Pointvirgule
Une parmi d'autres
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 août 2012

Les aventures de la dialectique (version la vie des blogs)

Pointvirgule
Une parmi d'autres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Résider secondairement quelque part n’étant pas dans mes moyens, il m’est un jour venu l’envie de m’abonner à un site participatif. Pour changer d’air.

J’ai donc loué un bungalow.

Là, au début, tout semblait parfait. Pas de luxe, non. Mais du calme et, parfois, de la volupté.

Chacun, candidement, y cultivait son jardin. (Entendez : sa parcelle. C’était un site de gauche.)

Et tous les heureux locataires de se rendre visite, d’échanger, d’organiser des dîners-débats ou des apéros festifs. Ou de rester tranquillement dans leur transat.

Bref. Le bonheur, à l’époque, était simple comme un  clic sur un fil.

Et puis insensiblement, à l’instar du quotidien de ces couples qui s’affirment « félins pour l’autre », les choses se durcirent.

Ce que j’appelais naïvement ma petite maison dans la prairie informatique changea du tout au tout.

Je renonce à lister ces subreptices et douloureuses, sniff, modifications… sniff.

Une seule les résumera.

Un matin, qui fut donc loin d’être un beau jour, l’amicale des joyeux et paisibles locataires du site dut se rendre à l’évidence : plus une clé, plus une serrure ! Tout avait disparu. Même les fenêtres étaient condamnées au supplice raffiné dit  « à l’espagnolette ».

Les bungalows, caravanes et autres habitats en toile étaient désormais ouverts aux quatre vents. Bien classiquement, à semer du vent on ne récolta que de la tempête.

Aussitôt, une délégation de l’amicale citée plus haut demanda audience aux dirigeants du site.

On leur expliqua que le retrait des clés et serrures visait à fluidifier les échanges, à préserver la spontanéité et à encourager la par-ti-ci-pa-tion.

Certains ne s’en remirent pas et bouclèrent leur sac aussi sec. D’aucuns protestèrent, en vain ; d’autres se réjouirent de l’aubaine et passèrent à l’action. Personne, heureusement, n’alla jusqu’à s’immoler.

Un autre matin, encore moins beau que l’autre, les responsables de ce qui était presque devenu un camp de travail (car c’est un vrai travail que de surveiller portes et fenêtres contre les intrusions systématiques, et un boulot à plein temps aussi  que d’organiser raids après raids)  eurent une nouvelle idée.

Ils inventèrent les « Recom2Com », destinés, dirent-ils, à cimenter, voire bétonner l’élan par-ti-ci-pa-tif.  Les tenants (et lieutenants) de l’effet d’aubaine se recyclèrent vite fait dans le commerce des têtes de gondoles.

Une délégation de l’amicale citée plus se rendit à nouveau au bureau de la direction. Mais là, surprise : la porte était fermée ! Fermée, oui, comme du temps des clés et des serrures. Et la direction aussi sourde que muette.

Je n’en reviens pas.

Mais bon, je commence à me demander si j’aime vraiment le camping… surtout sauvage.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr