Pendant que les media s'enflamment pour nous occuper l'esprit avec les histoires de ménage de Mme de Maintenon et de Louis XIV, un vrai complot, national lui, une affaire d'Etat, fait rage avec, comme dans tout complot, son savant dosage de secret et sa pyramide de l'ombre pour que les media soient suffisamment estourbis et anesthésiés par l'ampleur de l'événement et que l'on continue, sans être inquiété, de dérouler ces thèses dont nos consciences répugnent.

 

Il importe évidemment beaucoup moins au bon peuple, aux Sans-culottes qui, par les temps qui courent, sont même capables de se retrouver complètement à poil, que tout un appareil d'Etat soit mobilisé pour faire des ménages, sournoisement, multipliant interpellations, gardes à vue à tout bout de champ, pour des motifs chaque jour plus futiles et pour faire tourner les compteurs, arrestations en catimini de soi-disant sans-papiers mais compatriotes productifs, le plus souvent intégrés mais colorés, que l'on n'hésite pas à déposséder de toute leur vie et leur histoire en les traitant comme tout sauf des êtres humains, parqués dans des Centres de rétention administratifs, espèce d'apatrie, pour le bon vouloir du Roi-Soleil.

 

Tous les ingrédients du complot sont là.

 

On y retrouve des exécutants des basses besognes à qui on ne laisse pas beaucoup d'autre choix que celui d'appliquer des directives qu'on ne discute pas, des généraux et adjudants de préfecture qui auraient pourtant, eux, le choix, au risque de sacrifier leur carrière certes, de ne pas se laisser entraîner dans ce déploiement pernicieux, dégueulasse, vomitif, indigne du pays des Droits de l'Homme, d'une xénophobie d'Etat, ne serait-ce qu'au nom de leur conscience personnelle, à défaut d'en avoir une politique.

 

Et puis, évidemment, la-haut, tout là-haut, dans la lumière parce qu'insoupçonnables, même si un halo la ternit bien quand même un peu, tirant les ficelles de tous ces pantins, les cerveaux.

 

Et dans ce cas-là, ce ne sont pas les services de contre-espionnage qui font le boulot et mènent l'enquête, croyez-le bien, pour éradiquer ce complot aux relents insupportables, mais les Sans-culottes, l'escadron du corps professoral de la République qui se retrouvent au côté des sans-papiers; pendant que la police s'amuse à faire du chiffre.

 

Du Roi-Soleil, les yeux derrière un verre fumé pour se protéger de radiations dévastatrices et incurables, le bon peuple des sans-voix attend impatiemment l'éclipse pour pouvoir enfin regarder la vraie lumière en face.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.