pleineaile
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 oct. 2010

Ne vous contentez pas de lire, commentez, car c'est cela qui donne à une édition sa raison d'être

pleineaile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Discutons!

les "contes de la folie ordinaire" ont été créés par Sophie Dufau, rédactrice de ce journal en ligne, parce qu'elle a perçu, à travers des études, des analyses, des visites in situ et des réflexions et débats avec les personnes concernées, que la question des gens dits "fous", ou psychotiques, ou malades mentaux, comme vous voudrez, est précisément l'objet d'une ignorance (ce terme ne se veut pas péjoratif) de la plupart des adhérents de ce journal.

J'ai commis, à mon corps défendant, des crises de rage à cet égard, lorsque je trouvais que des articles de fond en la matière ne recueillaient que peu de commentaires, voire, sûrement, de lecteurs. On m'a conspué d'être si intransigeant, en me donnant comme argument principal celui-ci: "nous lisons, mais nous ne sommes pas des spécialistes, et il ne faut pas nous tenir rigueur de ne pas prendre part au débat de ceux qui sont supposés savoir (supposés, c'est moi qui l'ajoute dans un souci dialectique)

Je ne suis pas d'accord, mais alors pas du tout!

Combien de fois dans ma vie, au prétexte que je suis psychiatre, des gens m'ont demandé, dans n'importe quelle circonstance, y compris pendant des vacances que je croyais bien méritées, d'intervenir car quelqu'un d'une famille de mes amis allait mal... Les troubles et la souffrance psychiques sont partout, et nul n'est besoin d'être un spécialiste pour avoir, dans un chemin de vie personnelle, l'occasion d'être interrogé, ou de s'interroger, à propos de situations pathologiques. Et du coup d'oser prendre la parole! Y compris pour questionner les "blablateurs" de ce domaine qui fait peur et les interpeller.

Le "bidule" qu'on veut en ce moment nous faire gober, c'est que les "fous" sont des "aliens", de dangereux étrangers menaçant notre culture, et notre vie par la même occasion, et que, dieu des débiles merci, on va vous en débarrasser grâce à des lois sécuritaires.

Je voudrais appeler chacun des lecteurs de cette édition à renoncer à cette idée que l'on ne peut prendre parole et parti que si l'on est expert en la matière.

La question des malades souffrant de pathologies psychiques est une question qui concerne et implique chacun d'entre nous, car si nous sommes, pour la plupart, protégés par notre contexte de la décompensation, nous sommes tous potentiellement des gens en déroute psychique, et que nous serons bien contents, dans ces circonstances, d'être compris plutôt que stigmatisés.

Aussi je crois que chacun, fut-ce par des questions ou des paroles auto-considérées comme "béotiennes, a sa place à tenir dans cette édition particulièrement sensible, au moment où l'état pervers ambitionne de réguler (entendons de réprimer) la souffrance psychique comme un "produit" toxique menaçant les "valeurs établies"

J'ajoute qu'à mon sens il n'est pas de plus grand ennemi des souffrances mentales que celui qui, en étant atteint, affecte la totalité de son énergie et de sa haine à les réprimer...

JCD

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon