pleineaile
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 oct. 2010

Justice pour la "folie"?

pleineaile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme chacun ici le sait, une loi mijote en sourdine, jusqu'au jour où elle sortira dans un "panier de textes", histoire de noyer le poisson.

Une loi qui, entre autres dispositions que vous trouverez ailleurs, dans l'édition locale des "Contes de la Folie Ordinaire, prépare la facilitation des "incarcérations thérapeutiques" et l'accroissement notable des contraintes et restrictions à la sortie des patients.

Une loi qui préjuge aussi de la nécessité d'obligation de soins y compris à domicile; une loi qui définit, sur des critères experto-administratifs, des sous-catégories de malades, en une curieuse échelle de dangerosité; une loi qui met loin derrière le pouvoir préfectoral les interventions potentielles du juridique, y inclus le juge des libertés et de la détention (ou des lieux privatifs de liberté, comme vous voulez).

Les Rendez-Vous de l'Histoire, qui se tiennent à Blois tous les ans, ont décidé cette année de traiter de la Justice.

Dans ce cadre, une conférence avait lieu à l'Ecole des Ingénieurs du Val de Loire, sur le thème "la justice et ses fous". Quatre orateurs ont pris la parole: Madame Guignard, historienne, Madame Magnan, psychologue expert auprès des tribunaux, Monsieur Senon, professeur de psychiatrie et spécialiste des situations médico-légales, et Monsieur Gelvy, administrateur de l'UNAFAM (union des familles et amis des malades mentaux).

Loin de moi l'idée d'en faire un compte-rendu journalistique.

Mais si l'historienne nous a accompagnés dans un périple allant de la Rome antique à 1820, en passant par les faits de la Révolution, explicitant les cheminements politiques et socio-culturels permettant d'éclairer la loi qui a cadré pendant plus d'un siècle la question de l'irresponsabilité pénale des aliénés, c'est surtout sur les trois autres interventions que je souhaite... intervenir.

Les deux psy ont joliment illustré leurs propos d'exemples humains, qui parlaient de la souffrance, à distance pondérée des passions agitées lors des crimes de malades; je dirais sagement. Et puis ils se sont retrouvés sur une idée force: le chemin de la compréhension des faits est barré par toutes sortes de considérations, du jugement en procédure immédiate où le temps n'existe pas, mais la décision pénale, si, au poids de l'imaginaire collectif, qui tend à renforcer les peines pour les crimes incompréhensibles et/ou étranges, quand bien même l'explicitation apparaît superfétatoire dans le le temps des jugements.

S'ils ont fini par dire, tous deux et fermement, qu'en réalité, dans la justice actuelle, marquée, ce n'est pas moi qui le dit, d'influences néolibérales inquiétantes dans toute l'Europe, il s'agit à présent d'une -je cite- justice de la peur...

Ca se passe à mon sens de commentaires.

Par contre, je voudrais insister sur le fait que le représentant officiel de l'UNAFAM, association connue pour des prises de positions favorables au projet de loi sécuritaire au niveau de son lobbying national, a déclaré sans ambages la même chose que les deux intervenants précédents: en substance un refus clair et net des mesures coercitives prévues; en précisant de surcroît qu'il est question de bien comprendre que les comportements des malades ne sont que l'inflation spectaculaire, exagérée, de nos propres comportements dans la vie normale, et qu'ils méritent compréhension et respect...

Ceci n'en a peut-être pas l'air, pour les gens qui sont loin du problème, mais c'est un véritable renversement de tendance, qui ouvre sur des espoirs réels de barrer la loi folle qui prétend régenter la stigmatisation et l'enfermement des "fous", en tant qu'ils nous font peur! Risque zéro n'est plus à la mode, qu'on se le dise.

JC Duchêne, psychiatre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire