prospereowono
Abonné·e de Mediapart

203 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 nov. 2013

prospereowono
Abonné·e de Mediapart

Gabon-Biométrie : Une avancée, mais pour quels acteurs politiques ?

prospereowono
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme toute nouvelle trouvaille, la biométrie fait aujourd’hui figure de panacée pour de nombreux acteurs politiques ayant combattu avec acharnement la fraude électorale sous toutes ses formes. Mais, faut-il pour autant oublier que l’homme est au centre de tout et qu’il n’est pas aussi parfait qu’on le voudrait ?

Presque partout aujourd’hui au Gabon, gouvernants comme opposants chantent l’arrivée de la biométrie. Les premiers sont fiers de jouer les pionniers en matière d’introduction de technologies nouvelles au plan électoral. Les seconds s’assimilent aux sauveurs d’une démocratie que des années de fraudes savamment orchestrées conduisaient irrémédiablement sur la voie de l’errance.

Un consensus semble émerger cependant de ces discours : pour les uns comme les autres, la biométrie passe pour une alternative crédible aux bonnes vieilles méthodes. Celles-ci sont décriées car n’étant jamais parvenues à empêcher les tricheurs d’exceller dans leur méfait.

Dans son principe, le système biométrique est une avancée réelle, en ce qu’il permet effectivement de contrer les fraudes massives que peut occasionner l’existence de pièces doubles, entre autres. Son utilisation pourrait donc révolutionner bien des choses.

Techniquement, il ne sera pas aussi facile de tricher. Par exemple, le même électeur pourra difficilement disposer à la fois de deux empreintes digitales. Néanmoins, il y a des pratiques auxquelles le recours à la biométrie ne changera pas grand-chose, et des phénomènes qui survivent au temps : la corruption, l’achat de conscience, les intimidations et menaces de toutes sortes. Il y va donc de la qualité des acteurs politiques eux-mêmes.

Ainsi, en cette fin d'année 2013, des fraudes primaires comme voter deux fois relèveront du passé, avec les moyens technologiques, on a pu faire du « nettoyage », éradiquer les cas de doublons. Un pas a été franchi qui devrait permettre au candidat de récolter ce qu’il aura semé : le fruit de ses propres efforts.

L’utilisation de la biométrie va donc permettre de résoudre des cas de fraude. Mais d’autres problèmes, en rapport avec la qualité des hommes politiques, vont perdurer. Il ne sera certainement pas facile de changer les habitudes au niveau d’une catégorie d’acteurs politiques. Le problème, c’est donc les hommes eux-mêmes.

Sous nos tropiques un problème de confiance se pose, lequel en rajoute la persistance de certaines mentalités. On voudrait bien rassurer, mais certaines personnes sont animées de mauvaises intentions.

La biométrie, elle, est déjà là. Mais le jeu politique pourra-t-il se normaliser un jour au Gabon ? A quoi sert-il de financer des moyens technologiques de pointe, lorsque les citoyens eux-mêmes ne sont pas bien identifiés ?Quelle crédibilité accorder à l’élite politique de nos pays ?

Tout au long des consultations électorales, le processus reste parsemé d’embûches : tentations et intimidations de toutes natures handicapent encore le bon fonctionnement des opérations électorales.

Il arrive ainsi que les scrutateurs deviennent eux-mêmes parfois de véritables gangrènes : les plus faibles ou les plus démunis se font facilement soudoyer.

En dehors des acteurs politiques, il y a aussi le jeu des leaders d’opinion : jusqu’à quel niveau par exemple, ceux-ci consentiront-ils à laisser les populations libres de leur choix ?

Seront-ils assez forts pour éviter la confusion des rôles, et donc inciter les votants à aller dans un sens plutôt qu’un autre ?

On ne peut nier les bienfaits du progrès technologique. Mais la biométrie éloignera-t-elle les électeurs des pressions, chantages et autres corruptions légendaires ?

Nombre des acteurs politiques ont des tares. Les rivalités mesquines et la concurrence déloyale peuvent facilement inciter à tricher. Tout espoir n’est cependant pas perdu.

La biométrie est une réalité, preuve que les choses sont appelées à changer. Sans doute cela va-t-il être difficile et long. Mais, l’électeur doit lui aussi faire preuve de maturité. Une fois dans l’urne, il est face à sa conscience. C’est là où sa responsabilité est engagée. A lui de prendre donc conscience que tout part de sa capacité à s’assumer, étant donné les enjeux.

La biométrie n’est pas une panacée. Mais, au moins dispose-t-on de listes auxquelles on peut se fier, comparativement à celles du passé. Cette avancée technologique fait aussi gagner du temps et économiser de l’énergie.

Reste toujours que quelles qu’elles soient, les technologies demeureront toujours aussi difficiles à maîtriser. Et d’ailleurs, que peut bien la machine face à la cupidité des hommes ?

L’homme étant au centre de tout, aux acteurs politiques gabonais de travailler dur pour que le scrutin soit plus transparent que par le passé, que les résultats soient acceptés et qu’il y ait moins de remous post- électoraux.

Cela donne encore plus de force à la devise de l’UNESCO : « La guerre prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal — Discriminations
Dans les hôpitaux de Strasbourg, l’aumônerie musulmane a la portion congrue
Les différentes aumôneries des Hôpitaux universitaires de la capitale alsacienne disposent de moyens humains et matériels très disparates, qui laissent le sentiment d’une inégalité de traitement. Côté musulman, l’unique salariée a été privée de son bureau individuel.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER