Protéger l'enfant Association
Association pour réformer le délit de non représentation de l'enfant. Le parent protecteur doit pouvoir protéger l'enfant du parent violent.
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2021

Protéger l'enfant Association
Association pour réformer le délit de non représentation de l'enfant. Le parent protecteur doit pouvoir protéger l'enfant du parent violent.
Abonné·e de Mediapart

Inceste : les mécanismes du silence

« Il y a pour tout le monde une incorporation de la peur et de la grammaire du silence autour de l’inceste. Le véritable interdit ou tabou de l’inceste, ça n’est pas de le commettre, puisque ça arrive partout, tout le temps, mais c’est d’en parler. » Dorothée Dussy

Protéger l'enfant Association
Association pour réformer le délit de non représentation de l'enfant. Le parent protecteur doit pouvoir protéger l'enfant du parent violent.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un silence assourdissant

Le silence qui entoure l’inceste est puissant. Déjà, parce que les victimes subissent sans oser ou pouvoir parler.

Mais le silence le plus puissant est celui de la famille

. Car il est là le problème. L’incesteur fait partie de la famille, du cercle des proches.


Parfois les victimes parlent, mais c’est encore pire. Ce sont elles qu’on met dehors de la famille, car c’est d’elles que vient le « désordre »… La personne qui dénonce devient le traitre.


La pression sociale actuelle est telle que beaucoup de familles préfèrent préserver les apparences d’une famille normale plutôt que protéger les enfants.

Le silence des victimes

Il existe une foule d’explications au silence des victimes. En voici quelques-unes :

  • Leur âge. L’âge moyen des victimes d’inceste est de 9 ans. A cet âge, on ne comprend rien à la sexualité et donc à ce qui vient de se produire. Les enfants sont sidérés par leur viol.
  • L’injonction impérieuse au secret. Les incesteurs imposent facilement le silence. Souvent, il n’y a même pas d’ordre formulé. Les enfants savent qu’il ne faut rien dire.
  • La verbalisation difficile. Les enfants n’ont pas de mot pour dire la sexualité. Et quand ils s’expriment, les propos sont décalés par rapport à la violence subie.
  • La culpabilité. De n’avoir rien dit, de ne pas avoir su stopper, de craindre d’être responsable…
  • La peur, la honte, le sentiment d’être les seuls à subir ces viols…

Les raisons du silence sont presque infinies.

De plus, parfois quand elles parlent, on refuse de les croire, on les soupçonne d’inventer.
Les victimes sont dévastées et doivent vivre avec cette douleur et cette construction déviée.

Le silence des proches

Là aussi, nombreuses sont les explications au silence des membres de la famille.

  • Un tabou qui se répète. Il est extrêmement fréquent que l’inceste surgisse dans des familles qui l’ont déjà connu. Les membres du clan ont grandi en étant victime ou en ayant côtoyé une victime. L’injonction au silence est déjà intégrée. Tout le monde est élevé pour se taire.
  • Un manque de réaction. Quand les victimes parlent, souvent, il ne se passe rien. Les adultes informés ne questionnent pas, n’agissent pas. C’est le silence qui accueille les révélations.
  • Le mode survie. Les membres de ces familles bancales privilégient leur propre protection à celle des (autres) victimes, et cela passe par le silence. Les adultes ne protègent pas car ils en sont incapables.

Libération de la parole

Pourquoi certaines victimes parviennent à briser ce tabou et d’autres non ?

Une fois de plus, les raisons sont nombreuses.

  • Un trop plein de souffrance, sans réussir à compenser. Il faut que ça sorte !
  • La peur que l’incesteur s’en prenne à d’autres gens
  • La libération par la mort de l’incesteur
  • L’arrivée d’un bébé
  • Une thérapie
  • Une mémoire retrouvée
  • Un regain de force pour affronter son passé


Le pouvoir de la parole

Quand les victimes trouvent le courage et l’énergie de parler, quand on accueille leurs propos, le cercle incestueux familial cesse. Les enfants des victimes qui ont dénoncé leur calvaire ne connaitront pas celui-ci.


Cette bonne nouvelle se limite toutefois à cette descendance-là. Les bénéfices ne sont pas poreux au reste de la famille. Celle-ci reste dans le silence. Et il est probable que les violences sexuelles faites aux enfants continuent en leur sein.


Sources et liens utiles

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel