Les travailleurs handicapés en délégation à l'Elysée lundi 28 novembre, pour le droit à une véritable retraite anticipée

Monsieur le Président,Mandatés par plus de 800 signataires handicapés, parents, professionnels, responsables et syndicalistes, nous vous interpellons à propos des retraites des travailleurs handicapées et des parents de personnes handicapées.
Monsieur le Président,


Mandatés par plus de 800 signataires handicapés, parents, professionnels, responsables et syndicalistes, nous vous interpellons à propos des retraites des travailleurs handicapées et des parents de personnes handicapées.
Vous le savez, il faut faire des efforts considérables pour acquérir ou conserver un emploi, malgré le handicap.
Les travailleurs handicapés sont pénalisés dans leurs études, puis dans leur carrière. Ils ne sont pas protégés des licenciements, et le chômage les frappe deux fois plus que les autres travailleurs, pourtant déjà durement touchés. La maladie, le handicap, les use aussi plus vite, malgré leur motivation, d'autant plus que le droit aux soins est remis en cause par les mesures prises contre les assurés sociaux.
Les parents, eux, sont généralement obligés de sacrifier leur carrière pour assurer la prise en charge de leurs enfants handicapés, même lorsque ceux-ci sont majeurs. Et les compagnes et compagnons de personnes handicapées dépendantes doivent assumer le rôle de tierce personne, dans des conditions de plus en plus difficiles.
Pour tous, l'inégalité professionnelle se prolonge par l'inégalité devant la retraite. Le handicap et la maladie causent un terrible manque à gagner en terme d'années de cotisation et de salaire de référence. Beaucoup en sont réduits à solliciter l'ASPA (Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées, ex Minimum Vieillesse) pour vivre, soit 742 euros par mois, 200 euros de moins que le seuil officiel de pauvreté... C'est comme s'ils n'avaient jamais travaillé !
Les mesures adoptées récemment « en faveur » des travailleurs handicapés sont tellement restrictives que seule une infime minorité peut en bénéficier. Par contre, les « réformes » successives des retraites ont aggravé la situation de l'immense majorité des travailleurs handicapés et des parents d'handicapés, comme pour les autres travailleurs.
Monsieur le Président,
Nous n'acceptons pas que cette injustice continue à perdurer plus longtemps !
C'est pourquoi nous vous demandons de recevoir personnellement une délégation de signataires de la pétition « Travailleurs Handicapés, parents et conjoints : Pour le droit à une véritable retraite anticipée ! », afin de vous remettre en main propre cette pétition et de vous exprimer notre point de vue de vive voix, avant l'adoption définitive de la loi de finances 2012.
Il est très difficile pour nous, grands handicapés, de nous déplacer. En conséquence, nous vous demandons solennellement de prendre vos dispositions pour écouter personnellement ce que nous avons à vous dire. Nous nous présenterons devant le Palais de l'Élysée, le Lundi 28 novembre, à 14h.
Bien évidemment, nous rendrons compte de cette entrevue à la presse et aux médias.
Ne doutant pas que vous aurez à cœur d'accéder à notre demande légitime, et vous en remerciant par avance, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de notre haute considération.
Pour les signataires : Henri Galy - Président du CDTHED

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.