Mais regarder le O des Nons il est au milieu et c’est leurs profonds désirs de vouloir nous enlever notre O de sa place"

Les peut être dire : "oui mais non, Tous est différents mais tous et liée par la même encre. non mais oui, il est essentiel de vivre en bonne entente."

Un (?) qui pour l’ensemble des points était reconnu pour érudit dis un jour : "Nous devons nous rendre compte que toute choses est en mouvement et que nous même ne somme pas statique dans ce système. Nous devons maintenant prendre en-compte le fait que : nous ne somme plus fait d’encre mais de 0 et de 1"

Pour certain la révélation fut assourdissante. Une fracture se créa et la ligne se dédoubla.

Plusieurs temps plus tard alors que la mémoire originelle de la fracture était perdu .


Un (?) se promenant sur la ligne rencontra par hasard un point croisant son chemin. il ne le reconnu pas pour un habitué du chemin tracé. "Dis d’où vient tu toi t’es un étranger ?"

"Oui et non lui répondis t"il “Là d’où je viens, je suis un (ni pour-ni contre), et je suis fais de la même texture que toi.là d’où je viens j'y perds mes points de repère je pense que c’est mieux ici.”

(?) : "C'est comment chez toi ?"

ni pour-ni contre : "ben il y a les pours, les contres, les supers-pour, les supers-contre et ceux qui ne sont pas concernés"

Après maintes palabre entre ces deux entités ils s’aperçurent qu’en réalité ils vivaient pratiquement la même chose.

Avec encore et toujours de gros gribouillis, et, de grosses taches, qui les emprisonnaient dans un conflit permanent.

De longues heures d’études plus tard, après maintes gribouillis, taches, cassures, ils comprirent qu’il n’était pas sur une ligne mais sur une feuille de papier numérique, et qu’ils devaient redéfinir leurs modes de pensées avec une vision plus large, et plus tolérante devant cette immensité sous peine de disparaître.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.