Plateforme Pour une autre PAC
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2022

Lettre aux citoyens qui attendent la concrétisation de la planification écologique !

Le nouveau mandat d’Emmanuel Macron, placé sous le signe de la planification écologique, ne peut faire l’impasse sur une ambition forte pour la transition agroécologique. Pour respecter cet engagement politique, la Politique Agricole Commune (PAC) doit être profondément modifiée.

Plateforme Pour une autre PAC
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Vince Gx

Quatre fois moins de paysans en 40 ans et 30% des oiseaux des champs disparus depuis 30 ans : ces deux chiffres sont un symbole d’une crise sociale et environnementale qui traverse depuis bien trop longtemps nos campagnes. Ils sont aussi deux conséquences d’une même cause : le productivisme agricole.

À ces crises successives s’ajoute un drame qui, s’il se déroule à plusieurs milliers de kilomètres, entraîne de fortes répercussions inattendues en France. La guerre en Ukraine a pour conséquence un emballement généralisé sur les prix des matières premières (engrais, carburant, pesticides et céréales) déstabilisant en particulier les agriculteurs les moins autonomes, et plus généralement,  l'ensemble de la chaîne alimentaire. Au-delà de nos frontières, cette guerre a mis cruellement en lumière le défi, jamais relevé, de la lutte contre la faim dans le monde, ainsi que la nécessité absolue de stopper la spéculation et de laisser les pays du Sud construire une véritable souveraineté alimentaire. Mais l'occasion était trop belle pour les promoteurs du modèle agro-industriel de mettre en avant la prétendue nécessité de « libérer nos capacités de production agricole » pour produire plus « quoi qu’il en coûte », et ainsi attaquer frontalement les quelques avancées du Pacte Vert européen. Pourtant, il est plus que jamais nécessaire de ne pas opposer le court et le long termes : il nous faut à la fois ménager les ressources naturelles, protéger la biodiversité et atténuer le changement climatique pour assurer notre capacité à nourrir, demain, une population grandissante.

Le nouveau mandat d’Emmanuel Macron, placé sous le signe de la planification écologique, ne peut faire l’impasse sur une ambition forte pour la transition agroécologique, et son nécessaire corollaire : installer davantage d'agriculteurs. Respecter cet engagement politique ne pourra se faire sans modifier la Politique Agricole Commune (PAC), politique structurante, dont les 9 milliards d’euros annuels attribués à la France sont aujourd’hui distribués selon des critères largement injustes et inefficaces. Dans quelques jours, le gouvernement français est justement tenu de finaliser son projet de déclinaison nationale de la PAC 2023 – 2027. Si la première version de ce projet a été sévèrement critiquée, notamment par la Commission européenne, sa comparaison avec celle des autres États membres n’est pas non plus flatteuse : la PAC version française, pourtant la mieux dotée financièrement, se fond dans la masse des élèves médiocres sur les enjeux environnementaux, de redistribution plus juste des aides, de bien-être animal, de transition de l’élevage, etc. Le gouvernement peut cependant encore rectifier le tir et ainsi redonner des perspectives d’avenir à tous les paysans engagés dans la transition, mais aussi à celles et ceux qui se posent la question de franchir le pas d’exercer ce métier qui a tant de sens.


Mathieu Courgeau, paysan en Vendée et président de la plateforme Pour une autre PAC

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon