Arrêter les crimes, TOUS LES CRIMES !

serveimage?url=http%3A%2F%2Ftse3.mm.bing.net%2Fth%3Fid%3DOIP.Mc5dceb91a63102ea5759a6be9982caa0o0%26pid%3D15.1%26f%3D1&sp=fae7eb0373b3959ed57e8b3780b89841

 

Le massacre de Paris nous montre qu'il n'y a plus d'insouciance.

Des jeunes riaient, dansaient, vivaient . Leur vie s'est arrêtée ou leur avenir s'est brisé .

 

Comme si vivre les rendait coupables de tout le reste.

 

Et les monstres répondent aux monstres comme des monstres.

Par la violence et la haine.

Aux fusillades, aux gilets d'explosifs répondront les avions et leurs bombes.

Qui se lassera le premier ?

 

Pour les assassins politiques, les assassins médiatiques, nous sommes visés parce que nous incarnons, la liberté, la vie, la démocratie .

 

 

La liberté ?

Celle des millions de chômeurs sommés de chercher des emplois qui n'existent pas ?

La vie ?

Celle des sans-papiers, des sans-domicile , des sans-avenir ?

La démocratie ?

Celle de l’état d'urgence, de l'état d'exception !

 

Les assassins politiques, les assassins médiatiques, les avez-vous entendus quand on mitraille et déchiquette les Irakiens chaque jour depuis si longtemps?

Les avez-vous entendus quand des bombes éclataient à Ankara ou à Beyrouth ?

Les avez-vous entendus pleurer sur les touristes russes morts dans le Sinaï ?

 

Si nous incarnions la liberté, la vie, la démocratie, nous serions hors d'atteinte des monstres car ils imagineraient notre réponse :

 

Nous n'enverrions pas d'avions inutiles bombarder Raqqa, mais nous chercherions la paix pour les peuples martyrisés de Syrie et d'Irak, sans opposer un « camp du Bien » au « camp du Mal »

Nous saurions que le pétrole est une malédiction pour ceux qui en ont et pour ceux qui le désirent au prix du malheur, quitte à s'allier avec le Diable.

 

Nous mépriserions l'or des satrapes. Nous ne vendrions plus d'armes par goût de créer plutôt les outils de la vie.

Nos regards vers les femmes et les hommes d'ailleurs diraient le respect et nos mains se tendraient.

 

Alors l'écho ne renverrait plus le cri des assassins .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.