ON NOUS MENT

Depuis le début on nous ment. La recherche d'une immunité de groupe est la seule hypothèse justifiant les négligences commises. Sauf qu'avec un virus en permanente mutation cela semble une gageure scientifique en sus de constituer une mise en danger de la vie d'autrui et la non assistance à personne en danger.

Depuis le début M. MACRON son Premier Ministre et le Gouvernement nous mentent. On ne nous communique pas les Avis du Conseil Scientifique car cela nous montrerait ipso facto que le but poursuivi n'est pas le but affiché, à savoir lutter contre la crise sanitaire en protégeant la vie!
l'immunité de groupe dont on sait qu'elle ne peut pas intervenir sans un coût humain inacceptable est la seule hypothèse justifiant une absence de test massif et le fait de soutenir que le port du masque n'était pas indispensable et ce, afin de sauver le capitalisme qui reste leur raison d'être.
Je pense qu'il y a une volonté au plus haut de l'Etat et ce, en concertation avec les lobbies qui le conseillent de créer des incubateurs pour laisser se propager le virus afin d'arriver rapidement à une forme d'immunité de groupe.
Sauf qu'avec un virus en permanente mutation cela semble une gageure scientifique en sus de constituer une "mise en danger de la vie d'autrui" et la "non assistance à personne en danger".

Dans les colonnes de Mediapart, il nous a été martelé, chiffres et documents à l'appui, que la pénurie de masques au départ n'avait été comblée ni par des achats et des approvisionnements rapides ni par une volonté de le faire.

Parallèlement, on nous a dit et répété que le dépistage massif était prôné par l'OMS depuis la mi février et que la France faisait tache auprès de son voisin l'Allemagne en s'obstinant à ne tester que par la voie nasale laquelle est longue coûteuse et ne permet de déceler que les cas malades et non les cas contaminés comme pourrait le permettre un test de sérologie.

On nous a aussi appris que le test de sérologie pourrait être pratiqué à grande échelle et que même une piqûre dans le doigt suffirait à prélever une goutte et ainsi savoir si le sang présentait des traces du virus  mais aussi que les laboratoires vétérinaires s'étaient en vain proposés pour réaliser des tests vu qu'avec l'épisode de la vache folle ils savaient comment s'y prendre.

On nous a parlé de la chloroquine testée par les chinois à la demande de Japonais puis par le Professeur Raoult qui fonctionnait et que l'Afrique avait massivement adopté et de la guerre de clochers que se livraient les laboratoires sur la découverte d'une molécule le Remdesivir qui pourrait guérir la maladie en une semaine à peine et en deux mots des découvertes chinoises que le virus attaquerait le système sanguin et non pas le système respiratoire ce qui sur le plan du plasma pourrait orienter des recherches pour trouver un traitement adapté plus rapidement..

 J'évoque pèle-mêle tout ce que j'ai pu lire et relire ainsi que le fait surtout que nous tous avions des pistes et des espoirs et suivions avec effroi le nombre de décès enregistrés et notamment dans les EHPAD alors que le gouvernement multipliait les erreurs les bévues et semblait totalement incapable de gérer la crise sanitaire à laquelle nous sommes confrontés.

En revanche nulle part je n'ai lu que la stratégie suivie pouvait être différente de celle que le bon sens et l'humanité pouvait commander.

Imaginons un instant que le but poursuivi soit cette fameuse immunité de groupe qui semble une utopie mais qui permettrait d'attendre un vaccin pour les jeunes populations à venir. Alors tous les atermoiements pour commander ou non, doter ou non, des masques, tester ou non la population prendrait enfin un sens.

Sauf que pour une telle décision, le référendum pour le moins devrait le permettre car il est plus que normal que nous qui avons cotisé pour un système de santé soyons décisionnaires pour le moins de notre avenir.

Avec en sus, des avis publics d'experts scientifiques et médicaux nous assurant que le virus n'aura pas muté et re muté de telle sorte que nous tous survivants qui auront survécu puissions être garantis que nous ne seront pas terrassés par une forme plus invasive et plus pathogène...

 Et quid de tous ceux qui sont morts et qui vont mourir car plus fragiles moins protégés et que des mesures de protection efficaces auraient pu éviter leur contamination? Leur a-t-on demandé leur avis ou bien tout comme les EHPAD où on a appris dans ces colonnes qu'au début de la crise on avait réquisitionné leurs matériels masques blouses médicaments..., ils ne constituent que des pertes de guerre indispensables pour remporter la victoire sauver l'Economie et les capitaux des plus fortunés ?

Je n'ose pas imaginer que des esprits pervers aient pu imaginer dans la vraie vie et dans une démocratie un tel scénario digne d'un film d'anticipation.

Mais l'anticipation justement n'est-ce pas dans cette voie qu'on reconnait les vrais stratèges...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.