La Commune et les Gilets Jaunes

150 ans de la Commune. 2 ans de Gilets Jaunes. Ils-elles sont les héritiers des valeureux, prêts à tant pour arriver à la liberté du peuple, continuent la lutte pour la justice. Leurs combats sont justes, légitimes et déterminés. La démocratie ne peut être que radicale, sinon elle n'est pas. La démocratie directe, par le peuple et pour le peuple !

18 mars 1871, à Paris c'est le début de l'insurrection de la population contre le gouvernement français qui collabore avec l'ennemi prussien.

Du 18 mars 1871 à la « Semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871  le peuple refuse de reconnaître le gouvernement issu de l'Assemblée nationale, qui venait d'être élue au suffrage universel masculin,   et choisit d'expérimenter pour la ville une organisation libertaire, basée sur la pratique démocratique directe, qui donnera naissance au communalisme.

18 mars 1871 : c’est le début d’une expérience hors du commun !
le peuple de Paris assiégé, affamé, désarme les militaires et prend le pouvoir. Durant trois mois, on expérimente l’auto-organisation, la solidarité, la promesse d’une vie nouvelle !

150 ans après, la métropole nous étouffe. Le Paris que l'on connait aujourd'hui s'est bâti sur les corps des communardes et des communards. Malgré leur extermination, leurs idéaux vivent encore chez certaines et certains d'entre nous. Pour que nos luttes soient puissantes, il est nécessaire de connaître l'histoire des luttes passées qui nourrissent notre imaginaire politique. Les gilets jaunes s'inscrivent dans cette utopie concrète et ce bain de sang qu'ont été la commune. Mais ces luttes ne relèvent pas que du passé. Les parisiennes et parisiens se sont soulevées pour leur autonomie politique et la fondation d'un gouvernement démocratique radical et se sont organisés en conseils de quartier, là où les gilets jaunes se sont soulevées pour se réapproprier leurs villes, leurs territoires, pour y faire des assemblées et décider en dehors des institutions de pouvoir et de domination oligarchique, représentant elles l'opposé de l'humanisme. Alors que la plupart de ces institutions corrompues se préparent à une commémoration molle, fallacieuse, dépolitisée et républicaine, ne leur laissons pas le plaisir de s'approprier cette histoire en l'enfermant dans des musées inertes et sans vie. Faisons surgir les mémoires vives qui animent la commune dans nos corps, nos rêves et nos révoltes.

Les Gilets Jaunes de Montreuil lancent un appel à s'associer aux communards et célébrer le début de la commune.

"""" Le 18 mars 2021, que vive la Commune, et vive les Gilets Jaunes !

Le 17 novembre 2018, nous, les petits, les sans-droits, les premiers de corvée, enfilions un gilet jaune et occupions ronds-points, places, esplanades, rues…  Avec, sur le dos, un seul mot : justice ! Décliné en justice sociale, justice fiscale, justice écologique et, dans la tête, un espoir fou : la démocratie directe, par le peuple et pour le peuple !

Depuis ce jour, une pluie de lois liberticides s’est abattue sur nous, visant à nous dépouiller de tous les moyens de défense devant l’absolutisme du pouvoir.

Le 18 mars 1871, les petits, les sans-droits, les premiers de corvée, prenaient les armes, dressaient des barricades, fraternisaient avec la troupe, se soulevaient,  pour donner corps à leur rêve de démocratie directe, par le peuple et pour le peuple !

Ils défendaient leurs canons, seuls garants de leur sécurité face à l’arbitraire et la scélératesse du pouvoir qui voulait les asservir.

1871-2021, même combat contre les états dits «d’urgence», qui désarment ou suppriment systématiquement les mouvements contestataires.

Nous, Gilets Jaunes de Montreuil, toujours assoiffés de justice, appelons tous les Gilets Jaunes de l’Univers à rendre hommage à tous les révolutionnaires d’hier et d’aujourd’hui, à commémorer les avancées humanistes du Conseil de la Commune de 1871 et à réitérer nos revendications de 2018, la principale restant la démocratie directe, par le peuple et pour le peuple !

Le 18 mars 2021, on reprend nos ronds-points, nos places, nos esplanades, la rue ! On allume nos braséros, on fait la fête et on continue à lutter pour un monde meilleur ! """"

Oui les Gilets Jaunes sont la suite des communards, les héritiers des valeureux, prêts à tant pour arriver à la liberté du peuple. Oui les gilets jaunes continuent la lutte pour la justice. Nous n'aurons pas à rougir devant nos enfants, nos combats sont justes, légitimes et déterminés. La démocratie ne peut être que radicale, sinon elle n'est pas. Réveillons l'imaginaire révolutionnaire enseveli depuis 1 an sous les confinements et les couvre feu.

Alors, en hommage à toutes les luttes contre les oppresseurs, contre ceux qui gouvernent et dominent par la peur, pour la dignité humaine, les Gilets Jaunes de Montreuil ont ouvert les festivités ce jeudi 18 mars 2021 sur les rond-points .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.