Les Veilleurs face à l'Élysée

 

Récit de la soirée du 3 juillet par des Veilleurs

03 Juillet, Hotel de ville, le récit de la soirée

Le récit de la veillée d’hier soir place de la République, mercredi 26 juin. Récit par Xavier, photos deCalamity-cam.

*

Pour leur 20ème veillée parisienne, c’est la place de l’Hôtel de Ville qui a été choisie par les Veilleurs qui devaient s’y retrouver à parti de 21h30. Cela ne semblait pas au goût des forces de l’ordre qui décidèrent de fermer la station de métro « Hôtel de Ville » (sur ordre de la préfecture de police, en raison d’une « manifestation sur la voie publique ») et de mettre des barrières tout autour de la place.

crs et opposants  

Malgré tout, le lieu de la veillée est maintenu, et les Veilleurs s’installent rue de Rivoli, le long de la place. Ils sont bien vite encerclés par les forces de l’ordre tandis que de l’autre côté de la route, un groupe d’une vingtaine de personnes leur hurlent « homophobes, assassins ! » tout en agitant des drapeaux arc-en-ciel.
Les forces de l’ordre sont visiblement étonnées du nombre important des Veilleurs et de leur volonté de réaliser cette veillée, quoi qu’il en soit. Sous leur escorte et tout en chantant le Chant de l’espérance, ils se déplacent au bout de l’avenue Victoria, située juste en face de l’Hôtel de Ville et fermée à la circulation.

deplacement banderole

Les Veilleurs sont alors plusieurs centaines, mais les forces de l’ordre empêchent les nouveaux arrivants de rejoindre le groupe. Il est même demandé à un veilleur trop près du cordon de CRS de quitter les lieux, de sortir de l’avenue Victoria. Au bout d’un quart d’heure, la situation sera rétablie avec une possibilité d’entrée par le Quai de Gesvres.

Pendant ce temps-là, la veillée continue, sous les thèmes liberté et responsabilité. Un hasard devient rapidement  un symbole : sur la façade de l’Hôtel de Ville, les mots Egalité et Fraternité de la devise républicaine sont éclairés tandis que le mot Liberté reste plongé dans le noir.

Devise hotel de veille

Les fameuses expériences de Milgram sont revues pour expliquer les délitements de responsabilité. François-Xavier Bellamy, professeur en philosophie et intervenant régulier des veillées, explique ce qu’est la liberté. Il y a toute d’abord la liberté de faire ce que l’on veut, mais sans se soucier des conséquences.

 C’est une liberté adolescente, une liberté sans responsabilité. La société est actuellement plongée dans cette liberté qui, à la fois, a participé à un certain nombre des crises actuelles mais est aussi au cœur du discours des partisans au mariage homosexuel (« cette loi ne change rien pour vous, alors vous devriez vous en ficher »). Mais la vraie liberté, est celle en pleine responsabilité : je choisi les actes que je pose et je les assume. J’accepte les conséquences de mes actes et c’est pour ça que je peux dire que je les ai choisis librement.

 flamme

Jean-Baptiste et Myriam prennent ensuite la parole pour nous donner les bons conseils en cas d’interpellations : toujours rester poli, vouvoyer les policiers, rester calme, ne pas avoir d’objet pouvant être considéré comme une arme sur soi (pas d’opinel, par exemple),… Il rappelle que nous ne sommes pas tenu de signer les papiers que l’on nous donne et qu’il est même possible de refuser de signer un procès-verbal et d’y ajouter par écrit les motifs de ce refus. En cas de garde-à-vue, il faut demander un médecin et un avocat. Il ne faut pas non plus hésiter à garder le silence.

Paris s engage pr la liberte

Puis Amaury, avocat, nous confirme qu’il était totalement illégal d’interpeller les 52 Veilleurs la semaine dernière et de les conduire rue de l’Evangile. Il attire l’attention des Veilleurs sur les bonnes ambiances avec les policiers qui interpellent : cela ne doit pas distraire et il faut rester très attentif à tout ce que l’on dit et encore plus à tout ce que l’on signe. Amaury nous cite également un certain nombre de phrases prononcés par des officiers de police judiciaire lors de cette soirée de mercredi dernier : « vos arrestations sont politiques et nous le savons », « 90% des gens dans les commissariats sont avec vous », « continuez votre combat, il est noble »,… 

Des informations sur la grande marche des Veilleurs de cet été ont été données. Celle-ci partira le 10 août du Nord de Bordeaux et arrivera aux abords de Notre-Dame-des-Landes. Les 29, 30 et 31 août se déroulera le « Paris des Veilleurs », marche autour de la ville de Paris avec bien sûr des veillées chaque soir. Cette marche n’a pas pour but de simplement se rencontres parmi les veilleurs mais bien d’aller au-devant des Français.

Gauthier

 Parmi les nombreuses autres interventions, il faut noter celle de Denis Tillinac, journaliste et écrivain, qui a dit toute son admiration et amitié pour les Veilleurs. A la fin de cette prise de parole, les organisateurs annoncent qu’ils ont demandé aux forces de l’ordre de pouvoir rejoindre les veilleurs debout de la place Vendôme mais que cela leur a été refusé. Il est donc décidé de disperser les Veilleurs qui pourront aller veiller devant un autre lieu, tenu secret. Le nom de ce lieu est chuchoté de Veilleur en Veilleur, et bientôt la place est vidée. Le lieu est tenu secret pour que son accès ne soit pas empêché par les forces de l’ordre.

lieu rdv

Par des chemins différents et en essayant d’aller le plus vite possible, les Veilleurs vont donc individuellement confluer vers un point unique : le Palais de l’Elysée. Après cette marche de quelques kilomètres, chacun arrive aux abords du Palais.

marche

Les forces de l’ordre repoussent violemment les Veilleurs arrivés mais leur nombre grossissant de plus en plus en vite, elles sont rapidement dépassées. Las, les renforts arrivent et les Veilleurs décident donc de s’asseoir sur place. Le chant de l’Espérance s’élève de leurs rangs tandis que les policiers les arrachent un à un pour les traîner sur quelques mètres.

veilleurs bloques

Mais sitôt dégagé de l’emprise policière, le Veilleur retourne s’assoir avec les autres. Parmi les forces de l’ordre certains n’hésitent pas à insulter les Veilleurs. La force est employée dans le seul but de faire mal, comme en tirant les Veilleurs par les oreilles. Cela n’entame pas la non-violence et la bienveillance des Veilleurs. Des vêtements sont arrachés, des Veilleurs doivent rentrer chez eux en raison de blessures. Cela aura eu lieu sans que la moindre sommation n’ait été prononcée, ni la moindre demande de dispersion.

veilleurs elysee

Ceux-ci sont regroupés en face de l’ambassade de Colombie. Ils décident donc de poursuivre sur place la veillée et, comme la semaine dernière, c’est l’extrait de L’Homme révolté de Camus qui marque la reprise. A la suite, de nombreux témoignages personnels se succèdent : Madeleine, visiblement très émue,  demande aux forces de l'ordre de s'associer, à la suite de la CRS du Mans, pour publier ensemble des textes dénonçant les ordres absurdes qu'ils reçoivent et les situations illégales auxquelles ils sont acculés. Un homme témoigne de la nécessité de bienveillance, y compris vis-à-vis de ces hommes qui font un usage illégal de la force envers les Veilleurs. Il n’en demeure pas moins que les Veilleurs veulent marquer la responsabilité individuelle de ces policiers et lisent donc un extrait du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc de Péguy : « Complice, complice, c’est pire que coupable ! ». Certains policiers tournent la tête mais la grande majorité reste désintéressée. A l’intérieur de l’ambassade de Colombie, quelqu’un dépose brièvement une bougie sur le rebord de sa fenêtre.

bloques elysee

A 3h15, les Veilleurs annoncent leur dispersion mais alors qu’ils rentrent chez eux par petits groupes, ils sont bloqués par les policiers sur la place de la Concorde qui leur refuse tout autre accès que la rue Rivoli. Les Veilleurs leur explique que cette interdiction est tout à fait illégale et qu’ils ne sont donc tenus de ne pas la faire appliquer, malgré les ordres. Arrive un capitaine qui dit que c’est lui qui a donné cet ordre. Quand je lui rappelle son illégalité, il me dit qu’il est au courant, mais qu’il ne s’agit pas d’un ordre manifestement illégal et que ses hommes doivent donc y obéir. Je lui réponds que par cette phrase, l’ordre devient manifestement illégal et lui demande donc son numéro de matricule, ce qu’il refuse. « à partir de deux, vous êtes un attroupement ». Le commissaire divisionnaire arrive sur place et s’emporte vivement contre les Veilleurs en leur sommant de se disperser. On lui explique que ce sont justement ses hommes qui ont refusé cette dispersion. Un autre policier s’emporte également contre un veilleur qui tente de lui expliquer le droit : « Je m’en fous, vous dîtes n’importe quoi, vous ne savez pas de quoi vous parlez ». Finalement, un groupe de Veilleur part tandis que deux qui habitent en direction de la place de l’Etoile sont gardés sur place par deux policiers.

Ceux-ci sont à la fois troublés devant l’inutilité de leur mission, certains accusent les veilleurs d’être à l’origine de la montée de violence ailleurs en France car, « à cause d’[eux] toutes les forces de l’ordre sont ici ». Finalement, ces deux Veilleurs sont autorisés à rentrer chez eux au bout d’une vingtaine de minutes à condition de traverser la Seine.

Source

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.