pleineaile
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 avr. 2010

"17" selon la police, "22" selon les manifestants. Chronique des questions décalées

pleineaile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le titre proposé de cette chronique parle de toutes les questions qu'on pourrait, si on en prenait le temps, essayer de décoder et surtout de décaler à l'aune ou à l'encontre des intentions de la prise de parole, qu'elle soit politique, médiatique ou "sociétale".

*A titre d'exemple, cette question des déclarations, dignes d'un loto truqué, sur la participation à une manifestation: que sous-entend ce décalage? des intérêts performants? des comptages maladroits?, des luttes d'influence? En tout cas rien qui parle en vérité, et donc qui informe.

Est-ce que des "préconçus" plus ou moins négociés tendent à avaliser des analyses ultérieures de "politologues subvertis" au nom du conditionnement de la populace dont je fais partie à leurs yeux?

Ou alors, est-ce que les enjeux de signification des mouvements sociaux n'ont, aux yeux des puissants, d'autres valeurs que quantitatives? Est-ce que le sens des choses se résume désormais à un poids, à une pondération numérique?

*Deuxième question: je suivais des yeux, dimanche dernier, une mésange charbonnière; un régal pour les yeux. En pleine activité de nidation et de couvée, elle rentrait toutes les dix minutes dans un trou du mur de mon jardin, là où son nid gît. Ce plaisir de la campagne, j'aimerais pouvoir le partager avec mes frères des grandes cités; or les murs de béton interdisent de tels "squatts".

Ne serait-il pas possible que les architectes, si fûtés en général, prévoient de laisser aux parois des immeubles des anfractuosités accueillantes pour nos compagnons ailés?

De la même façon, j'eus rêvé que, sur les pylones du viaduc de Millau, on installât des feutres et des ressauts propres à planter des végétaux tombants, grimpants ou seulement statiques, de manière à composer des jardins verticaux ornant cet ouvrage au demeurant sympathique au regard. Le monde est-il encore assez poète pour décliner les choses de la beauté de nature en lien avec ce qu'il est accoutumé d'appeler les "oeuvres d'art"?

*troisième question: la pub aussi bien que la "communication" sociale nous infligent le primat du "story telling"; les exemples en sont nombreux, il suffit d'écouter une radio ou une chaîne de télévision. Pour ceux qui en ignoreraient le sens, il s'agit, pour faire passer un message d'ordre politique et/ou vendeur, de raconter une historiette qui est supposée nous permettre de nous identifier à son contenu, et donc d'adhérer plus facilement à ses éléments sous-jacents.

N'y a t-il pas là une réelle menace, celle de nous conduire subrepticement, par identification simpliste à ce qu'on nous raconte, à refouler puis nier les différents temps de notre propre histoire, dans tout ce qu'elle a de complexe, d'irrésolu, là où on ne nous montre que du bon et bien traité, des solutions toutes faites ("affaire à saisir"! A acheter?)?

*quatrième question: retour sur la pub radiophonique; pas sur le contenu, sur le ton; waouh! on est passé sans transition de la gouaille abêtissante au débit frénétique de donzelles apparemment animées de modulations à mi-chemin entre celles de l'institutrice caricaturale et celle de la dominante SM.

Or je ne peux me départir, à cet égard, de la similitude avec un autre champ de discours, un autre personnage qui, toujours, semble vouloir nous faire saisir notre indigence mentale et, par suite, nous faire la leçon plutôt que de nous informer: y aurait-il un rapport? Est ce que tout ce qui est nommé "la comm." ne vise qu'à écraser le sens au profit d'injections prescrites de messages "uniques et éternels"? J'en appellerais bien à Georges Orwell, pour éviter de me référer à Goebels; et vous?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Violences sexuelles
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilenies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005