questions
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2012

Voir les sondages 2012 à la lumière de ceux de 2002

questions
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paradoxalement, pour aborder cette campagne présidentielle 2012, ce sont les sondages de la campagne 2002, que les médias s’empressent d’oublier, qui sont les plus instructifs. Ayons la cruauté (pour la fierté de ces officines de propagande appelées « instituts de sondage ») de les rappeler. En effet, en 2002, tous annonçaient Chirac entre 21% et 18% (résultat 19,88), Jospin entre 17 et 19% ( résultat 16,18) et surtout, l’extrême droite lepienne comprise dans une fourchette de…. 12 et 14,5% (RESULTAT 16,86).

Si je mentionne ces chiffres ce n’est pas simplement pour rappeler que des boutiques essaient de manipuler l’opinion bien qu’une piqûre de rappel ne fasse de mal à personne. Non, mon propos n’est pas là. L’objet est de questionner la séquence soutenue de nouveaux sondages qui, tous, placent sans sourciller Sarkozy devant l’extrême droite lepienne  à près de 23 ou 24%. Ce classement, à la lecture des sondages  des derniers jours du 1er tour de 2002 est très très très étonnant.

En effet, à l’époque, les électeurs comme le montrent les résultats étaient loin d’être enthousiasmés par Chirac… Mais, ce dernier sortait de l’hibernation constituée par la confiscation légitime du pouvoir par Jospin à la suite de la période de cohabitation de 1997, et apparaissait relativement épargné par les décisions prises par la gauche. Ce faisant, malgré une mauvaise campagne, il ne faisait pas l’objet du rejet quasi viscéral que suscite aujourd’hui Sarkozy par une bonne partie de l’opinion qui l’a soutenu en 2007. Or, en janvier 2012, l’extrême droite est créditée par les sondages de 21% (IFOP), nous avons un Bayrou qui semble remonter à 13%(IFOP) et Sarkozy à 23. Ma question est très simple…  Comment expliquer que malgré ce rejet de la part de ses anciens électeurs qui, vraisemblablement, alimentent en grande partie les 21% de l’extrême droite, et dans une moindre part ceux de Bayrou (mais cela existe), Nicolas Sarkozy semble crédité d’un score supérieur à celui d’un Chirac en 2002 ?

Pour ma part, j’ai la faiblesse de croire que de « vrais » sondages existent qui remontent de la DCRI, que ceux-ci sont catastrophiques pour l’Elysée, que c’est panique à bord. Si, on accepte mon hypothèse on comprend mieux qu’il ait été demandé à Guéant de creuser encore plus profond le sillon xénophobe et raciste qui a alimenté la campagne de 2007 et le quinquennat, ainsi que la volonté de ce dernier de se constituer un petit fief de député « au cas où… » il ne serait plus ministre ou conseiller en 2012. Cela explique encore le soutien type « corde du pendu » de la part des ministres (excepté certains d'entre eux bien connus et recasables nulle part hors de la Sarkozye), du recentrage des députés  de droite sur leur circonscription (« sauvons les meubles »). Nous ne sommes pas à l'abri de bien des  surprises. Et si l'opinion de droite, voyant que c'est foutu pour Sarkozy, basculait pour "Bayrou"? Après tout, Giscard en 1974 avait été élu un peu de cette façon face aux  gaullistes  UDR marqués  par le SAC, la censure, les affaires bien crapauteuses de l'immobilier gaulliste  (cela ne vous rappelle rien Aranda?).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B