A quand le rétablissement de la satire comme étant de l’humour ?

Réflexions personnel suite a cette information que j'ai pu avoir grace aux Indignés du PAF:
http://www.csa.fr/Espace-juridique/Decisions-du-CSA/Emission-Le-Debarquement-2-sur-le-Rwanda-Canal-mise-en-demeure
"Le Conseil (CSA) a considéré que certains propos tenus dans cette séquence portaient atteinte à la dignité de la personne humaine, en dépit du genre humoristique auquel elle entendait être rattachée".
"En conséquence, le Conseil a mis en demeure Canal+ de respecter à l’avenir les dispositions de l’article 1er et du 1er alinéa de l’article 15 de la loi du 30 septembre 1986, ainsi que les stipulations du I de l’article 21 de sa convention."

Les comiques portés par les médias de mass subissent aussi le contrecoup de la censure imposé à Dieudonné M'bala M'bala.

À mon avis tout cela tend à empêcher toutes réflexions, sur des propos que je qualifierais de satirique.
Les médias doivent-ils réduire l'humour à des sujets qui ne fassent pas polémiques au détriment des sujets qui amènent de la réflexion. ?

Comme ici par exemple :
ou la violence faite sur les personnes pendant les guerres est cachée par les images et la bonne conscience des aides apportées aux survivants. (ici la recherche d'un enfant ayant perdu c'est parent). Comme une manière de ce voiler la face sur d’horrible événements.

De plus dans ces cas-là n'y aurait-il pas aussi une sorte d'aveuglement par les médias, voire de pénalisation à faire par le CSA concernant la surmédiatisation de Md Valérie Trierweiler sur sa rupture avec le chef de l'État au détriment du message à faire passer sur la pauvreté lors de sa visite en inde ?

Mais je m’aperçois d'une erreur dans mes propos j'oublie les effets de certains propos sur les personnes qui se sentent de très prés concernés par ce que je considère comme étant les choses du domaine satiriques. Au lieu de pénaliser, ne devrait-il pas y avoir possibilité de laisser la parole aux personnes concernées pour ouvrir, et grandir les discussions en toute impartialité ? ( j''entends par là sans diaboliser les personnes, ou groupe de personnes qui ont leurs propres objectifs sur quelque sujet que ce soit ).

« Entre Ce que je pense, Ce que je veux dire, Ce que je crois dire, Ce que je dis, Ce que vous avez envie d'entendre, Ce que vous entendez, Ce que vous comprenez... il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même... » Bernard Weber

« l'important n'est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir. » Bernard Weber

"Les poètes romains Horace (65-8 avant J.-C.) et Juvénal (v. 60-v. 140) représentent deux des écoles classiques de la satire : l’école espiègle et l’école cynique.
Tous deux utilisèrent la forme versifiée et contribuèrent au développement d’une poésie qui devait dominer la satire jusqu’au 18e siècle.
On a vu dans Horace l’homme d’esprit et d’humour, le critique optimiste et sophistiqué qui, quoique sérieux, demeure léger et « dit la vérité en riant ».
Juvénal, par opposition, apparaît comme le cynique plein d’amertume dévoré de colère, qui considère les gens comme incorrigibles et écrit pour blesser et châtier, et non pour guérir et instruire.
On peut donc dire que l’un était médecin et l’autre bourreau.
Il reste encore à développer pleinement la nature impartiale de la satire."

Texte trouvé dans le roman de Science fiction mission terre (tome 1) de L-Ron Hubbard

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.