Quentin Laurent
Journaliste étudiant à l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2011

Jean-Marie Le Pen fait son coming out, n'est-ce pas

Quentin Laurent
Journaliste étudiant à l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelle drôle d'idée sortie il y a quelques jours de la bouche de Jean-Marie Le Pen. "Par exemple, ils veulent sodomiser le président" a-t-il déclamé à France Soir, prêtant à des pauvres immigrés maghrebins la volonté de s'offrir l'anus présidentiel. Il est pourtant peu probable que ceux_là en rêvent tous les matins en se rasant...

Non mais, sodomiser le président! A en croire que l'orifice élyséen fait office d'exutoire peu banal, surtout anal, pour un président d'honneur du Front National sur le déclin. Mais pourquoi s'en prendre au derrière sarkozyste? Premier séant de France, faut-il le rappeler. Jusqu'à présent les histoire de fesse politiques avaient pourtant toujours été tenues éloignées des méandres de la compétition électorale. Du moins n'était-on jamais allé plus loin que d'évoquer la déculottée d'un candidat, sans toutefois oser se représenter l'image du dit perdant dépourvu de son caleçon.

Que penser de l'impensable? Et si...et si...Le Pen faisait, sans le dire, son coming-out? Lui qui considérait l'homosexualité comme une "une anomalie biologique et sociale?" Au revoir Nanterre, bienvenue dans le Marais? Difficile à croire...pas évident de s'imaginer le double quadragénaire faire de l'oeil de verre à des minets en slim en se dandinant sur les plus grands tubes de Georges Michael. Non mais vous imaginez, n'est-ce pas? Le Paquebot peut bien couler, tant que la croisière s'amuse. Et le vieux président et son haleine aux relents négationnistes de succomber aux enivrantes vapeurs de poppers. Il quitte les messes pour le tire-fesses. Ciao dieu, hello gode.

Ah on l'imagine, le nostalgique de l'Algérie frenchy, en cuir moulant, à ressasser ses idylles secrètes avec Pim Fortyun, xénophobe au gouda, politique également porté sur la braguette. Et leurs rendez-vous secrets à Poitiers sur la tombe de Charles Martel, leurs Saint-Valentin passées main dans la main, les yeux dans l'oeil, à insulter noirs et arabes, pas chez eux en Europe n'est-ce pas. Et de se caresser les extrémités, flattant par là même leur statut de marginaux politiques, chacun extrême en son royaume. Il n'empêche, avec un Le Pen qui défile pour la gay pride, est-ce qu'il en faudrait plus pour que la Marine se mette à oeuvrer en faveur de la légalisation de l'union gay? A voir.

Il est au final peu probable que les immigrés de Roubaix descendent à Paris et tentent une percée dans les jardins secrets du président. En attendant, Nicolas Sarkozy ferait quand même bien de surveiller ses arrières. Pris de vitesse sur sa droite, c'est la fille du borgne en lui piquant des voix virtuelles dans les sondages, qui pourrait bien en 2012, lui foutre au c**.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck