pihoute
Abonné·e de Mediapart

111 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 juin 2013

"A legend is born" : les veilleurs face au Ministère de la justice

pihoute
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est une course-poursuite inattendue qui s'est engagée dans la nuit de mercredi 4 à jeudi 5 juin, au cœur de Paris. Les "Veilleurs", ce mouvement qui a éssaimé dans toute la France, prônant une résistance pacifique à la loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels, ont mené une charge étonnante.

Leurs habituelles veillées parisiennes (c'était la seizième) se tiennent, autour de bougies, sur une place ou une esplanade, parfois au milieu des échauffourées opposant forces de l'ordre et manifestants. Ils lisent des textes d'Hugo, Jaurès ou Bernanos, écoutent l'un ou l'une d'entre eux jouer du violoncelle, entonnent le chant scout "L'Espérance". Un silence impressionnant régne entre les quelques dizaines ou centaines de participants, qui, pour applaudir, agitent les mains à la manière des sourds-muets.

Ce mercredi, les veilleurs se sont réunis face à l'Institut de France. Les chants, les prises de paroles se sont succédées, faisant notamment état de la vague d'arrestations qui frappe les opposants à la loi Taubira, voire même les simples porteurs de sweat-shirts frappés du logo de La Manif pour tous. On parle des veillées à venir, de l'organisation d'une marche-relais à travers la France. Quelques politiques, comme Hervé Mariton, les rejoignent. Vers minuit, Axel, qui dirige la veillée, demande aux participants, au nombre d'un petit millier, de se préparer à faire mouvement. Ils se lèvent et le suivent en silence. 

Où vont-ils ? Ils longent les quais, traversent la Seine, accélèrent. Au milieu d'eux, quelques policiers en civil, manifestement dépassés, indiquent des directions contradictoires par leur oreillette. Un avocat met l'un d'entre eux en demeure de porter son brassard. Après une brève altercation, celui-ci s'exécute. Des CRS tentent de suivre par petits groupes, le cortège change à plusieurs reprises de direction, pour finalement s'approcher de la place Vendôme. Le pas se presse, c'est une vraie course qui s'engage entre les forces de l'ordre lourdement équipées et les 300 ou 400 jeunes qui se trouvent en tête. Ceux-ci parviennent à se regrouper et à s'asseoir... aux portes du Ministère de la Justice. Et d'entonner "l'Espérance". Les lectures reprennent, ponctuées par des chants. Pendant ce temps, les policiers font place aux CRS, qui encerclent le groupe. Les paniers à salade arrivent.

Il est une heure du matin. Un policier entreprend de faire une première sommation pour disperser les manifestants, mais son mégaphone l'abandonne. Les veilleurs lui proposent le leur... Un autre mégaphone est apporté. Sommation. La jeune femme qui était en train de parler au micro s'interrompt pour répondre aux policiers : sont-ils vraiment là où est la violence ?

Deuxième sommation "avant usage de la force". Des journalistes commencent à arriver. Médiatiquement, c'est un sacré coup, la nervosité des forces de l'ordre, pendues à leurs radio, le démontre assez. De l'une d'entre elles, on entend distinctement "Ceux qui ne partent pas, on les embarque." Dernière sommation. Axel invite ceux qui le souhaitent à se retirer. Une centaine de personnes se lèvent, et passent derrière le cordon de CRS, sans quitter la place, rejoignant un petit groupe de veilleurs qui n'avait pu arriver avant le verrouillage. Les CRS continuent d'arriver par dizaines, aménagent un corridor jusqu'aux paniers à salade, et refoulent les observateurs. Les Veilleurs demeurant au pied du Ministère, au nombre de 150 environ, annoncent qu'ils resteront jusqu'à deux heures, puis se mettent à lire un texte d'Aragon.

Il est une heure et demi. L'ordre fuse "On va faire un rateau !" Les CRS prennent leurs dispositions, tandis qu'imperturbable, Axel entreprend la lecture d'un texte du philosophe Fabrice Hadjadj, "Pour un Manifeste des Émerveillés". Au loin, les veilleurs refoulés, rejoints par d'autres, entonnent "l'Espérance". Une fille offre une fleur à un policier.

 Les CRS ne bougent pas. Les minutes passent, une, puis deux, puis trente. Peu après deux heures, Axel annonce la dispersion dans le calme. Les veilleurs se lèvent, et quittent la place sans être inquiétés, rejoignant les quelques dizaines de personnes tenues à l'écart. Apparemment, aucune interpellation n'a lieu.

Ne restent sur la place que les forces de l'ordre, et sur les murs, cette drôle de publicité : "A legend is born".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP