Pointvirgule
Une parmi d'autres
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 févr. 2009

A la petite semaine

Pointvirgule
Une parmi d'autres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la petite semaine

Je n’ai plus vingt ans. Ma vue baisse, mes genoux craquent, mes idées se brouillent. Le bilan est redoutablement clair : à la cohorte des petits maux qui entraînent de grandes douleurs s’ajoutent maintenant des réalités autrement terrifiantes. Me voici rattrapée par le pathologique. Rien ne me sera épargné. Sauf, peut-être, avec infiniment de chance, l’hébé-phréno-catatonie. Pour le reste, le compte à rebours a déjà commencé.

Je suis une malade mentale.

Au pluriel.

Il n’est pas d’affections dont je ne sois atteinte.

Je suis mélancolique, maniaque, et maniaco-dépressive.

Maniaque, c’est plutôt le lundi, le jour de la lessive et des raptus anxieux, à quoi succèdent, le mercredi, l’inertie et l’aboulie à l’idée du repassage. Du côté de ma sphère intellectuelle, c’est le règne de l’inhibition psychique. Pour le reste, des accès d’exaltation et d’instabilité attestent de mon débridement instinctuel, du désordre de mes actes.

J’ai des bouffées délirantes à ne plus savoir qu’en faire. Elles surviennent n’importe quand, polymorphes et mouvementées. J’acquiers alors une conscience dite « crépusculaire » et me transforme tout soudain en psychopathe de choc.

Au rayon des hallucinations, le choix est vaste : auditives, visuelles, kinesthésiques, verbales, toutes sont présentes. Et parfois même cumulatives, au point que certains soirs, lorsque la télé est en grève, je ne le remarque pas.

Vous avez dit schizophrène ? Je suis le schizophrène type.

Le fameux sourire discordant, la classique stéréotypie gestuelle, le maniérisme, les réponses à côté, l’écholalie, les salades de mots, les verbigérations… c’est mon portrait craché. Pour ne rien dire des distorsions langagières, de la tendance à l’abstraction et, surtout, de l’indifférence émotionnelle. C’est souvent le dimanche que je suis schizophrène : jour funeste où se conjuguent la dislocation, la disjonction, la fragmentation et la dissociation affectives. C’est d’ailleurs pourquoi je ne vais plus à la messe.

L’hystérie, elle, est présente tous les jours de la semaine.

C’est en quelque sorte le régime ordinaire, qui n’empêche nullement d’exister. Je connais des moments épileptoïdes, traverse des périodes d’ « aura », passe par des transes et divers prodromes, et n’échappe pas toujours aux phases de contorsion, décrites comme « convulsionnaires » ou en « arc de cercle ». J’ai le bonheur, toutefois, d’être préservée de la névrose des téléphonistes.

Les jours les plus lourds sont ceux du doute obsessionnel.

Le lundi est un jour mixte, composé pour partie de pulsions maniaques et activement phobiques et pour partie de ruminations obsessionnelles, régies par le diktat du : « n’oublie pas de penser à tout ». Je passe le lundi les mains dans l’eau – et le mardi généralement couchée, car la compulsion qui m’assigne de vérifier sans cesse que je me suis effectivement levée me contraint, pour ce faire, à retourner au lit. Dures journées passées à chasser l’idée obsédante qui, naturellement, revient au galop.

Bien entendu, je fais parfois des poussées de Bovarysme, doublées de conduites érotomaniaques : c’est la fièvre du samedi soir.

Je sais ce jour-là que le commis de chez Poilâne, « mon » boulanger, est secrètement épris de moi. S’il baisse les yeux à mon entrée, c’est qu’il est surveillé par la matrone qui l’emploie. J’achète donc force miches de ce bon pain et la fièvre, en soirée, est le signe d’un embarras : amoureux pour lui, gastrique pour moi.

Le jeudi et le vendredi je suis parfaitement tranquille car, grâce au ciel, je ne suis ni paranoïaque ni portée sur la chose psychosomatique.

Je sais bien que si l’odieuse concierge monte mon courrier avec deux jours de retard, ce n’est pas parce qu’elle veut le lire préalablement. J’ai compris depuis belle lurette qu’elle est l’auteur de toute la correspondance injurieuse qui m’est adressée. Mais ce n’est pas un complot, puisqu’elle est seule en cause. D’ailleurs elle est bien trop rudimentaire pour avoir pu mettre au point le système de table d’écoute qui parasite mon installation téléphonique. Lequel par parenthèse m’est parfaitement indifférent puisque je ne m’exprime que par monosyllabes qui, le jeudi et le vendredi, sont en outre soigneusement codés. Et pas question, ces jours-là, de tendances syncopales, de sensations de strictions précordiale ou autres céphalées tenaces. Aucun trouble du sommeil. Partie la « boule oesophagienne », envolés vertiges et gastralgies !

Le jeudi et le vendredi, les deux jours bénis de mon repos hebdomadaire, ceux qui me permettent de supporter cette vie « à la petite semaine », je les passe dans mon abri anti-atomique de campagne. Je l’ai fait édifier à mes frais, non sans mal, pour assurer la survie de mon espèce en ce monde décidément très perturbé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis