poppie
Abonné·e de Mediapart

151 Billets

4 Éditions

Billet de blog 8 févr. 2016

Quel sort attend les Rohingyas de Birmanie?

Les élections birmanes viennent de voir la très nette victoire de la LND, le parti de Aung San Suu Kyi. Depuis quelques années, ce pays -qui compte un grand nombre de bouddhistes- est en proie à un très violent rejet de sa communauté musulmane, les Rohingyas.

poppie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les tensions religieuses, attisées par un moine bouddhiste particulièrement haineux nommé Wirathu,   discréditent le bouddhisme lui-même et sa longue tradition de pacifisme. Peut-on éviter de penser, alors que le gouvernement sortant se garde bien de condamner ce moine Wirathu, qu'il entendait amener la division dans les rangs des très nombreux bouddhistes qui sont l'électorat habituel de Aung San Suu Kyi?

Fille du "libérateur du pays"après l'occupation britannique*, la Dame de Rangoon" est restée très populaire parmi les habitants de Birmanie.  Ecartée autrefois du pouvoir par la junte militaire, de nombreux Birmans souhaitaient toujours lui voir prendre la direction du pays.  Le gouvernement précédent ne l'ignore pas et avait pris soin de faire adopter dans la constitution birmane une clause rendant impossible son éventuelle accession à la présidence, du fait de la nationalité de ses enfants (britanniques, comme l'était leur père Michael Aris, décédé).

Des observateurs étrangers ont vivement critiqué "la Dame" pour avoir refusé de condamner les très violentes attaques dont fait toujours l'objet la communauté musulmane du pays (les Rohigyas).  Il est exact qu'elle a toujours évité de prononcer la condamnation attendue, décevant les uns, en persuadant d'autres qu'elle avait abandonné toutes convictions en s'approchant des instances dirigeantes.  

En même temps, bien qu'étant présente au sein des institutions depuis "l'ouverture" (toute relative) du pays, elle n'avait en fait aucun pouvoir réel.

Même après la victoire de son parti aux récentes élections, dans le meilleur des cas, il lui faudra encore compter avec le pouvoir d'un large groupe de militaires, à qui les sièges ont été préalablement attribués, avant d'avoir une influence décisive.

Je fais personnellement le pari (c'est un avis personnel que le futur validera ou pas?) qu'elle attendra d'avoir  les mains suffisamment libres pour prendre des mesures vraiment décisives en faveur de toutes les minorités discriminées dans le pays (les Rohingyas ne sont pas les seuls, s'ils sont particulièrement persécutés).    Des déclarations prises dans la précipitation pourraient la renvoyer plusieurs années en arrière dans son cheminement.   L'idée d'un danger lié à la présence musulmane s'est répandue dans le pays, comme il gagne nos propres contrées;  ce danger me semble être très nettement d'origine politico-économique, bien plus que religieuse, mais la peur est bien là, capable de paralyser la réflexion.   

Je souhaite, bien entendu qu'Aung San Suu Kyi soit restée fidèle aux attentes de ses électeurs épris de paix.    Cela serait conforme à ce qu'avait été son parcours jusqu'à cette série d'embûches qui lui ont été imposées.  Ce serait aussi une raison d'espérer que la violence ne gagne pas toujours.

-On trouve de nombreuses informations complémentaires dans INFO BIRMANIE,  et pour la question du sort des Rohingyas, dans "les focus du mois" :

http://www.info-birmanie.org/wp-content/uploads/NDB-dec-2015.pdf

-*Ici, des éléments de biographie du père d'Aung San Suu Kyi, le général Aung San :

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Aung_San

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre