questions
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2014

La faute du Parti Socialiste

En fait, parler de « faute" laisserait entendre qu’il n’y en a qu’une alors que depuis l'élection de Hollande, celui-ci en a commis au moins deux majeures. La première, paradoxalement est la moins grave car il s’agit d’une faute économique stratégique. La deuxième est une faute morale car elle a accepté sans réserve le discours de l’extrême droite.  

questions
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En fait, parler de « faute" laisserait entendre qu’il n’y en a qu’une alors que depuis l'élection de Hollande, celui-ci en a commis au moins deux majeures. La première, paradoxalement est la moins grave car il s’agit d’une faute économique stratégique. La deuxième est une faute morale car elle a accepté sans réserve le discours de l’extrême droite.  

Concernant la première, sans être sociologue averti, tout le monde sait que l’électorat du PS était constitué de fonctionnaires, de cadres moyens, d’étudiants, d’employés et de retraités là aussi cadres moyens ou issus de la fonction publique. Peu d’ouvriers, de cadres supérieurs ou de patrons. Par région, ses bastions se trouvaient plutôt dans l’Ouest, dans le Nord, le Centre et la région parisienne et du côté de Marseille et du Languedoc. Une implantation qui était ancienne et forte. On sait aussi que depuis sa fondation il est traversé par deux courants principaux et irréconciliables, la tendance plutôt sociale assez favorable aux nationalisations, à une forte présence de l’Etat,et donc peu atlantiste, et à une démocratie plutôt directe, opposée à une tendance libérale tour à tour incarnée par Rocard, Fabius et DSK. C’était un peu le Yin et le Yang du PS, une sorte de marche sur deux jambes. L’arrivé de Hollande a conduit à un déséquilibre en faveur du libéralisme et del’atlantisme sans aucun arbitrage. En fait, cette situation a été possible car la partie libérale s’est comportée vis-à-vis de son aile gauche comme elle s’est comportée vis-à-vis des communistes, du Front de gauche et des verts. Elle a appliquée la technique du bulldozer en refusant, non le dialogue, mais tout compromis dans la mise en place de son programme. La « gauche plurielle » de Jospin avait tenu compte des contradictions de la gauche hors du PS, mais aussi au sein du PS. L’arrivée du couple maléfique Hollande-Ayrault a conduit à ridiculiser EELV qui n’avaient pas besoin d’eux pour cela, à rendre impossible toute discussion avec Mélenchon (même s’il y a mis du sien). Avec le pacte dit de « responsabilité » acquis par le MEDEF sans coup férir, avec l’absence d’une véritable politique fiscale, avec la faiblesse de la loi sur le logement (qui ne résoudra rien), le refus de la remise en cause de la loi LRU au sein des universités, le gel des retraites complémentaires, le gel du traitement des fonctionnaires, l’alourdissement de la fiscalité des classes moyennes, Hollande-Ayrault se sont employés méthodiquement, avec un sentiment autistique d’impunité, à écarter l’une après l’autre leur électorat. Cet abandon est réalisé sans pour autant acquérir une seule voix du camp d’en face qui dispose déjà de partis et de structures pour le représenter.

La deuxième faute est une faute morale. En effet, on parle de la dédiabolisation de l’extrême droite. En fait, le diable est le diable et la légitimation du parti d’extrême droite permet à ses électeurs de se dédiaboliser (et non l’inverse). Il autorise à la part d’ombre de ceux qui y succombent de s’exprimer avec la bénédiction des médias et d’un parti socialiste qui embraie sur la discrimination en faisant des roms, victimes dans leurs pays d’origine, les responsables de la violence urbaine. Mais là encore, les rodomontades du ministre de l’intérieur, si elles lui assurent une célébrité dans les rangs de la droite, expriment la trahison fondamentale des valeurs de la gauche qui reposent sur la fraternité des opprimés partout dans le monde. Elles traduisent la faiblesse de la réflexion des socialistes. Certes, on ne peut accueillir toute la misère du monde comme disait le libéral (tiens, tiens) Rocard, mais notre vocation n’est pas de l’expulser en détruisant des camps. Je sais que la question est plus complexe que cela, mais les méthodes du ministre de l’intérieur sont similaires à celles de ses prédécesseurs immédiats. Agissant ainsi, on s’évite de regarder sur les faillites des politiques des villes successives, du déclin de la mixité sociale, de la faillite constatée internationalement du système éducatif français.  Là encore, le résultat escompté est déplorable. La gauche ne recueillera aucune voix en empruntant (sans le dire) le discours d’extrême droite.

Dans les deux cas, le parti socialiste s'est coupé de sa base électorale sans provoquer un phénomène de vases communiquant. Il se vide de son électorat comme un corps blessé se vide de son sang.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire : le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé