pleineaile
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 avr. 2010

17...22... Suite(3)

pleineaile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La publicité nous propose, au changement d'heure, de changer de montre. La publicité, au nom de ce qu'ils appellent "les arts de la table", nous suggère de fracasser notre vaisselle au prétexte qu'elle aurait quinze ans ou aurait eu le malheur de connaître notre grand -mère. Il y a peu, ou prou, on nous disait: "vous vous changez, changez de Kelton". Au demeurant, on ne nous propose pas de changer de président comme de Rolex, et ce doit être un oubli malheureux?

Ma question, dès lors, est de savoir, dans ces messages publicitaires quasiment culpabilisants, si on se fout de notre gueule ou si on pense vraiment que ça va marcher? Et qui y a intérêt? Et qui ose penser que les gens qui tirent le diable par la queue peuvent supporter ça sans réagir (ou plutôt comment leur cynisme postule qu'on n'en a rien à cirer des ploucs pauvres et silencieux par défaut, mais beaucoup cirer des super-ploucs qui veulent "paraître" aux yeux des margoulins vendeurs de merde)?

"Psychiatre en un jardin": j'ai trouvé ça récemment dans les "colonnes" de ce journal en ligne; ça m'a fait penser à ma préoccupation du moment (pas la seule, évidemment...) qui consiste à repérer tous les nids d'oiseaux en forte activité de nidation: hirondelles, merles, mésanges, etc. , et à veiller à ne pas trop les déranger pour que reproduction se fasse dans les conditions de cohabitation les meilleures. Je me sens obligé de parler à ces oiseaux, histoire de les rassurer sur mes intentions, à l'aune de ce qu'ils peuvent en interprêter.

Et je me dis que tout être humain devrait au moins avoir le droit d'accéder à cet émerveillement que constitue la contemplation des oiseaux en activité féconde, même dans les villes, et même dans l'angoisse du lendemain, au risque, somme toute innocent, de ne savoir départir entre le troglodyte mignon, la sittelle torchepot, la huppe fasciée ou l'accenteur mouchet.

Ma question, dès lors, est de savoir si un peu de poésie ne devrait pas être inscrit dans la totalité des lieux d'accueil des gens, comme un "en plus" des aides supposées ou réelles qui sont si sêchement délivrées dans les différentes officines de ce qu'on qualifie rapidement (trop?) d'aide sociale? Car il me semble qu'une éventuele réconciliation avec le monde quinous entoure n'est pas un luxe, mais un soin...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
En Afghanistan, la faim provoque le chaos
La crise alimentaire est dramatique en Afghanistan. À Hérat, ce dimanche, une foule affamée a dépassé les autorités talibanes. Reportage.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin