Pipotin
Procrastinateur impatient
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 juin 2016

Gueule de bois au Bullingdon Club

Comme un lendemain de remuantes beuveries auxquelles jadis ils excellaient, les anciens de ce club de l'université d'Oxford aujourd'hui responsables de la destinée de leur pays ont la gueule de bois. Ils ne se rappellent plus très bien à quel moment ça a dérapé mais ils ne semblent pas, contrairement à la règle de leur club d'antan, vouloir prendre leur responsabilité et payer la note des dégâts.

Pipotin
Procrastinateur impatient
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Ce club de l'université d'Oxford s'appelle le Bullingdon Club. Créé il y a plus de 200 ans, il a pour caractéristique d'être réservé à des hommes de bonnes familles (entendez familles fortunées) qui se réunissent pour manger, boire et détruire - éventuellement - les locaux qui les accueillent, et cela à l'occasion de bagarres sans retenue. Pour rire, bien sûr. Une des règles de ce club est de régler rubis sur l'ongle et sans rechigner les dégâts occasionnés lors de ces crises de vandalisme.

Il se trouve que trois personnalités politiques aux avant-postes de l'actualité récente liée au "Brexit" en ont fait partie. A savoir David Cameron, Boris Johnson (qu'on peut voir sur la photo de l'article prise en 1992) ainsi que George Osborne. Cette bande de dandy-voyous ont été à bonne école, on dirait. Après avoir passé une partie de leur jeunesse à détruire les pubs et autres estaminets londoniens, ils sont passés à la vitesse supérieure et se sont attaqués au niveau national et européen. Provoquer une bonne bagarre générale dans un bistrot, c'est sympa mais organiser un référendum avec le même entrain et le même objectif, c'est bien plus drôle pour ces fils à papa qui s'ennuient un peu quand ça ne bouge pas assez selon leur goût.

Et effectivement ça a dépoté dur et les dégâts sont à la mesure de l'exploit de ces pros du démontage organisé. Tout le monde a été surpris, surtout les initiateurs du projet qui ne pensaient pas que le joujou allait leur échapper.

Mais... il y a un mais. Alors que la tradition de ce club très sélect était de prendre en charge l'intégralité des dégâts occasionnés, il semblerait que cela ne soit plus à l'ordre du jour. Aucun des protagonistes ne reconnait sa participation à ce rixe de luxe qu'on appelle le Brexit et dont nul ne revendique la paternité pour ne pas avoir à payer la note. C'est qu'il n'y a plus papa derrière pour allonger le nécessaire. De plus, le montant des dommages risque fort de dépasser de loin leurs capacités financières qui, pourtant, ne doivent pas manquer par ailleurs.

Ils laisseront sans doute cette fois la note aux habitués et au tôlier du lieu. Avant peut-être fermeture pour travaux ou définitivement? Allez savoir... Nos hooligans de la haute changeront juste de bar mais où iront boire les petits retraités quand ça sera fermé? Ont-ils songé à y penser? Cela m'étonnerait fort. C'est pas le genre de la maison.

Cela dit, j'en ris encore en pensant à la tête de ces pyromanes voyant les flammes les encercler et cherchant à se rassurer en se disant que les pompiers allaient bientôt arriver. A force d'avoir distribué des allumettes à tout le monde, ils s'étonnent encore que les petits vieux s'en soient servis. Ils avaient juste oublié que ce cela fait longtemps qu'ils en attendaient l'occasion et que ce que cette élite éclairée prenait pour un feu de la Saint-Jean pour amuser le peuple s'est transformé en bûcher à leur endroit. Retour de flamme disent les pompiers.

Pour en savoir un peu plus sur ce club si atypique:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bullingdon_club

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2407406/Move-Boris--Bullingdon-Club-2013.html

http://www.slate.fr/story/96759/riot-club-david-cameron

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement