CMB ARKEA Avis de recherche

 

rien.gif

 

JPEG - 135.9 kolégitime défense


SUR LES ECHOS.fr, on trouve un article remarquable :


Finance Marchés Actualités

Arkéa pénalisé par la charge fiscale et la crise en Bretagne

Par Stanislas Du Guerny | 06/03 | 07:00

Son résultat net a sensiblement reculé, à 168 millions d’euros. La collecte a progressé lui permettant de limiter ses besoins de refinancement.

Le Crédit Mutuel Arkéa marque le pas, mais ne plie pas. Comme les autres banques à réseaux, son résultat net recule sensiblement en 2012, pour revenir à 168 millions d’euros, loin du record historique de 260 millions atteint en 2011. Si la conjoncture économique explique en partie cette baisse, dans l’entourage du président, Jean-Pierre Denis, on précise que les taux d’imposition multipliés par trois en deux ans pèsent très nettement sur la situation d’Arkéa, qui a versé 124 millions d’euros au fisc pour l’exercice 2012.

Pour s’adapter à ce haut niveau de prélèvements, les dirigeants du groupe, dont les revenus de banque et d’assurance baissent légèrement de 2,2 %, à 1,6 milliard d’euros en 2012, entendent poursuivre leur stratégie de conquête commerciale « tout en étant très attentifs aux frais de gestion ». Tous les emplois seront maintenus et des recrutements sont probables, mais à un niveau sans doute moins élevé qu’au cours des exercices passés, puisque Arkéa embauchait près de 800 collaborateurs supplémentaires par an.

Ces renforts surtout commerciaux lui ont permis d’effectuer une collecte d’épargne record de 4,8 milliards d’euros l’an dernier, doublée par rapport à 2011. Arkéa est d’autant plus enclin à poursuivre ses efforts en matière de collecte que celle-ci lui permet de limiter sa dépendance vis-à-vis du refinancement pour se mettre un peu plus à l’abri d’un éventuel redémarrage de la crise dans la zone euro. Sa trésorerie excédentaire de 5 milliards d’euros d’encours moyen contribue à renforcer ses fondamentaux financiers.

Cette banque territoriale, qui tire une partie importante de ses revenus de son fief historique breton, joue d’autant plus la prudence qu’elle est évidemment très dépendante de son environnement économique, d’où une hausse de 4,2 % du coût du risque, pour atteindre 116 millions d’euros en 2012. Un tiers des Bretons sont clients du Crédit Mutuel Arkéa, qui se trouve confronté directement ou indirectement aux difficultés sociales de groupes de l’agroalimentaire comme Doux ou Gad, mais aussi de PSA à Rennes. Cette fragilité d’une partie du tissu économique n’empêche pas la direction d’Arkéa de tabler sur une année 2013 rentable et en croissance.

Stanislas du Guerny, Les Echos

Correspondant à Rennes

Les chiffres

168 millions d’euros

Le résultat net de Crédit Mutuel Arkéa en 2012, en recul de 35 % par rapport à 2011. 1,6 milliard d’euros

Les revenus provenant des activités de banque et d’assurance en 2012, en recul de 2,2 % sur un an. (fin de l’article)

http://www.lesechos.fr/entreprises-...


D’autres sources donnent des chiffres légèrement différents (42 % de recul et non 32%) mais je suis partisan de ne pas chipoter pour quelques millions et dans l’affaire qui nous intéresse, le CMB n’a pas chipoté non plus .


Analyse

... dans l’entourage du président, Jean-Pierre Denis, on précise que les taux d’imposition multipliés par trois en deux ans pèsent très nettement sur la situation d’Arkéa, qui a versé 124 millions d’euros au fisc pour l’exercice 2012. ...

Dans une banque dite mutualiste, « la banque à qui parler », il faut en effet s’adresser à l’entourage du Président.

Même Dark Vador a le droit à la tranquillité, non ?

Et le Code du Travail version Parisot n’interdit pas à Monsieur Denis de prendre des vacances sur l’île bretonne qu’il a fait reconstituer dans le Pacifique, tout de même.

JPEG - 40 koplaisance

On l’a vu, ces derniers temps ? Ou plutôt on l’a entendu ? Son avion est toujours encadré par une escadrille de chasseurs de Landivisiau . Et son voilier permet au moins de repérer le sous-marin nucléaire qui l’escorte.

Le localiser par rayonnement infra-rouge ? Ça supposerait un peu de chaleur humaine et on essaye. Mais pour consacrer TOUTE son énergie à une banque mutualiste, on doit forcément limiter les pertes par rayonnement.

Donc le CMB/Arkéa (Crédit mutuel, autrefois, c’était plus joli à l’oreille qu’Arkéa et ça se comprenait bien, non !) est pénalisé par « la charge fiscale » et la crise en Bretagne.

Charge fiscale, charges sociales (c’est pire au pluriel) … …

Au CMB, ils engagent des portefaix comme cadres ???!!!

Charge fiscale, charge fiscale, … D’abord, les bateaux il faut les immatriculer ailleurs que dans le Golfe du Morbihan pour arranger ça, ensuite, les paradis fiscaux, il en reste encore, tout-de-même. C’est interdit aux Mutualistes ?

Charge fiscale, charge fiscale …Ils ont des frais les bolcheviks de Cahuzac (Ah ! Il s’est absenté aussi ?!) pour entretenir les riches et pour être à peu près présentables quand ils rendent visite aux Maîtres du monde !

« … les taux d’imposition multipliés par trois en deux ans pèsent très nettement sur la situation d’Arkéa, qui a versé 124 millions d’euros au fisc pour l’exercice 2012. ... »

Le monde est injuste, Monsieur Denis, et de plus en plus .

On voit même des mises en examen pour abus de faiblesse de personnes connues pour leur philanthropie et leur désintéressement . Et pas un président d’amicale de boulistes, non, vous voyez qui ? Mais Non, pas Berlusconi ! Lui s’attaquait plutôt aux jeunes filles.

Où va-t-on ?

« Pour s’adapter à ce haut niveau de prélèvements, les dirigeants du groupe, dont les revenus de banque et d’assurance baissent légèrement de 2,2 %, ... … »

Lisant en diagonale, j’avais bêtement enregistré que les revenus des dirigeants avaient baissé de 2,2 % … alors que le résultat net de la banque baissait de 35% . Comme les revenus des dirigeants avaient augmenté de 79 % en 2010 … alors que le résultat progressait de 77 %, ce n’était pas illogique de faire un rappel d’environ 2 % ce qui fait tout de même sur un salaire : 615 000 x 2,2 % = 12 300 euros et en ajoutant les salaires des autres dirigeants, on dépasserait … … NON !

On dépasserait LA DETTE DE MICHEL MADEC ???!!!

Madec ? Oh ! Vous ne pouvez pas savoir qui c’est, Monsieur le Président, votre entourage hésite à vous en parler …

Les

« … renforts surtout commerciaux lui ont permis d’effectuer une collecte d’épargne record de 4,8 milliards d’euros l’an dernier, doublée par rapport à 2011 … »

Et dire qu’il y a un gentil juge ou un juge gentil qui s’oppose aux collectes chez les vieilles dames handicapées … mais qu’est-ce qu’ils vont chercher ?

« … Cette banque territoriale, qui tire une partie importante de ses revenus de son fief historique breton, joue d’autant plus la prudence qu’elle est évidemment très dépendante de son environnement économique, d’où une hausse de 4,2 % du coût du risque, pour atteindre 116 millions d’euros en 2012. … »

La prudence consiste par exemple à diminuer les risques pour le prêteur et l’emprunteur en vérifiant qu’il est solvable, on me corrigera si je me trompe mais 116 millions d’euros, c’est peut-être un peu trop non, il y a beaucoup de ’Madec’ par ici mais pas des milliers tout de même !

« … Un tiers des Bretons sont clients du Crédit Mutuel Arkéa, qui se trouve confronté directement ou indirectement aux difficultés sociales de groupes de l’agroalimentaire comme Doux ou Gad, mais aussi de PSA à Rennes. ... »

On voit bien que c’est un journaliste qui écrit parce que si c’était de la communication, je suppose que le CMB aurait corrigé : « un tiers des bretons sont « sociétaires » du Crédit Mutuel Arkéa ! »

Et une banque MUTUALISTE aurait évoqué « le drame » des salariés de Doux et de Gad, mais aussi de PSA et non les « difficultés sociales de groupes … comme Doux » à moins que les actionnaires de Doux aient sombré dans la misère … … ?

Après tout cela comment souhaiter autre chose qu’ une

« bonne année 2013 rentable et en croissance. »

… POUR LES UNS ET CEINTURE POUR LES AUTRES !

Aujourd’hui le « CLIENT » du CMB MICHEL MADEC EN EST AU 22ème JOUR DE GREVE DE LA FAIM !


La commission d’endettement proposerait un étalement de sa dette, c’est-à-dire le paiement d’intérêts supplémentaires à la banque ! En mars, les provisions pour risque sont épuisées ?


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.