Neutralité du net - l'avis de Pierre Danon © IDPI01
Neutralité du net - l'avis de Pierre Danon © IDPI01

 

Pierre Danon, actuel dirigeant de Volia, opérateur télécom en Ukraine, et ex-PDG de plusieurs opérateurs européens, relance dans une interview récente la question du paiement à l’usage d’internet, dont on sait ce qu’elle cristallise des tensions engagées entre logiques économiques et enjeux idéologiques à propos de la dite « neutralité du net ».

 

Le parallèle que fait Pierre Danon entre la question de la neutralité du net et l’adoption de la loi hadopi est symptomatique de la difficulté à penser un modèle de rémunération des acteurs d’un réseau qui s’est développé, au moins dans l’imaginaire collectif, en suivant un principe de gratuité et de non-discrimination.

 

Or, rappelle Pierre Danon, produire ou acheminer des contenus a un coût, qui doit être supporté afin de rendre possible l’investissement, en particulier dès qu’on sort des «autoroutes» de l’internet : de même que les contenus «pointus» ne peuvent se rémunérer par la seule vente d’espaces publicitaires, de même les zones géographiques enclavées ne pourront-elles être équipées d’accès haut débit que si un modèle d’exploitation économiquement rationnel est mis en place.

 

Dans cette logique, un engagement contributif faisant du consommateur le payeur, à proportion de son usage, paraît aller de soi, pourvu que cela permette de diversifier les contenus, d’augmenter la profondeur du réseau, mais aussi de résoudre les problèmes de bande passante que connaissent bien les internautes qui cherchent le soir à se connecter à Youtube !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 08/02/2012 14:20
  • Par yt75

Les priorités (plutôt orienté contenu et usages que réseau) devraient être :

1) mise en place d’une alternative non monopolistique de
publication sur internet avec achat à l’œuvre offrant une réelle plus
value à acheter par rapport à pirater (j’ai acheté ça ça marche et puis
c’est tout, je ne m’occupe d’aucun fichier, copies, backups, etc,
concept atawad), ce qui quoi qu’on en dise à plus ou même beaucoup plus à
voir avec le besoin d’une nouvelle fonction et séparation des rôles
qu’avec des questions techniques (cf web en place) :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/
ou texte (2007) :
http://iiscn.files.wordpress.com/2011/03/copies_licences.pdf
2) Ne pas laisser la « bataille de l’identité sur le
net »(utilisation compte facebook, twitter, g+, au autre pour se loguer
sur quasi tous les sites ou services) à deux ou trois monstres (prônant
en plus le nom anonymat et vente/utilisation données personnelles),
et en voyant cela plus ou moins comme une
fatalité, alors qu’il n’en est rien (à ce propos idenum début d’analyse):
http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/
3) Si lutte anti piratage, arrêter de faire tout à l’envers, c’est à dire prendre l’approche :
a) concentrée sur les centres et non utilisateurs finaux (il y a
toujours des centres du fait du besoin de catalogues, « peer to peer »
aussi vaste hypocrisie dans les termes et tout le monde le sait)
b) Aucun besoin de monitorer/superviser les flux utilisateurs finaux.
c) besoin de procédures légales et publiques pour le filtrage/blocage
des sites, au lieu des simples opérations de police de l’approche
hadopi:
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc
4) Et pourquoi pas cesser le détournement des adjectifs virtuel ou immatériel autour d’internet numérique et compagnie, et pour l’informatique en général, peut-être sortir de
son syndrome paroxystique du cordonnier toujours le plus mal chaussé :
http://iiscn.wordpress.com/about/