La précarité : une chance ?

Et si la majorité des hommes politique avait raison !créer de l’insécurité, de la précarité, du chaos ! pour inculquer aux nouvelles générations la notion de résilience dont elles vont impérativement avoir un grand besoin. En effet je ne crois pas que le confort matériel dont nous avons bénéficié, nous les européens de l’ouest et autres pays « développés »,  depuis la fin de la seconde guerre mondiale, soit le résultat  des luttes sociales, mais il est dû pour l’essentiel à une énergie carbonée abondante et peu cher. De plus en plus de scientifiques prennent au sérieux les conclusions du Club de Rome, d’il y a plus de 40 ans,  et brossent des scénarios qui donnent une vision d’un avenir de sombre à très sombre, voire  très très sombre.

Fort de cette information, nos dirigeant, au lieu de revoir complétement leurs politiques, poursuivent la fuite en avant qui consiste à prôner la croissance (verte ou pas) en se disant que tout cela tiendra  bien encore une décennie ou deux, et après eux le déluge ! Il est vrai que dire aux populations :

La « fête de la consommation » c’est fini, maintenant il faut abandonner ce qui n’est pas essentiel, revenir à un mode de vie plus économe, stopper la compétition, redevenir solidaire, altruiste…     

 N’est pas simple, il faut un grand courage politique, trouver les bons arguments lutter contre les immenses résistances du capitaliste triomphant, convaincre ceux qui ont tout doivent changer ou partir sur Mars. En fait laisser une petite chance à l’humanité !

 

Ce n’est malheureusement pas la tendance qui se dégage, nous allons vers plus de tout pour certain, plus de miettes pour les autres et un jour prochain tout explosera, seul les résilients auront une chance de s’en sortir, ils pourront dire merci aux hommes politique qui leur ont appris à vivre dans la précarité.     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.