Pointvirgule
Une parmi d'autres
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 août 2012

La reine des zabeilles

Pointvirgule
Une parmi d'autres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La brièveté s’impose car il paraît qu’il va caniculer sévèrement aujourd’hui et je crains pour mon neurone. J’ai donc peu de temps devant moi.

Parmi les contes de Grimm & frère, "La reine des abeilles" est l’un des plus gnan-gnan.  En voici  le  pitch.

Un roi a trois fils : deux têtes à claques et un gentil, qui s’appelle Nigaud.

Comme ses frères ont disparu, Nigaud part à leur recherche et – miracle ! – les retrouve.

Comme il a été très sympa avec des tas de bestioles, celles-ci aident Nigaud. En particulier la reine des zabeilles, dont il a sauvé la vie.

Comme c’est dégoulinant de bons sentiments, la morale se résume à : « un bienfait n’est jamais perdu. »  Pas un mot sur « bien mal acquis profite à qui le trouve », évidemment.

Et comme c’est un conte, ça finit par : ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Pauvres gosses !

Or, tandis que je me hâtais de réunir une documentation, de vérifier mes sources et de consulter Wiki, le divin devin, qu’apprends-je ?

Chez les abeilles, la royauté n’est pas héréditaire !

Toutes les abeilles femelles naissent égales et, trois jours durant, sont sans exception nourries de gelée royale. Mais pour devenir reines, c’est pendant six jours qu’elles devront s’alimenter de ladite gelée avant de quitter leur état de larves.

Cela fait, la reine assurera la pérennité de la colonie et les désormais « ouvrières » rempliront toutes les tâches d’entretien et de production. Les mâles, qui n’auront qu’un rôle de reproduction, ne seront tolérés qu’un été dans la ruche. Ceux qui, lors du vol nuptial, accompagnent la reine pour la féconder mourront immédiatement après l’affaire faite. 

Caisse à dire ? Voilà bien qui réactualise furieusement la lutte des classes chez les insectes.

Il y aurait donc des abeilles egolâtres qui, s’estimant uniques et donc valant mieux que d’autres, s’arrogent le droit de se goinfrer de gelée royale – dans le plus total mépris de ses sœurs zabeilles, futures prolétaires butineuses ?

Et des zabeilles tueuses, en plus !

Franchement, à part les trolls de Mediapart, il est difficile de trouver plus antipathique qu’une reine des abeilles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon

La sélection du Club

Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine