pleineaile
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 nov. 2010

Demain, promis, je nettoie votre salle de bains

Un p'tit coup pour la route?Je m'étais juré de ne jamais billeter politique, mais deux articles de tête de gondole ce jour m'invitent à céder à la tentation. Juste un détour. Comme quoi les promesses...

pleineaile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un p'tit coup pour la route?

Je m'étais juré de ne jamais billeter politique, mais deux articles de tête de gondole ce jour m'invitent à céder à la tentation. Juste un détour. Comme quoi les promesses...

J'entends beaucoup de reproches faits aux gouvernants, de ne pas tenir parole une fois aux affaires. Bien peu souvent d'avoir parlé trop vite, et de manière irréfléchie ou trafiquée.

En politique comme en d'autres champs sociaux, être candidat n'a rien à voir avec être élu. Se porter candidat à une responsabilité, c'est de l'ordre de l'idéal (ou de l'illusion), du projet (ou de la projection). En gros, ça procède du domaine de l'imaginaire; "on se représente que..." avant de se présenter...

Par contre, se retrouver à poste, ça relève de la réalité; d'une réalité qu'on avait cru tenir pour acquise sans la connaître vraiment.

Connaître, c'est expérimenter, me semble t-il. Je m'interroge: Monsieur Obama a t-il assez lu les innombrables rapports sur le fonctionnement de l'Etat Etats-unien? A t-il assez lu de romans de politique-fiction? Pour revenir au titre, connaissait-il l'état des toilettes de la blanche maison?

Lorsque j'entends les promesses de campagne des postulants à ce que vous voudrez, il me vient un léger sourire embarrassé. Quoi, passer de l'imaginaire à la réalité serait-il si simple? En fait, il est quasi certain que, quand on entend ces gens parler de programme ("bien ficelé", selon l'expression convenue; ficelée, hum; garotté?), on les voit s'acharner à surenchérir de chiffres, de preuves, d'arguments incontestables.

Les chiffres et les arguments ne sont-ils pas la démonstration sui generis de leur fonction défensive, attestant qu'en sous-jacence, les candidats et leurs fans pensent tous en réalité "on verra bien le moment venu"? Car ils ne peuvent ignorer la fluence du temps, la labilité des choses, la variabilité du monde, pas plus que les imprévus, les dessous des cartes ou les intempéries existentielles.

Or donc, ils affirment, et le caractère péremptoire de leurs affirmations atteste en bonne proportionnalité de leur ignorance.

D'où la question: sont-ils naïfs, menteurs, calculateurs? J'adore, in petto, l'expression "naïf calculateur". Mais foin de mes adorations, il est probable qu'il y a un peu de tout ça, en dosage variable, chez chacun d'eux.

Mais aussi et surtout, pensé-je, un extrême poids des convictions, doublé d'un irrésistible désir -qu'ils croient de pouvoir- du Pouvoir. Si ce n'est pas là un effet du fonctionnement subjectif des humains, donc de l'imaginaire, qu'est-ce?

Je te promets de nettoyer ta salle de bains; idée ô combien généreuse. Et puis voilà, quand j'arrive sur le Lieu de mes Promesses, ça n'est que bien partiellement ce que je croyais. Ou c'est plus crade que prévu, ou je n'ai pas les bons produits, ou les toilettes sont bouchées, ou le téléphone sonne quand j'ai les mains dans le savon, ou encore Il n'a pas de toilettes, ou ma colère contre tant de crasse me dégoûte et me pousse à fuir... Bref la promesse n'est pas en réalité l'objet d'un reniement, mais plutôt celui d'un écart inédit entre ce que je croyais et ce que je constate, au cours et au terme de l'expérience.

J'aurais pu évoquer Narcisse, je préfère Hercule, face aux écuries d'Augias. Même s'il fut condamné à les nettoyer, le mythe supporte l'idée que c'était par une motion intérieure, externalisée par un symbole divin.

Or quand il s'est trouvé devant la tâche à accomplir, il n'a dû son salut qu'à un expédient: la triche, en appelant à la rescousse le "maître divin des chasses d'eau"!

En tirera t-on une morale concernant la triche et le mensonge immanents et inévitables, ou une logique qui pourrait faire beaucoup d'usage en politique?

Je choisis cette dernière: le filou a été assez sage pour accepter, voire solliciter, une aide extérieure; pas une aide en miroir en séduisant les petits collègues d'en face, mais une aide transcendante, reconnaissant ainsi sa faiblesse et son manque à pouvoir seul.

Ya basta, et votez bien

JCD

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Guadeloupe et Martinique, de crise en crise
Née d’un refus de l’obligation vaccinale avant d’embrasser des revendications sociales, une nouvelle poussée contestataire a saisi la Guadeloupe et la Martinique. Environnementales ou économiques, politiques ou policière, les îles des Antilles vont de crise de crise, que le quinquennat Macron n’aura pas permis de résoudre. Notre dossier.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl