PRADES & Cie
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2018

Un "Appel des 100" de funeste augure

L'appel des 100 contre le "séparatisme islamiste" pose doublement question. Son intempestivité apparente suggère une volonté stratégique de construire un camp dans une croisade idéologique. Mais surtout, le fait qu'un texte aussi médiocre ait pu être signé par des personnalités aussi éminentes, bien au-delà des quelques bateleurs islamophobes, est inquiétant pour le débat démocratique en France.

PRADES & Cie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si les signataires de cet Appel des 100 intellectuels contre le séparatisme islamiste  se réduisaient aux croisés habituels de l’islamophobie, groupés maintenant sous la bannière du «Printemps républicain », il n’y aurait peut-être pas lieu de s’alarmer. On pourrait n'y voir qu'une nouvelle intervention d’agit-prop pour construire leur camp dans la guerre idéologique qu’ils ont entreprise en vue des prochaines échéances électorales.

L’inquiétant est de trouver parmi les signataires de ce texte des personnalités éminentes de la recherche en philosophie et en sciences sociales dont les travaux ont jusqu'à présent montré la lucidité de leur regard critique et leur exigence méthodologique. L'inquiétant n'est pas qu’elles soutiennent un point de vue dans le débat politique, ce qui est au principe même de ce débat, mais qu’elles aient apposé leur signature à un texte aussi inepte, aussi médiocre dans sa rhétorique que fautif dans sa méthode.

Car enfin cette diatribe enflammée se construit sur une tête d’épingle. Son seul point d’appui dans la réalité est un micro-événement, auquel elle prétend donner la portée d’un signe majeur du « totalitarisme islamiste » qui nous menace, sans se donner la peine d’expliciter le lien entre les deux.

- Le fait lui-même, l’organisation d’ateliers « non-mixtes » par SUD93 , a été débattu contradictoirement en son temps comme il est de règle – les uns relativisant sa portée en évoquant des précédents historiques comme les « groupes femmes » des années 70, les autres alertant sur le risque d’accentuer des clivages et de nourrir des tensions sociétales sans commune mesure avec celles des années 70 – et il est tout à fait légitime d’y voir plus qu’un épiphénomène.

- Le problème est que cette analyse est absente, et que sur la base d'un micro-événement remontant à plusieurs mois, l'"Appel"  bondit soudain sur la tribune pour dénoncer le « totalitarisme islamiste » dont il serait porteur. Pour faire le lien dans ce raccourci osé, une simple invocation à demi-mot de la figure des démons familiers – CCIF, PIR… – semble suffire… Le reste est suggéré, comme s’il allait de soi que des ateliers réservés aux « racisés » s’inscrivaient dans la stratégie maligne d'un "totalitarisme islamiste" dont il ne serait pas besoin de désigner les responsables, tout en affirmant l’évidence du lien entre l'initiative de SUD93 et la « laïcité menacée », la persécution à venir des femmes qui « ôtent le voile et sortent dans la rue », etc…

- « Le nouveau séparatisme avance masqué. Il veut paraître bénin, mais il est en réalité l’arme de la conquête politique et culturelle de l’islamisme ». Qui est derrière?  Le texte peine à être plus précis que la simple évocation suggestive  – « certains animateurs » liés aux démons familiers  — mais il construit de manière purement verbale une personnification de la figure de l’ennemi: «l’islamisme a prévu de… », «l'islamisme veut être à part », «l'islamisme rejette les autres », « l'islamisme déteste la souveraineté démocratique », « l'islamisme se sent humilié »… Bref l’ «islamisme » se voit doté de volontés et de sentiments hostiles,  d’une personnalité maligne... Mais qui est-il dans la réalité

- Le texte serait bien en peine de le dire, d’autant que, parmi les démons familiers évoqués suggestivement  – Marwane Muhammad pour le CCIF, Houria Boutelja pour le PIR, auxquels on aurait pu ajouter feu Tariq Ramadan, si les flammes de l’enfer ne le léchaient pas déjà… — aucun ne remet en cause la laïcité telle qu’elle fait consensus dans la société française, et ils ont tous explicitement affirmé leur soutien à la Loi de 1905.

- Avec une telle inconsistance rhétorique et méthodique, la vraie logique de ce texte ne semble pas être de s’inscrire dans un débat pluraliste mais de tracer une ligne de front face au camp ennemi. Mais qui est l’ennemi? Qui incarne autour de nous et parmi nous la figure démoniaque de l’ «islamisme qui veut…, qui rejette…, qui déteste… »?  On ne sait trop si cette figure désigne une frange d’extrêmistes prêts à subvertir la République ou si elle englobe tous ceux qui s'en rendraient complices en ne rejoignant pas la croisade islamophobe.

Si cet « Appel des 100 » est significatif de quelque chose, compte tenu de l'autorité morale et scientifique des personnalités qui se sont laissé aller à le signer, au-delà des bateleurs habituels,  c'est de l'affaiblissement du débat démocratique en France, non pas sous la menace insidieuse d'un ennemi masqué, mais sous l'effet d'une panique morale persistante.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik