piliserra
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2014

Les Riches poussent les Pauvres à la Révolution. Ne les décevons pas

piliserra
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lu sur www.actuchomage.or

Les Riches poussent les Pauvres à la Révolution. Ne les décevons pas !

JEUDI, 17 AVRIL 2014 10:31

Dernièrement, Pascal Lamy s’étonnait qu’il n’y ait pas de révolution en France face à la montée du chômage. L'austérité salariale pourrait bien la provoquer.

Fut un temps où les riches gagnaient de l’argent, parfois beaucoup, énormément, en se gardant bien de reprocher aux classes populaires d’en gagner trop. 
Aujourd’hui, ils sont à ce point décomplexés et puissants qu’ils se goinfrent tout en dénigrant ceux qui survivent au SMIC, considérés comme les profiteurs d’un système trop généreux.
C’est le monde à l’envers ! 
Dans son édition du 16 avril, Le Canard Enchaîné nous confirme que l’austérité qui s’annonce plus austère encore, n’est pas partagée par tous. 
Chez M6 – la chaîne de télé – les salaires des dirigeants explosent. Et pas qu’un peu. 
Nicolas de Tavernost, son patron, s’est alloué 1,68 million d’euros de rémunération en 2013, soit une hausse de 46.000 euros par rapport à 2012. Robin Leproux, le chef de M6 Publicité, est passé de 558.000 à 925.000 euros, soit 65,5% de plus en un an. Jérôme Lefébure, pour la partie administrative, grimpe de 442.000 à 540.000 euros. 
Oui, nous parlons bien de salaires qui s’échelonnent de 45.000 à plus de 100.000 euros PAR MOIS. De véritables fortunes ! 
Les rémunérations des dirigeants de M6 ne constituent que la partie émergée de l’iceberg, mise en lumière par Le Canard Enchaîné. On ne frôle plus l’indécence, on s’y complait.
Partout ailleurs, les salaires du Top Management connaissent des progressions souvent comparables à celles de M6, confirmant l’adage selon lequel «plus on en a, plus on en veut». 
Si ces niveaux de rémunération sont injustifiés tant ils dépassent l’entendement, ils pourraient être acceptables dans un contexte bien différent de celui que nous connaissons. Ils seraient plus compréhensibles si la croissance était au rendez-vous, si l’ensemble des salaires enregistraient des progressions équivalentes, du bas au haut de l’échelle. Il n’en est évidemment rien ! 
Au contraire, les organisations patronales appellent à la modération des bas salaires, voire à leur blocage, qui seraient une nécessité ABSOLUE pour conserver notre compétitivité internationale. 
Le cynisme atteint des sommets quand les mêmes invoquent la mondialisation pour justifier les rémunérations exorbitantes des dirigeants. Le chantage est bien rôdé : Si nous ne rétribuons pas les managers à leur «juste valeur», ils iront exercer leurs talents à l’étranger, affaiblissant plus encore nos entreprises. Imparable !
On constatera que ce sont les mêmes qui brandissent cette menace et en tirent tous les avantages : les patrons et dirigeants. Et ça marche ! On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même.

http://www.actuchomage.org/2014041725952/Social-economie-et-politique/les-riches-poussent-les-pauvres-a-la-revolution-ne-les-decevons-pas.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra