pleineaile
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 avr. 2010

17...22... Suite(2)

pleineaile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dixième question: quand on nous dit que le Parfénac* ne sera plus remboursé, est-ce vraiment parce qu'il est trop peu efficace? Je sais bien que le jus du poireau sert aux mêmes choses, mais...! Quand on nous dit que quelques spécialités pharmaceutiques ne seront plus remboursées qu'à hauteur de quinze pour cent, genre Zovirax* pommade, est-ce à dire qu'il est conseillé de n'en mettre que sur quinze pour cent de la lèvre atteinte par l'herpès?

Il y a là un mystère qui pourrait se charger d'autres énigmes: observons que les médicaments exclus du remboursement traditionnel ont, à quelques exceptions près, deux caractéristiques communes: ils sont anciens, et susceptibles de rentrer dans le domaine public, ce qui confère la possibilité d'en fabriquer des génériques; d'autre part ils ne coûtent pas cher, en tout cas pas aussi cher que ce qui vient les suppléer...

Alors qui veut la peau des médicaments qui ne rapportent pas grand chose, tout en ne coûtant pas très cher à la Sécurité sociale? Devinez-vous?

Onzième question: (11, c'est pas exprès, c'est le hasard ou l'inconscient...) elle concerne donc les footballeurs, leurs troisièmes mi-temps et leur libido. Pour ce qui concerne les faits divers récents, mis en exergue par une presse qui décidément s'ennuie (n'ayant plus à traiter d'autres séismes que 3 millions de chômeurs, 9% de déficit de l'Etat, 6 millions de pauvres, des centaines de milliers de sans abris et de gens précarisés, des zones de deshérence à moitié en feu permanent, etc.), les pratiques sexuelles de certains joueurs sont supposées être des "faits de société".

Or, en écoutant bien, on découvre aussi l'attentive voire fliquante surveillance qu'exercent les clubs et les entraîneurs sur leurs joueurs, leurs activités para-professionnelles voire intimes, dans le but, paraît-il, de protéger leur condition (et leur valeur marchande?); ce qui pourrait signifier que leur fréquentation de certaines "boîtes" a reçu l'aval des dirigeants, ou même que lesdits dirigeants les dirigent vers ces lieux connus, répertoriés et contrôlés.

La question est alors de s'interroger sur l'éventuel statut de proxénètes non des joueurs, mais des dirigeants de clubs, et des clubs de football eux-mêmes?

Douzième question: on entend fréquemment dire que la Bourse "a dérapé, ou qu'elle s'effondre", et autres métaphores bien senties... Oh la vilaine! elle ne sait donc ni rouler droit ni tenir debout? A ma connaissance la Bourse est un lieu, une activité, un concept économique agi par des gens dans le domaine du capitalisme, et la personnaliser, la rendre auteur des errances qui y sont commises me paraît bien aisé, afin d'éviter les questions qui fâchent, du style "ces zozos ont encore déconné par déficit d'intelligence, par peur pour leurs sous, par passion irraisonnée du pouvoir, par mépris de l'Economie elle-même...

Pourquoi faudrait-il que les medias, relayant cette sphère où le fantasme prévaut sur le projet économique et social d'un monde et le simple bon sens, s'escriment à en reprendre, et donc valoriser, les termes aberrants qui sont produits, comme on dit, à la "corbeille"?

Treizième question: elle porte sur ces maudits mots dits que nous servent larga manu nos transmetteurs politiques et médiatiques.

Un exemple, celui des "naufragés" de la route et du ciel, "car en effet", pour des raisons "diverses et variées", et je vous "le martèle", si, "au doigt mouillé", on peut apprécier le nombre des avions "cloués au sol" (par le martelage évoqué avant?), il convient que le gouvernement "rebondisse" (Nb. le gouvernement, pas les avions, puisqu'eux, ils sont cloués! Vive Zébulon!) en "prenant le taureau par les cornes" et "assume ses responsabilités". Tout en veillant "sans faiblesse" et "en toute transparence" à ne pas laisser s'infiltrer des "vrais-faux sans-papiers", sous peine de "schizophrénie".

D'où ma question: les mots dits sont-ils de nature à informer et éventuellement faire réfléchir les gens, ou est-ce seulement de la "communication"? (Ps. dans mon école, il y a bien longtemps, "monsieur, il communique" voulait dire pour le "polar" dénonciateur que le copain trichait à l'examen en se renseignant après de ses congénères). Et est-ce que par hasard, la langue elle-même aurait perdu toute chance d'autonomie, d'individualité, de subjectivité personnelle, au profit d'un jargon commun, contagieux et complice, destiné à "noyer le poisson" de la pensée critique?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois