Alvaro Martinez Alonso - Mittelmeer 03

Répondant à l'invitation du projet Sécession, l'artiste Alvaro Alonso Martinez fabrique une étrange carte d'école pour l'Europe.


Répondant à l'invitation du projet Sécession, l'artiste Alvaro Alonso Martinez fabrique une étrange carte d'école pour l'Europe.

On pourrait nommer « effondrement cartographique » le procédé utilisé par l'artiste Alvaro Alonso Martinez pour créer Mittelmeer 03.  Il s’agit d’une carte subjective, reprenant le canon des cartes d’école, et saisissant le moment geo-politique de l’Europe. Mittelmeer 03  détoure, découpe, entaille les frontières du Sud en se focalisant sur l’acronyme PIGS  qui désigne dans la langue de l’Euroland, les « Etats-cochons » : P pour Portugal, I pour Italy, G pour Greece, S pour Spain. En lieu et place de ces quatre entités, Alvaro Alonso Martinez a glissé, dans une couche cartographique sous-jacente, une géographie allemande. Une première lecture de l’oeuvre renvoie donc à la perception, par les pays du sud de l’Europe, d’un nouveau cycle hégémonique : une « idéologie allemande » de la monnaie, de la rigueur. Mittelmeer 03  interroge cette perception en l’imprimant dans l’espace. Dans quelle mesure, des territorialités, des cultures, des langues peuvent-elles supporter la contrainte ? La dette qui est ici comme une astreinte-cadre exigeant le drainage et la soumission de l’espace  compose la troisième couche intouchable, immatérielle de la carte, rendue visible par la pression, l’impression sur les territoires. Mais au-delà, c’est une vision géo-poétique qui s’impose : une «géographie migrante», où des marqueurs vagabonds (noms de fleuves, de villes) se déplacent selon des voies de traductions et d’intraduisibles. On imagine Mittelmeer 03 , avec sa plastique de cartes d’écolier, servant aux instituteurs, pour offrir aux enfants une poétique du vacillement.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.