Pétrole, la fête est finie! La notre commence!

Il reste 15 ans de pétrole, estime le responsable de Total Allemagne. La production pétrolière ne dépassera pas les 105 millions de barils jours, et il ne reste que 15 ans de réserves, estime Michel Mallet, directeur de Total Allemagne. A une condition : maîtriser la demande et économiser, économiser encore.

 

 

Est-il encore possible d’augmenter la production de pétrole ?

Mallet : Environ 87 millions de barils par jour sont produits dans le monde entier. Dans le passé, on estimait que ce chiffre pourrait être augmenté à 130 millions de barils. Je considère que c’est une illusion. En réalité, la capacité est inférieure à 105 millions de barils.

Cela ressemble à la théorie du pic pétrolier, qui n’est pas très populaire auprès de vos concurrents, et qui prévoit que la production maximale sera atteinte prochainement.

Mallet : Les champs de pétrole anciens sont en train de mourir. Dans l’avenir, nous devrons investir davantage simplement pour maintenir la production actuelle.

Est-ce que l’ère du pétrole touche à sa fin ?

Mallet : Non, pas vraiment. Il y a beaucoup de pétrole, géologiquement parlant. La question est de savoir combien peut être produit par an.

Combien de pétrole reste-t-il sous terre ?

Mallet : Depuis le début de la production industrielle, l’humanité a utilisé environ 1000 milliards de barils, dont la plus grande partie au cours des 30 dernières années. La même quantité est toujours disponible, à laquelle s’ajoutent d’éventuelles découvertes. Et il y a les réserves non conventionnelles telles que le pétrole lourd, les sables et les schistes bitumineux, même si leur développement est très coûteux. Et tous les aspects n’ont pas été résolus en ce qui concerne les effets sur l’environnement.

Alors, combien de temps le pétrole va-t-il durer ?

Mallet : Nous n’aurons pas de problèmes pour les 10 prochaines années. Si nous gérons la demande de façon responsable, cela pourrait même durer 40 ou 50 ans.

Mais que faire si la demande augmente, particulièrement en Asie ?

Mallet : C’est pourquoi nous avons un message très clair : nous devons économiser, économiser, économiser.

Total est la seule compagnie pétrolière qui prévoit que la production stagne. Est-ce que les autres ignorent la vérité ?

Mallet : Je ne sais pas. Mais je sais que toute personne qui incite les gens à acheter des grosses voitures pour augmenter ses ventes de pétrole commet une grave erreur. Moi-même, je me rends à pied au travail.

Peut-être êtes-vous en train de dramatiser la question afin de justifier le prix élevé de l’essence.

Mallet : L’essence n’est pas chère. Elle coûte moins de 32 centimes le litre avant les taxes. C’est moins cher qu’une bonne eau minérale.

Des millions de conducteurs seraient en désaccord.

Mallet : En Allemagne, nous avons la plus faible marge de profit de toute l’Europe. La concurrence est extrêmement rude. Pour une différence d’un centime dans le prix, les Allemands sont prêts à aller dans une autre station, même éloignée.

Certains hommes politiques veulent réduire la taxe pétrolière

Mallet : L’objectif de la taxe pétrolière est de financer les investissements dans de nouvelles formes d’énergie, et dans la recherche qui permettra d’assurer une mobilité à long terme qui soit respectueuse de l’environnement. C’est une chose que les conducteurs devraient également considérer de façon favorable.

Total veut un impôt plus élevé sur le pétrole ?

Mallet : Non, mais l’énergie doit avoir un prix. Nous avons besoin d’incitations pour faire des économies, ainsi que pour développer des alternatives. Par exemple, il n’y a aucune taxe sur le carburant de l’aviation, ce qui est complètement déraisonnable. Il y a trois parties impliquées dans les économies d’énergie : la sphère politique, avec ses lois et ses directives, l’industrie, en rendant disponibles des produits efficaces, et les consommateurs, dont le comportement peut faire beaucoup.

Les consommateurs peuvent-ils avoir d’autres désirs?

Les consommateurs devront certainement limiter leurs désirs car, ils seront de plus en plus chers à fabriquer. Ils devront en effet avoir des désirs plus simples... 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.