Saint-Domingue, géant méconnu de l'histoire de France et des Amériques

J'ai adoré les entretiens de François Bonnet avec les auteurs haiïtiens, au cours desquels s'est invitée cette géante de l'histoire de France qu'est Saint-Domingue. Je suis quasiment sûr que 80% d'entre vous ne connaissent pas le rôle de Saint-Domingue, pourtant majeur dans la Révolution française !

 

Ce fut la première guerre d'indépendance dans le tiers-monde, la première réussie (la plupart des suivantes n'auront lieu que 170 ans plus tard) si l'on exclue les révolutions d'Amérique latine contre l'empire espagnol, toutes organisées dans les années 1800, au départ d'Haïti. Les conflits militaires qui ont ravagé St-Dominge dans les vingt ans qui ont suivi la révolte de 1791 ont abouti a mort de la moitié de la population de 'ïle et façonné un système de peur et de corruption.

 

En 1789, il y avait cinq fois plus d'esclaves noirs à St-Domingue qu'en Martinique et Guadeloupe réunies. Cette population noire explose: tous les quatre ans on débarque à Saint-Domingue l'équivalent de la population noire guadeloupéeenne. En croissance très forte, la "perle des Antilles" produit à elle seule la moitié du café et du coton mondial, et 40% du sucre mondial, de loin la culture la plus rentable, même si les esclaves meurent à la tâche en 3 ou 4 ans, car le "gang-system", organisé à coups de fouets, les épuisent. C'est la première zone d'exportation des produits français, qui attire les plus ambitieux officiers de la noblesse, rapidement enrichis à une époque où l'enrichissement rapide est encore rare, faute d'industrie. Cet argent est surtout réinvesti dans l'immobilier, en particulier dans le Sud de St Domingue, ou dans la région nantaise, capitale du commerce triangulaire, et il financera en partie la révolte des chouans vendéens. Marx, impressionné par l'esclavage, s'est trompé en lui attribuant le financement de la révolution industrielle.

 

 

Dès la fin des années 1780, une formidable lutte d'influence oppose à Paris le lobby des grands planteurs, tous de Saint-Domingue, et celui des anti-esclavagistes. Les seconds vont l'emporter et la révolte des esclaves de 1791 oblige la révolution française à se positionner, ce qui fragilise les modérés, impliqués dans plusieurs scandales. Quelques semaines après l'abolition de l'esclavage de 1794, les grands planteurs de St Domingue s'allient à l'Angleterre, qui récupère ainsi la plus juteuse, de loin, de toutes les colonies... St Domingue était déjà l'enjeu des guerres franco-anglaises du 18ème siècle, les anglais ne récupérant lors de leur victoire de 1764 que la partie négligeable, le Québec.

 

En 1798, les anglais et les planteurs français sont battus par les esclaves, qui triomphent à nouveau en 1803 d'une expédition de 35.000 hommes envoyés par Bonaparte, (qui s'appuie sur les centaines d'officiers supérieurs ayant des terres à Saint-Domingue), qui a racheté secrètement la Louisanne aux Espagnols en 1800 pour en faire une base d'accueil des colons de Saint-Domingue. Dans les années 1800 près de 20.000 blancs français doivent fuire l'Ile et vont faire tripler la population de la Louisiane, et lancer, via le Mississipi, le début de la conquête de l'Ouest.

 

Ces réfugiés français fuient aussi à Cuba. La production de sucre et la population d'esclaves triplent en quelques années après leur arrivée.

 

Bref... Saint-Domingue a joué un rôle majeur dans l'histoire de France... et de l'Amérique. La métropole continue à menacer son ex-colonie, à corrompre ces dirigeants et leur opposition, causant une guerre sanguinaire entre les noirs, ce qui lui permet aussi d'obtenir en 1830 une énorme "indemnité" pour la perte des terres des colons, que ceux-ci s'empressent de placer en diverses rentes. Le capitalisme de rentiers, spécifique à la France, est né. 1830 c'est aussi l'année de a conquête de l'Algérie et de l'Afrique occidentale française, alors qu'avant la France avait pour toutes colonies quelques comptoirs aux Indes et ces fameuses îles des Antilles...Un empire colonial démarre, soutenu par cette "assurance anti-révolte noire" que constitue l'indemnité de Saint-Domingue, qui permet par ailleurs aux élites monarchistes de la restauration de se constituer une fidèle clientèle politique...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.