Pipotin
Procrastinateur impatient
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 avr. 2016

A l'école de Nicole

Une chose incroyable s'est produite depuis jeudi dernier, jour du vote au parlement européen de la loi dite "secret des affaires". En 3 jours, une vidéo sur le sujet postée par une humoriste, Nicole Ferroni, a été vue plus de 10 millions de fois.

Pipotin
Procrastinateur impatient
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une chose incroyable s'est produite depuis jeudi dernier, jour du vote au parlement européen de la loi dite "secret des affaires". Non, l'incroyable n'est pas que plus de 500 parlementaires européens sur 650 aient voté pour cette loi, on pouvait s'y attendre quand on sait qui est qui et qui fait quoi dans ce panier de crabes. Non, l'incroyable est que ce vote a suscité un cas d'école. En 3 jours, une vidéo sur le sujet postée par une humoriste, Nicole Ferroni, a été vue plus de 10 millions de fois (est-ce possible?).

Là où de longs discours argumentés, des colloques et des conférences au discours pointu et fouillé, des ouvrages rigoureux et pertinents sur les sujets les plus brûlants de notre présent échouent à rassembler au-delà d'un nombre limité de personnes déja éclairées, quelques mots d'une rage contenue par un humour au scalpel peut faire revenir à l'école du plus petit dénominateur commun plus de 10 millions de personnes en 3 jours. Cela est à la fois étonnant et merveilleux et jette un petit rayon de soleil dans le brouillard des enfumages et des pensées fumeuses qui nous entoure. J'aime ce petit rayon chaleureux qui, comme les êtres grelottants du film "Miracle à Milan", fait se réunir les uns contre les autres tout un petit monde de "sans dents" issus de terrains vagues aux contours brumeux.

Comme les philosophes grecs qui faisaient école dans des jardins ou des agoras, ce petit bout de bonne femme à la langue bien pendue et au verbe tranchant arrive à rassembler autour d'elle des oreilles attentives et des regards souriants qui se reconnaissent par millions dans quelques mots bien pesés et lestement envoyés. Ça me rassure sur ce qui est, malgré tout, possible. Nombreux sont ceux qui estiment qu'une bonne école c'est aussi une bonne cour de récré, on y apprend souvent autant - sinon plus - qu'en classe où l'affaire consiste parfois en un programme pas toujours bien pensé et à l'objectif souvent flou. Si ce n'est le loup.

Du coup, je suis allé voir d'autres vidéos d'elle que je n'avais pas repérées et que je vous conseille amicalement car voilà quelqu'un qui sait faire rire dans l'intelligence, intelligence qu'on souhaiterait tant collective... cela viendra, n'en doutons pas.

Nicole Ferroni le secret des affaires © Nicole Ferroni

https://www.facebook.com/nicoleferroniofficiel/videos/1155113397868948/

https://www.facebook.com/nicoleferroniofficiel/timeline?ref=page_internal

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn