Plateforme Pour une autre PAC
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2022

Lettre aux citoyens qui attendent la concrétisation de la planification écologique !

Le nouveau mandat d’Emmanuel Macron, placé sous le signe de la planification écologique, ne peut faire l’impasse sur une ambition forte pour la transition agroécologique. Pour respecter cet engagement politique, la Politique Agricole Commune (PAC) doit être profondément modifiée.

Plateforme Pour une autre PAC
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Vince Gx

Quatre fois moins de paysans en 40 ans et 30% des oiseaux des champs disparus depuis 30 ans : ces deux chiffres sont un symbole d’une crise sociale et environnementale qui traverse depuis bien trop longtemps nos campagnes. Ils sont aussi deux conséquences d’une même cause : le productivisme agricole.

À ces crises successives s’ajoute un drame qui, s’il se déroule à plusieurs milliers de kilomètres, entraîne de fortes répercussions inattendues en France. La guerre en Ukraine a pour conséquence un emballement généralisé sur les prix des matières premières (engrais, carburant, pesticides et céréales) déstabilisant en particulier les agriculteurs les moins autonomes, et plus généralement,  l'ensemble de la chaîne alimentaire. Au-delà de nos frontières, cette guerre a mis cruellement en lumière le défi, jamais relevé, de la lutte contre la faim dans le monde, ainsi que la nécessité absolue de stopper la spéculation et de laisser les pays du Sud construire une véritable souveraineté alimentaire. Mais l'occasion était trop belle pour les promoteurs du modèle agro-industriel de mettre en avant la prétendue nécessité de « libérer nos capacités de production agricole » pour produire plus « quoi qu’il en coûte », et ainsi attaquer frontalement les quelques avancées du Pacte Vert européen. Pourtant, il est plus que jamais nécessaire de ne pas opposer le court et le long termes : il nous faut à la fois ménager les ressources naturelles, protéger la biodiversité et atténuer le changement climatique pour assurer notre capacité à nourrir, demain, une population grandissante.

Le nouveau mandat d’Emmanuel Macron, placé sous le signe de la planification écologique, ne peut faire l’impasse sur une ambition forte pour la transition agroécologique, et son nécessaire corollaire : installer davantage d'agriculteurs. Respecter cet engagement politique ne pourra se faire sans modifier la Politique Agricole Commune (PAC), politique structurante, dont les 9 milliards d’euros annuels attribués à la France sont aujourd’hui distribués selon des critères largement injustes et inefficaces. Dans quelques jours, le gouvernement français est justement tenu de finaliser son projet de déclinaison nationale de la PAC 2023 – 2027. Si la première version de ce projet a été sévèrement critiquée, notamment par la Commission européenne, sa comparaison avec celle des autres États membres n’est pas non plus flatteuse : la PAC version française, pourtant la mieux dotée financièrement, se fond dans la masse des élèves médiocres sur les enjeux environnementaux, de redistribution plus juste des aides, de bien-être animal, de transition de l’élevage, etc. Le gouvernement peut cependant encore rectifier le tir et ainsi redonner des perspectives d’avenir à tous les paysans engagés dans la transition, mais aussi à celles et ceux qui se posent la question de franchir le pas d’exercer ce métier qui a tant de sens.


Mathieu Courgeau, paysan en Vendée et président de la plateforme Pour une autre PAC

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Gauche(s)
Éric Coquerel : « Je veux travailler davantage sur l’évasion fiscale »
Élu au terme d’un scrutin à suspense, le nouveau président insoumis de la commission des finances revient sur la manière dont il envisage son mandat. Il promet un changement de pratique profond.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
Des élus veulent continuer de bétonner en paix
Des élus locaux, qui ont le pouvoir de rendre constructibles des parcelles de terre, mènent la fronde contre de nouvelles dispositions les empêchant de bâtir à tour de bras. Mais la protection des terres et du vivant ne devrait-elle pas constituer une priorité plutôt que de construire un nouveau centre logistique ou un énième hypermarché ? 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX