TOUS COMORIENS

Ce dont est révélateur la « blague » de Macron sur les comoriens qui fuient la misère au risque de leur vie, n’est pas forcement d'un profond racisme post colonial, accordons à notre Jupiter le bénéfice du doute, mais plutôt de son total détachement face à la réalité humaine et émotionnelle du monde.

 

C’est un aspect de la personnalité du nouveau président qu’on ne nous avait pas montré.

Dans le documentaire post-victoire du marcheur de la Cour Carrée on avait vu un Macron sympa, TRÈS sympa, talentueux sans se forcer, capable d’autodérision, aimant et compréhensif.

On n’avait pas vu par contre le Macron gros blagueur à la Le Pen, capable de trouver hilarant de faire allusion entre soi, en connivence,  à une tragédie humaine qui a coûté la vie à près de 12000 personnes en 20 ans.

Ce dont est révélateur la « blague » de Macron sur les comoriens qui fuient la misère au risque de leur vie, n’est pas forcement d'un profond racisme post colonial, accordons à notre Jupiter le bénéfice du doute, mais plutôt de son total détachement face à la réalité humaine et émotionnelle du monde.

En effet, il se montre là tel qu’il est, c’est à dire complètement détaché des implications humaines d’un monde qu’il traite comme un sujet d’examen, abstrait.  En bon premier de la classe, politique et administrative, il cherche le bon point en démontrant ses connaissances techniques sans se rendre compte, ou trop tard, qu’il va se faire taper sur les doigts par la maîtresse.

Et comment pourrait-il en être autrement vu qu’il ne saurait être affecté par ces réalités sales, lui qui en est si loin, à l’abris, dans sa tour d’ivoire de cuadra beau gosse et « winner », décomplexé de ses privilèges. Pourquoi se faire chier avec la misère des autres ?  

« Vous ne me faite pas peur avec votre T-shirt ». Cet incident est à rattacher je le crois à sa sortie face à un ouvrier en lutte pour préserver son emploi. « Le meilleur moyen de se payer un costard c’est de travailler ». Pour lui, au fond, le « travail » ce n’est pas 8 heures à l’usine. Ça c’est pour les losers.

Il ne peut pas comprendre, c’est si loin de la Rotonde, qu’on puisse devoir lutter pour payer son gaz, son électricité, sa bouffe… Non, on travaille pour se payer des « costards », un statut, une image de réussite, rêver d’être milliardaire et au final, pourquoi pas ?, Président de la République.      

Macron n’a jamais eu à vivre avec moins de 1000 €uros par mois, pigiste, chômeur, intermittent. Il n’a jamais eu à passer 10 heures debout dans un stade glacé, assis á une caisse, au volant d’un camion ou d’un Über pour 8€ de l’heure. Pour lui le « travail », c’est pas ça. 

Hollande se riait des « sans dents », les cons, ils peuvent même pas se payer le dentiste, Macron se rie des « sans costards », des puent-la-sueur en T-shirt, des comoriens qui meurent dans l’Océan Indien. Et face à tel aveuglement nous sommes tous comoriens.

Le détachement dont fait montre le président face à la réalité de la vie de million de personne est d’une indécence crasse. D’autant plus qu’il est 100% naturel, sans malice. Je le disais, je ne crois pas que ce soit par racisme que Macron se rie des comoriens, c’est par une incompréhension profonde du fait qu’il y a un monde au delà de l’élite scolaire, administrative, financière et politique. Loin de l’abris de l’opulence des places héritées.

L’excuse du « travail » est là la même que celle de Fillon qui se paye une bouteille à 130 000 €uros à Monaco. La défense de Copé relève de la même indécence : un ex premier ministre qui a « travaillé » toute se vie peut bien se permettre de faire « la fête ».

Mais qui sont ces gens ??? 130 000 €uros !!! 10 ans de travail, réel celui-là, d’un travailleur français moyen, éclusé en une soirée de « fête ». Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent de la galette !!!

Macron le jupitérien,  notre Roi Soleil, monarque absolu de la 5eme République décadente, est inaccessible aux basses réalités du bas peuple. Espérons un rapide retour de bâton du réel.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.