plateforme palestine
Plateforme des ONG françaises pour la Palestine
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2016

Alaa, 14 ans, arrêté sur le chemin de l'école

Aujourd'hui est publié le rapport « Enfances brisées : les mineurs palestiniens dans le viseur de la répression israélienne », alors que le Comité contre la torture de l'ONU rend ses recommandations à L’État d'Israël. Après Nasseem et Mohammad, Alaa, 14 ans, témoigne de son arrestation et de sa détention.

plateforme palestine
Plateforme des ONG françaises pour la Palestine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Pour accéder au rapport cliquez ICI.

Alaa, 14 ans, a été arrêté par l'armée israélienne sur le chemin de l'école © Anna Demontis / Plateforme des ONG françaises pour la Palestine

C'est à Al-Aroub, dans la maison familiale, que nous rencontrons Alaa. Ce garçon de 14 ans a beau faire partie des enfants les plus jeunes que nous avons interviewés, il est celui qui cherche à paraître le plus vieux et le moins ébranlé par les deux mois qu'il a passés en prison. Arrêté le 21 novembre dernier alors qu'il se rendait à l'école avec ses amis, Alaa a été accusé d'avoir jeté des pierres sur la base des témoignages de quatre des soldats venus l'interpeller ce jour-là.

Sans prévenir sa famille, qui croit qu'Alaa est à l'école, les soldats l'emmènent à la colonie d'Etzion pour lui faire passer un interrogatoire. Avant même son arrivée sur place, les premiers coups tombent. Alaa compte parmi les 82 % d'enfants palestiniens qui subissent des violences physiques pendant les interrogatoires, selon l'UNICEF. Les militaires lui présentent un acte d'accusation rédigé en hébreu, qu'il n'est pas capable de lire, et continuent de lui répéter qu'il a jeté des pierres. L'adolescent persévère et nie : « Ils m'ont aussi demandé si je connaissais les autres enfants accusés en me montrant des photos. Je leur ai répondu que je ne connaissais personne, que je me contentais d'aller à l'école et de rentrer chez moi. »

L'école en prison

Quand on voit la fierté qu'affiche Alaa durant notre entrevue, on devine que l'adolescent a dû faire preuve d'une détermination a toute épreuve face aux enquêteurs israéliens. Nous n'avons aucun mal à comprendre qu'avec son keffieh enroulé autour du cou et son regard soutenu, il a tout à fait conscience du combat pour la liberté mené par son peuple. Et pour cause : il vit dans le camp de réfugiés d'Al-Aroub qui est l'une des zones les plus pauvres de Cisjordanie. Exilée ici en 1948, sa famille fait partie de ceux qui habitent depuis plusieurs générations ce campement de fortune, devenu au fil des années une petite ville à part entière laissée à la merci des incursions militaires israéliennes quotidiennes.

Pourtant, Alaa reste un enfant de 14 ans comme les autres malgré le masque qu'il tente d'afficher. Il aime le football, soutient l'équipe du FC Barcelona et aspire à mener une vie normale. Pendant notre interview, il nous parle beaucoup de l'école, ainsi que des cours d'anglais et de mathématiques dispensés en prison par une enseignante palestinienne. Néanmoins, lorsqu'il est revenu à son école d'Al-Aroub après sa libération le 4 janvier, l'adolescent a du refaire les deux mois de cours qu'il avait manqués. Sans que cela ne soit suffisant pour qu'il puisse rattraper son retard.

Insécurité permanente

L'éducation en prison n'est pas chose facile. Le nombre d'enseignants est insuffisant et les matières se réduisent souvent aux mathématiques et à l'arabe, ou l'anglais comme témoigne Alaa. Les prisons ne sont pas coordonnées avec le ministère de l'Éducation palestinien, si bien que les détenus ne peuvent pas suivre un cursus approprié. Les jeunes filles emprisonnées n'ont, elles, pas accès à l'éducation. Cette rupture du cursus scolaire a des conséquences néfastes sur l'avenir des jeunes palestiniens. À partir de 70 jours d'absence à l'école, les enfants doivent redoubler ; beaucoup se déscolarisent par découragement ou parce qu'ils ne supportent plus l'autorité et ne sont plus capables de se soumettre aux règles strictes de l'institution. Enfin, certains n'arrivent tout simplement plus à se concentrer après le traumatisme subi pendant leur incarcération.

Au bout de sept audiences en cour militaire de justice, Alaa, éreinté par les allers-retours incessants entre la prison et le tribunal, décide d'accepter la proposition de son avocat de négocier sa peine. S'il avait jusque-là refusé d'avouer les faits qui lui étaient reprochés, l'adolescent voit sa ténacité mise à mal par l'entêtement d'un système carcéral arbitraire. « La prison ne m'a pas changé », affirme l'adolescent qui avoue malgré tout redouter un nouvel emprisonnement : « J'ai peur d'être à nouveau arrêté, pas parce que j'ai peur des soldats, mais parce que j'ai peur d'être une nouvelle fois mis en prison. »

Anna Demontis

NB : Dans la vidéo, Alaa parle de l'UNRWA, l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient. Cet organisme, créé en 1949, apporte une assistance et des services aux réfugiés palestiniens et gère les camps en Palestine et au Proche-Orient. Mais par manque de moyens, l'UNRWA a totalement délaissé certaines zones, dont le camp d'Al-Aroub.


 Détention des mineurs palestiniens : 5 associations interpellent l'ONU

Début mai, Israël a été examiné par le Comité contre la Torture des Nations unies (CAT), qui contrôle l’application de la Convention contre la torture par ses États parties. À cet égard, la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la torture (ACAT), la Ligue des droits de l’Homme (LDH), l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) et le Yes Theatre, avec le soutien d’Addameer,Defense for Children International Palestine et La Voix de l’Enfant, ont soumis un rapport alternatif au Comité. Ce rapport souligne les violations des droits de l’Homme, et en particulier de la Convention des Nations unies contre la torture, commises par Israël à l’égard des mineurs palestiniens arrêtés et détenus. Il s’inscrit dans la campagne sur les prisonniers palestiniens initiée par le groupe de travail "droits de l'Homme" de la Plateforme Palestine (constitué de l'ACAT, l'AFPS, la LDH), dont le documentaire « Palestine : la case prison », soutenu par Amnesty International, fait partie. 

Pour accéder au rapport cliquez ICI.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours