Droit d'Option et Droits rechargeables : les explications de l'Unédic



unedic.png

Les partenaires sociaux de l'Unédic ont pris, dans l'urgence, des mesures en faveur des chômeurs lésés par la mise en œuvre des Droits rechargeables. À partir du 1er avril, les demandeurs d'emploi concernés pourront faire jouer un Droit d'option. Explications. 

Depuis octobre 2014, les chômeurs sont contraints d'épuiser leur reliquat de droits à l'assurance-chômage avant de prétendre toucher des droits réactualisés au regard de leur dernière période de travail. 

Cette disposition a mis dans de grandes difficultés des milliers de personnes. 

Prenons un exemple : Un demandeur d'emploi était indemnisé 20 euros par jour avant de décrocher un travail. 

Il se retrouve au chômage et doit épuiser son reliquat de droits à 20 euros (parfois pendant de longs mois) avant de bénéficier des nouveaux à 40 euros que lui ouvre sa dernière période d'activité.

Les partenaires sociaux accordent à partir du 1er avril un Droit d'option. En d'autres termes, le demandeur d'emploi peut choisir entre : 

• Épuiser ses anciens droits puis en ouvrir de nouveaux (ce qui rallonge sa durée d'indemnisation selon le principe des Droits rechargeables). 

• Opter pour ses nouveaux droits. Dans ce cas, il perd son reliquat et est indemnisé moins longtemps. 

Cette mesure concerne uniquement les chômeurs dont le reliquat d'indemnisation est inférieur à 20 euros par jour et ceux dont les nouveaux droits sont supérieurs de 30% aux anciens. 

Il revient aux demandeurs de faire jouer cette option auprès de Pôle Emploi. 

Vincent Destival, Directeur général de l'Unédic, a répondu aux questions de la presse, jeudi 26 mars, concernant les conditions d'attribution de ce Droit d'option, son financement et le nombre de personnes concernées (120.000 par an selon les estimations). Pour en savoir plus, visionnez cette vidéo

 

http://www.actuchomage.org/2015032726632/Social-economie-et-politique/droit-doption-et-droits-rechargeables-les-explications-de-lunedic.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.