pihoute
Abonné·e de Mediapart

111 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 déc. 2013

De l’analyse des fibres en matière criminelle

pihoute
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Colonel Daoust, directeur de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN — institut partenaire du DIM Analytics, qui coordonne en Ile-de-France les laboratoires innovant en matière d’analyse chimique) se félicite des progrès récents en matière d’analyse : « Il est de moins en moins facile de fabriquer de fausses preuves. À la limite, les malfaiteurs ont meilleur jeu de brouiller les cartes en laissant de multiples traces qu´il sera difficile d´interpréter, et encore... »

En effet, les avancées de la chimie analytique parviennent à faire parler toujours davantage d’indices. Dernière évolution en date, l’analyse des surfaces textiles qui s’intéresse aux traitements des fibres laissées sur les scènes de crimes. En effet, les chercheurs ont mis au point une technique pour identifier de manière plus précise la provenance de tissus. « Les fibres de coton blanc sont si communes et ont si peu de traits distinctifs qu'elles étaient largement ignorées par les légistes sur les scènes de crime », constate Brian Strohmeier, chercheur à Thermo Fisher Scientific, une société basée dans le Massachusetts. « Mais la plupart des tissus d'aujourd'hui passent par divers procédés de fabrication et de traitement - pour les rendre résistants aux tâches ou imperméable à l’eau par exemple – laissant des produits chimiques organiques uniques à la surface des fibres. Donc, en analysant la signature chimique de la surface des fibres, on peut, par exemple, identifier l'origine des fibres de tissu trouvées sur les scènes de crime. » Pour mettre au point cette nouvelle méthode, les chercheurs ont adapté la technique appelée spectroscopie de photoélectrons (X-Ray Photoelectron Spectroscopy — XPS), qui permet de mesurer le nombre d'électrons émis dans un intervalle en fonction de l'énergie de liaison des électrons. Chaque élément chimique étant caractérisé par un spectre unique, cette méthode spectroscopique permet d'analyser précisément la signature chimique d'un matériau donné. « La XPS était utilisée auparavant pour caractériser la nature des fibres textiles qui n'ont pas de revêtements chimiques », explique Strohmeier. « Mais elle comportait certains inconvénients, comme la durée de l’analyse ou la nécessité de grandes surfaces d’échantillon. » Et surtout, elle ne permettait pas de distinguer des matériaux identiques ayant subi différents traitements chimiques.

Pour étudier la chimie des fibres traitées, les chercheurs ont besoin d'aller plus loin et d’analyser les couches juste en dessous de la surface. Pour ce faire, ils procèdent à l’irradiation aux ions d’argon de leurs échantillons. L’exposition à un faisceau d’ions d’argon crée un trou peu profond sur la surface de la fibre et révèle la couche sous-jacente. Par une sorte de dynamitage de la première couche de l’échantillon, avec peu de dégâts en dessous, on permet ainsi à la spectroscopie de faire une analyse plus profonde. Et d’identifier les différentes couches composant la surface des matériaux textiles, pour en déduire les processus de fabrication, et donc, potentiellement, l’origine.

Parallèlement, les instruments XPS se sont améliorés et l'analyse peut désormais se faire sur des échantillons de quelques dizaines de microns carrés seulement. Bien que, du fait de leur coût notamment, leur usage ne soit pas encore généralisé dans les instituts de recherche légale, ils devraient à terme permettre un approfondissement considérable de l’analyse des lieux de crime. « On va pouvoir réouvrir grand nombre de dossiers », se félicite, à l’IRCGN, le Colonel Daoust.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologistes et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal — Police
Non-lieu définitif pour un policier qui avait tiré 10 fois sur un chauffeur en fuite
La Cour de cassation a confirmé le non-lieu en faveur d’un policier qui avait, en janvier 2018, blessé un conducteur en fuite, tirant à dix reprises avec son arme. Une vidéo révélait pourtant que l’agent avait menti en accusant le chauffeur d’avoir voulu le percuter.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss