Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 févr. 2015

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

La Pléiade – un certain mépris du lecteur

La plupart des articles que l’on lit sur la prestigieuse collection de La Pléiade chez Gallimard commentent, le plus souvent pour louer son prestige, la qualité éditoriale des ouvrages, le sérieux des spécialistes et chercheurs présidant à l’édition, l’appareil critique, la richesse des notes et notices, etc… Ce serait même, selon Mathieu Lindon de Libération qui ne loupe jamais une comparaison délicate, la « Rolls-Royce de l'édition ».

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La plupart des articles que l’on lit sur la prestigieuse collection de La Pléiade chez Gallimard commentent, le plus souvent pour louer son prestige, la qualité éditoriale des ouvrages, le sérieux des spécialistes et chercheurs présidant à l’édition, l’appareil critique, la richesse des notes et notices, etc… Ce serait même, selon Mathieu Lindon de Libération qui ne loupe jamais une comparaison délicate, la « Rolls-Royce de l'édition ».

Par contre, je n’ai jamais lu rien qui s’intéresse au calendrier et au rythme de parution des ouvrages ; comme si cela allait de soi, comme si cet aspect concret était trivial ou devait rester à l’entière discrétion de l’éditeur… Ceci est sans doute assez illustratif de l’état d’esprit du milieu littéraire, peu regardant sur l’aspect concret de la politique éditoriale, alors que pourtant un livre est un objet qu’il faut d’abord avoir en main pour s’enrichir de son contenu…

Et là ! Il y a vraiment à redire quant à l’intervalle de parution très souvent abusif pour ne pas dire scandaleux entre les tomes, lorsqu’un auteur en requiert plusieurs. Là il faut vraiment critiquer vertement La Pléiade, au nom de tous ses lecteurs modestes qui ont commencé à mettre des sous dans l’achat du ou des premiers volumes et ne peuvent ensuite se permettre l’alternative de racheter l’œuvre complète parue chez un autre éditeur. Exemples :

Balzac : correspondance : le tome I est paru en 2006, le tome III est toujours « en préparation ».

Balzac : œuvres diverses : le tome I est paru en 1990, le tome III est toujours « en préparation ».

Hugo : œuvres poétiques : le tome I est paru en 1964, les tomes IV et V sont toujours « en préparation » ; record battu !

Marx : œuvres : le tome IV Politique I est paru en 1994, le tome V n’est pas même signalé « en préparation » et on ne sait pas davantage si ce sera le dernier ou s’il y aura des tomes VI, VII…

Nietzsche : œuvres : le tome I est paru en 2000, les tomes II et III sont toujours « en préparation ».

Orateurs de la Révolution française : le tome I est paru en 1989 bien sûr, le tome II n’est pas même signalé « en préparation » et on ne sait pas davantage si ce sera le dernier ou s’il y aura des tomes III, IV…

Sartre : publication de ses textes romanesques et philosophiques commencée en 1982 ; les écrits politiques ? On ne sait pas…

Shakespeare : œuvres complètes : le tome I est paru en 2002, les tomes VI et VII sont annoncés mais pas encore « en préparation ».

En outre… cela ne s’améliore pas.

Fin 2014 par exemple, la présentation d’un ouvrage attestait non seulement d’une désinvolture mais carrément d’une faute. Il s’agit d’Aristote : le volume sorti en novembre est intitulé, sur le boitier, la couverture et le dos « Œuvres » ; il faut consulter le catalogue 2014 pour savoir qu’il s’agit en réalité du tome I. Et rien d’autre n’est précisé, ni quand paraîtra le tome II, ni s’il y en aura deux ou trois ou plus ! J’ai failli me laisser prendre ; heureusement, désormais je me méfie et donc j’ai acheté l’Aristote paru au même moment chez Flammarion et qui lui réunit en 2 000 pages les œuvres complètes, et pour le même prix !

Autre parti-pris irritant : les œuvres publiées en vieux français, donc pratiquement illisibles pour les non-spécialistes… Pourquoi pas une édition bilingue ? Par exemple pour Les Essais de Montaigne, ils se sont fait surclasser par l’excellent recueil paru chez Quarto en français moderne.

Et ces volumes qui apparaissent au catalogue « indisponible provisoirement », 9 fois sur 10 cela devient l’année suivante « Epuisé ». Si vous aviez commencé d’acheter les premiers volumes… tant pis pour vous.

De même, vous aviez commencé d'acquérir l’Encyclopédie ? Elle restera incomplète sur vos rayonnages, car elle a été retirée du catalogue et des librairies sans préavis.

Qu’on n’imagine pas que je sois hostile à La Pléiade : j’en possède environ 200 volumes. Mais chat échaudé, je me méfie désormais et n’achète jamais plus un auteur tant que le dernier volume n’est pas paru !

17 février 2015

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar