« Genre » à l’école : non à l’ABCD, oui au B.A.-BA !

Après s'être affichée dans les médias, la théorie du genre pose question au parlement. Le groupe UMP a d'ailleurs demandé, le 24 février, la constitution d’une mission d’information parlementaire sur la question « Genre et éducation ». 

Bien avant les partis politiques, SOS Éducation - la plus grande association française indépendante réunissant parents d’élèves, grands-parents et professeurs - s'était déjà mobilisée au printemps dernier et lance aujourd'hui une grande campagne de pétition. SOS Éducation demande en particulier l’abrogation des « ABCD de l’égalité », dispositif expérimenté dans 600 classes de dix académies, un vrai cheval de Troie de l’idéologie du genre à l’école maternelle et primaire.

petition-abcd.jpg

« Nous constatons une vive inquiétude chez nos membres »,  souligne Jean Paul Mongin, délégué général de SOS Éducation. « Nous répondons depuis des semaines à leurs appels, avec trois types de questions qui reviennent très souvent :

  1. Existe-t-il une « théorie » du genre ?

  2. Les ABCD de l’égalité participent-ils d’une démarche idéologique ?

  3. Et pourquoi parle-t-on de rééquilibrer les pratiques pédagogiques en faveur des filles, alors que ce sont les garçons qui ont le plus de difficultés scolaires ? »

Les membres de SOS Éducation comprennent tout à fait l’intérêt d’étudier, à un niveau universitaire, les rapports entre l’homme et la femme au sein des différentes cultures. Mais ces recherches anthropologiques n’ont pas à être expérimentées à l’école. Vouloir déconstruire des repères chez l’enfant de maternelle ouvre la voie à une doctrine inquiétante !

Même si le gouvernement a eu soin de supprimer sur ses sites officiels un certain nombre de contenus tendancieux sur le ‘genre’, il suffit de regarder les vidéos accompagnant les ‘ABCD de l’égalité’ : « Lorsque l’on considère, remarque Jean Paul Mongin, qu’un enfant de 5 ans qui dessine son papa en pantalon et sa maman en jupe doit être rééduqué, on n’est plus dans la transmission d’un savoir objectif ! » Or l’idéologie n’a pas sa place à l’école : c’est le principe même de la laïcité.

SOS Éducation est en outre alertée par la multiplication des signes de défiance entre l’institution scolaire et de nombreux parents d’élèves, lesquels se sont sentis fondés à exercer ponctuellement un « droit de retrait » de leurs enfants, mettant en cause la moralité des enseignements, et suscitant une violente polémique. Ce climat délétère est peu propice à la sérénité qui est la condition sine qua non d’une éducation de qualité.

En conséquence, les membres de SOS Éducation lancent par une pétition en ligne, qui sera également imprimée à des dizaines de milliers d’exemplaires, un appel solennel au Président de la République François Hollande. Ils lui demandent de concentrer toute son énergie à remédier à la constante dégradation de nos performances éducatives, et de prendre, à la veille d’échéances électorales importantes pour notre pays, les mesures d’apaisement qui s’imposent, en retirant le dispositif des « ABCD de l’égalité ».

Lien vers la pétition : http://petitions.soseducation.org/non-au-genre-ABCD-a-lecole-mais-oui-au-B-A-BA/
Contact : presse@soseducation.org

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.