Retour vers le futur...

Revenir sur la philosophie politique de J-L Mélenchon... celle d'avant le 25 août 2018.

Retour vers le futur...

Jean-Luc Mélenchon: «L’Europe est engagée dans une catastrophe»

J'ai un peu de temps, je vais lire l'interview…

C'est fait...

Alerte rouge... grave, très très grave... sa patho(s)logie... c'est bien pire que ce que j'imaginais… stupeur et consternation… 

"L'oxymore" est complètement à côté des ses pompes... et des nôtres...

C'est du Asselineau... digne d'un "petit candidat"...  C'est "Bienvenue chez les Astrapiens !" pour les 7-11 ans... au max...  et pour les moins critiques...

Si vous ne me croyez pas : Faites l'effort... c'est dur mais ça vaut le coup !... Surtout si vous n'aviez que des doutes sur le sérieux de nos institutions...

C'est la première fois que je lis du Mélenchon dans le texte : franchement, ça fout les jetons...

Après son délire, J'APPELLE SOLENNELLEMENT FI  à un "dégagisme" en douceur… de l'intéressé… il ne s'agirait pas de nous le contrarier !... Peut être une piste à la fin...

L'incipit est déjà terrible… ça commence mal…

"Il entend constituer une force mondialisée qui pourrait rivaliser avec le néolibéralisme."

C'est déjà franchement alarmant...

Aucun journaliste ne peut écrire ça sans rire, un aliéniste oui, un journaliste non !...

"en compagnie de camarades" Les Camarades apprécieront sans doute l'emprunt… porteur de sens… mais au PC.

"Il est revenu longuement sur sa stratégie de co-construction d’une force mondialisée pour tenir tête à un libéralisme qu’il juge mortifère" Il "co-construit" il ne "constitue" plus… c'est déjà mieux… On ne peut qu'être ravi de ses considérations concernant le "libéralisme" digne d'un Hollande et de son rapport à la finance… jusque là rien à dire… sur le plan discursif… on est de "gauche" pas de problème… rien à voir avec un Valls qui "aime l'entreprise"…

"En Europe, aujourd’hui, la vermine est partout." Ce genre de "sortie" est digne de Maurras. La "vermine" c'est quand même un peu datée… en plus d'être assez relatif...

Après ça devient, presque intéressant… l'enchainement sur Le Pen nous informe sur la nature de la "vermine"... 21.89 % des "veautants"... rien qu'en Franceon est déjà sur de la grosse extermination… "sur certains points, Macron lui courent derrière." là par contre on est sur de la quasi-caresse, on est que "sur certains points" tout n'est donc pas perdu… en terme de solidarité socialiste... de "pragmatisme" de "gauche"... sait-on jamais... un "maroquin", mais attention, "social"... en toute fin de vie...

"la politique socialement destructrice des libéraux" Retour au mode discursif socialiste de "gauche" Ouf !

"la vocation des êtres humains à s’intégrer harmonieusement dans la société par l’égalité, et avec la nature et les animaux par l’écologie."

En fait, ce qu'il veut Coucou 1er c'est rien de moins que le paradis terrestre… 

C'est par ce genre de "revendications" incantatoires, quasi "scientologiques", qu'il devient évident d'admettre qu'il a vraiment définitivement pété les plombs... sa patho(s)logie associée à son incompétence économique notoire ont eu raison de lui !...

Il est clairement "aware"... rien de gênant en soi... mais avec un groupe à l'Assemblée Nationale, le doute s'installe quant à la pertinence démocratique de nos institutions... surtout avec, ajoutée, la montée du FN...

Notons au passage la gentille gratouille aux écolos… un peu couillons… les mignons, ceux du "power flower" question de génération... pas ceux qui arraisonnent… en même temps c'est normal, au moment du "Rainbow Warrior" il était dans le bateau... le bon !...

 "La gauche, en France, s’est suicidée."    "Petit" et récurrent problème de vocabulaire… Ne pas confondre les ventres mous de la "gauche" avec la gauche… Pourtant Pétain lui-même ne s'y est pas laissé prendre... et Macron non plus... Merci !...

Mais bon ! La confusion est possible… voire même souhaitable… l'assimilation forcenée est même d'ailleurs fortement recommandée à quiconque aurait un fort besoin de légitimité ainsi qu'à ceux qui ont un constant besoin de se refaire une virginité sur le dos de la gauche, par exemple pour "un révolutionnaire mitterrandien" un oxymore donc... Un coucou, grand format, Coucou 1er donc...

"…je me souviens de l’imagination, de l’inventivité, de l’enracinement du parti communiste italien." Et hop ! On en remet une petite couche sur le mode nostalgie "gauche"/gauche même combat !... Ma parole ! Y va nous chanter "Bella Ciao"... Même "petit" problème, en encore plus tordu, que ci-dessus…

"Notre adversaire n’est pas seulement idéologique, mais anthropologique, sociologique." Putain de "vermine" !... Protéiforme en plus… et venimeuse… par surcroît "le libéralisme a diffusé le venin de la fin des solidarités".   Désolé, mais ça c'est plutôt le crédit à la consommation…

On nous sert du "libéralisme" assez ressemblant mais pas assimilable entièrement au "capitalisme marchand" un peu trop connoté marxiste-léniniste un peu trop bon teint, se démarquer mais en restant discursivement proche… ça me dit quelque chose ça… "stratégiquement "socialistement" parlant"...

"la civilisation humaine menacée de disparition"   Heu !... Où ça ?... En occident… parce qu'en Asie ça me parait aller pas mal en terme de "civilisation humaine" à moins de ne s'intéresser qu'aux "mâles blancs"…

"Le nôtre [pays] allumerait un brasier mondial."  Carrément… le Français avec "un couteau entre les dents"… et l'allumette à la main... là on est dans la fantasmagorie révolutionnaire façon "Tintin et la prise de la Bastille"… en tous cas pas chez "les gens"… avec toutefois le petit réflexe socialiste, le principe de réalité pragmatique : "la société qui nous intéresse, les fameux « 99 % », n’est pas une masse homogène."  Térébrant !...

L'avant-garde en pantoufles guidant le peuple, déchainé le petit pépère du peuple et un tantinet belliqueux... c'est son côté Johnny... "Allumer le feu"...

STUPEUR !... Un vrai moment carrément GÉ-NI-AL... avec ce :

"Que voulez-vous dire ?"    Bonne question… sobre, posée, on imagine, sans rire… question de self control… Chapeau la maîtrise !... Ça n'a pas du être facile, facile...

"sans conflictualité, pas de conscience."   Est-ce du Jean-claude Van damme ou du pur Mélenchon… c'est à s'y tromper ?

Si je balance doctement "sans conscience, pas de conflictualité" ça marche aussi... et là du coup, dialectiquement, on est presque marxiste... C'est qu'il a lu le bougre, vite, trop et mal, comme il n'a pas la grille, forcement, ça se mélange et nous vaut ce "Belle Marquise..." d'anthologie !.. Ah, Molière !... Le petit côté théâtreux de Coucou 1er  m'avait échappé... théâtreux pas théâtral... celui la n'échappe à personne...

" ne pas oublier ou repousser les classes moyennes supérieures « sachantes ». Or celles-ci ont horreur des décibels…" "les ingénieurs, les architectes, les professeurs." "ces « petits bourgeois gentilshommes »" en raison d'un "besoin d’eux" seront épargnés par la vindicte populaire… On respire !... Il a du lire les "stats" du lectorat de MDPT avant de venir...

La question reste posée : quid des journalistes et autres intellectuels aussi déviants qu'inutiles ?… (Surtout ne pas poser la question... vous nous l'énerveriez...) On note au passage l'évolution depuis 68, les simples "petits bourgeois" sont devenus "gentilshommes"… encore un "dérapage" moliéresque sans doute… Re-gratouille aux écolos mais en moins couillons donc, ceux de la "transition écologique" qu'il fallait bien placer quelque part.

On passe sur l'épisode Tsipras… c'est trop triste, trop "réel"…

"la gauche radicale, comme on nous appelle parfois – mais je n’aime pas ce mot."   Allez allez !... Pas de fausse pudeur... on y croit pas !... Quelle aubaine ! "Gauche radicale"... pour un "révolutionnaire mitterrandien" voyons, ça ne se refuse pas !...

Mais qui donc pourrait, à ce point, confondre gauche et conosphère de la "gauche" simplette et ainsi autant se méprendre ?... A part le FN par reflexe et le jeune patronat français par ignorance, je ne vois pas... surement pas un cheminot cégétiste en tous cas ?...

Ou bien alors n'est-ce qu'une "habileté" rhétorique, une manière d'antiphrase pour exprimer un désir soi disant auto-contesté d'une qualification jugée valorisante, allez savoir ce que peut "produire" le cerveau malade d'un manipulateur pervers et déjanté de ce calibre ?

"Aujourd’hui, la moitié du commerce extérieur de l’Allemagne se fait avec la Chine." et donc… plus d'interdépendance… C'est quoi l'idée ?… Y aurait pas quelques petites importations allemandes dès fois… qui seraient aussi un peu chinoises donc… et un peu sous TVA aussi… (la France est le deuxième partenaire de l’Allemagne… +- € 15 mds de déficit… seulement € 30 mds avec la Chine... Cherchez l'erreur et les "transitaires" !)

"l’effondrement moral de l’Union européenne"  encore du Maurras, ça devient louche...

"Cet effondrement moral est au moins aussi important que la dislocation économique et l’écroulement de l’idée d’une Europe de la paix." Tan Tan Tan à la Renaud ! Dramaturgie !... Message aux (arrières) grands-mères et grands-pères, faut rien négliger… la guerre est à nos portes…

Le mot "euro" n'est jamais prononcé...  il se méfie c'est clair... Pourtant, entre les conséquences d'un allégué "effondrement moral" et une "dislocation économique", imminente certes, mais ni "financière", ni "monétaire"... à choisir, il pourrait paraitre indispensable de rappeler les positions tenues, le 1/1/2002... par ceux qui sont les premiers responsables... du double attentat économique et politique constitué par l'égalisation décrétée des pouvoirs d'achat, entre Grecs, Portugais, Espagnols... et Allemands... LE préalable à la constitution du "grand marché européen" fantasmé, politiquement opportunément débarrassé des "bruits" des disparités de change monétaires... qui marquaient précisément les différences réelles des "niveaux de vie"... évidemment et dès l'origine de ce pari, aussi fou qu'imbécile, mais aux conséquences "mécaniques" tellement  facilement prévisibles. On pourrait d'ailleurs dire à cet égard que si les américains ont pu être "surpris" par les subprimes, les européens ne pourront pas alléguer autre chose que leur pitoyable incompétence économique, très bientôt...

Au fait, il était où, il a dit quoi, il a fait quoi le "visionnaire" Coucou 1er. ... le 01/01/2002 ?...

J'ai pas le souvenir de l'avoir vu debout et entendu dire : théoriquement ET pratiquement, même pas pensable en terme d'économie, même pas politique... la gogo-zone euro...

En fait y pieutait déjà et depuis longtemps avec ses potes socialistes...  bien tranquille... et bien couché devant le capitalisme mondialisé... bien de "gauche" donc...

Du coup, si on comprend mieux qu'il reste sur le terrain "moral" et pourquoi il ne fait pas le lien déterminant entre création de l'euro et faillite économique annoncée de l'Europe... on comprend moins bien ce qui l'autorise à donner des leçons de quoi que ce soit... à qui que ce soit !...

"Je vous renvoie à la minute de silence"  Bon !... Quand c'est de bouées, et de sauvetages, dont les migrants ont besoin… les symboles c'est quand même un peu limite… "Les frontières sont, dans mon esprit, des points d’appui pour notre projet" "je veux dire tout aussi clairement que je n’ai jamais été pour la liberté d’installation"

"Il y a beaucoup de personnes à régulariser. Notamment les salariés sans papiers. Et ceux qui relèvent du droit d’asile. Et les réfugiés économiques des guerres et des politiques commerciales de l’Union européenne." On n'est pas un paradoxe près décidément… et pas loin du pur foutage de gueule non plus… "pas nous faire dire que si l’on accepte un bateau, il faut accepter tout le monde." Pas besoin en fait...

"À plus long terme, vous visez aussi la construction d’un « club mondial »"… perfides ces journalistes...

Pourquoi pas maintenant, là, tout de suite ? … Il en serait président ipso facto… très occupé… à plein temps… loin... exporté en quelque sorte...

Ainsi "Coucou 1er" alias "le petit pépère du peuple" alias "le révolutionnaire mitterrandien" alias "l'oxymo rose" alias "le manipulateur pervers" pourrait continuer, sans se soigner, à se prendre pour Napoléon surtout et Jaurès/Hugo/Zola aussi... mais pas Robespierre et Saint-Just, non, la place est déjà prise et plutôt bien tenue.

Merci de laisser la Montagne aux "Montagnards", contentez vous des mornes plaines girondines, c'est déjà trop pour la "sous-gauche" allumée...

Alors... tranquille !... La, la...

Maintenant, on laisse parler "les gens" : "…le problème, c’est le leadership, même si on a les mêmes idées, Mélenchon, c’est pas possible." (Propos d'un manifestant du 26/5/18... rapporté par Mediapart).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.