questions
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2012

Insondable superficialité des sondages

S'attacher à commenter des sondages est une activité superficielle. Qu'est ce qu'un sondage pour une présidentielle ? Sur le fond, une officine auto-proclamée affirme qu'environ mille clampins interrogés par quelques uns de ses employés ont répondu à un questionnaire relatif à leurs préférences pour tel ou tel candidat.

questions
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

S'attacher à commenter des sondages est une activité superficielle. Qu'est ce qu'un sondage pour une présidentielle ? Sur le fond, une officine auto-proclamée affirme qu'environ mille clampins interrogés par quelques uns de ses employés ont répondu à un questionnaire relatif à leurs préférences pour tel ou tel candidat.Cette officine affirme que ces clampins correspondent à un échantillon représentatif des quarante millions de personnes qui vont s'exprimer par leur vote dans quelques mois. Juré promis sur la bonne fois des propriétaires de l'officine, garanti par les règles de déontologie les plus crédibles et scientifiques, cet échantillon est des plus sûr de chez Monsieur Sûr, en effet, on emploie la « méthode des quotas ». Cette méthode est ultra-scientifique. La preuve... Quelle preuve ? Ah oui, Le Pen au second tour en 2002, on le savait... mais on l'a pas dit... Les sondages pour la primaire socialiste.. Ben, on avait pas de base... Pourquoi ne pas les croire ? Après tout les politiques et les scientifiques ont bien voulu croire aux affirmations de l'Afssaps sur l'affaire du Médiator, des prothèses PIP, et de quelques autres poisons qualifiés de remèdes, voire de panacée...  Ainsi, sérieusement, en soi, un sondage n'est rien, mais rien du tout. Ce qui est monstrueux, c'est la valeur de découverte scientifique qu'il revêt auprès d'une presse qui s'en empare et le régurgite, sans exprimer aucun doute sur la validité de ce rien auprès des quarante millions de personnes qui vont voter et qui leur dit : « voyons, voyons, voilà ce que vous pensez et ce que vous devez penser ».

Et ainsi, dans cette horrible moulinette, s'écrase la démocratie. A quoi ça sert que Monsieur Edwy Plenel et ses journalistes, le Canard Enchaîné et ses dossiers, se décarcassent sur l'affaire Bettencourt et ses implications mafieuses, l'affaire de Karachi et les financements de la campagne Balladur, les relations douteuses du secrétaire général de l'UMP avec un intermédiaire tout aussi douteux impliqué dans des trafics d'armes ? A quoi sert de montrer les dérives autoritaires et racistes d'une république désignée, autrefois, comme un phare de la démocratie et de la liberté ( le pays des droits de l'Homme) ? Semaine après semaine, rien après rien, ces motifs d'indignation se diluent dans l'eau de sondages qui accréditent l'idée que les candidats sont interchangeables. Oui, pourquoi pas au second tour, une Le Pen contre Hollande ou Sarkozy or Bayrou ? La droite ou l'extrême-droite, ou la gauche au pouvoir c'est un peu la même chose n'est-ce pas ?   

Ainsi, tout ce travail d'information sur les dérives de notre société, la nécessaire sanction d'un vote peuvent s'effacer devant la succession de sondages qui peu à peu orientent le vote des gens par simple élimination des tendances qui ne sont pas majoritaires. A quoi bon voter pour un candidat qui n'a, de toute façon, pas de chance d'être élu ?

Les sondages sont un piège mais, il appartient à un homme d'Etat de les déjouer. On a beaucoup glosé en 2002 sur Chevènement et Taubira qui auraient « volés » la victoire à Jospin. Je l'ai longtemps pensé aussi. Mais, après tout, il ne tenait qu'à Jospin d'avoir eu un vrai programme et une « presidentiable attitude ». Cela se produit pour Hollande aujourd'hui. Il tombe dans piège du « grignotage sondagier » car, s'il a des convictions, il les cache bien.

En 1981, François Mitterrand était l'homme d'une idée, contestable ou non, celle du programme commun. En 1988, malgré des failles évidentes, il a bénéficié de l'inconstance de son opposant qui a bien compris la leçon en 1995 et est devenu l'homme de la « fracture sociale ». En 2002, Jospin faute d'avoir été l'homme de quelque chose (malgré un bilan remarquable) a connu le destin que l'on sait. En 2007, Sarkozy a été l'homme d'une idée d'une bêtise crasse, anti-économique, superficielle au possible, d'une c..rie sans nom, le « travailler plus pour gagner plus » qui n'a pas résisté à l'épreuve des faits. Mais, il a été l'homme de cette idée...  Hollande incarne-t-il quelque chose ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Traitements contre le Covid-19 : précipitation et prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.