Pour une vision primitive du capitalisme occidental…

Economistes, devenons primitifs… c'est urgent !...

 

Pour une vision primitive du capitalisme occidental…

Économistes, devenons "primitifs"… c'est urgent !... Parce que "les atterrés" sont un peu... courts au niveau analyse et solutions.

La France en 2018 est celle de tous les records… "Selon les données de la Douane pour 2018, le déficit commercial a atteint 59,9 milliards d’euros, soit le plus mauvais chiffre depuis 2013. Le dernier excédent commercial annuel remonte à 2002".

Mais qui bénéficie de notre déficit ?... de € 60 Mds 2018…

La Chine, principalement… (€ 30 Mds)… et notre grand partenaire européen : l'Allemagne (€ 17 Mds).

Quand comprendrons-nous que la "réussite" allemande consiste principalement dans "l'exportation d'importations chinoises"… de finis ET de semi-finis incorporés massivement dans un tissu pseudo industriel artificiellement maintenu, légitimant un blanchiment éhonté et surtout… quand pourra-t-on chiffrer le phénomène : la "part chinoise" de nos importations européennes, allemandes principalement ?

Notre principal partenaire commercial européen inonde le marché de pseudo exportations, il est en Europe le transitaire numéro un de la Chine.

Quand admettrons-nous que le capitalisme occidental est remorqué par le capitalisme chinois ?

Le capitalisme occidental exploite le facteur travail chinois en lieu et place du facteur travail occidental… c'est LA cause UNIQUE de la désertification industrielle ET de l'envolée du crédit hors sol (sans liens avec la solvabilité et la capacité d'engagement des opérateurs économiques : ménages, entreprises et… états) censée pallier la casse sociale conséquente.

Le but du jeu : maintenir coûte que coûte la solvabilité du marché européen mais plus généralement occidental, ultra paupérisé : les miettes de la rémunération du facteur travail ne sont plus ni nécessaires ni plus distribuées en occident ce qui interdit sa solvabilité pérenne.

Ça "le marché" ET la "finance" le flairent... Accumuler, mais quoi... combien surtout... quelle valeur ? Leurs doigts ne sont pas loin du bouton...

Concernant les artefacts industriels… leur part directe et indirecte dans l'économie mondiale est de l'ordre de 80 % : c'est le cœur du problème.

Observons le tableau ci-après (INSEE 2017)… observons le bien… il permet de comprendre principalement deux ou trois choses très… "primitives"…

evo-ebe

A- La ligne rouge… celle du milieu… l'excédent brut d'exploitation (EBE)* c'est après imputation de la masse salariale… c'est ce dont l'entreprise dispose… AVANT de déterminer le "profit"… taxable… Où est la dégradation significative ?...

B- La ligne verte… celle d'en haut… La capacité d'autofinancement (CAF) correspond à la différence entre les produits encaissables et les charges décaissables… le cash-flow est la source principale de formation du "profit" capitaliste… et il est… au top…

Ces données "primitives" témoignent de… l'excellente santé de nos entreprises… fantômes… et de la baisse en terme relatif de la rémunération du facteur travail au "profit" de la marge commerciale dite "financière"...

La formidable arnaque de l'ENA et du MEDEF réunis : faire croire que la compétitivité est un enjeu quand, en valeur relative, le taux de marge augmente… continûment… et spectaculairement : le bébé est là... et il va très bien... merci !

Ce tableau dit tout… la masse salariale baisse en valeur relative quand LA SOURCE de "profit", elle, augmente… significativement… la capacité des entreprises à "s'autofinancer" sans aucune aide de quiconque n'a jamais été aussi florissante…

Que nous enseigne-t-il ?…

D'abord et avant toute chose que la "valeur ajoutée" celle qui normalement, classiquement est engendrée par la combinaison du facteur travail et du facteur capital a vécu… les entreprises ne FONT plus de profit… elles engrangent des marges… commerciales… "financières" qu'elles soient pseudo industrielles en incorporant des semi-finis chinois principalement ET en "labellisant" national (Allemand principalement : c'est le meilleur élève en Europe, le meilleur acheteur... l'empereur du joint-venture chinois ET le meilleur vendeur) ou purement commercial…

Le cœur de la mutation du capitalisme occidental ici français, c'est cette substitution de la marge au profit.

C'est ça "l'entreprise sans usine" : du cynisme bien compris quand le sous-traitant s'appelle la Chine.

En exploitant le travail chinois ET le consommateur occidental, le résultat, visible ici, irréfragable : les entreprises sont devenues fantômes… elles se dispensent de distribuer les miettes de la rémunération du facteur travail… en occident ET n'ont aucunement besoin… d'investir…

Sauf à croire, un peu naïvement quand même, à la responsabilité morale des opérateurs capitalistes à l'égard des travailleurs/consommateurs, il est permis de se demander pourquoi ils persisteraient à produire en occident à des coûts élevés dans des usines chères ce qu'ils peuvent tout simplement acheter en Chine et revendre en occident en dégageant des marges supérieures à un profit "classique" ?...

Ensuite… que la compétitivité est une tartarinade… commode qui effectivement permet de maintenir les peuples occidentaux dans l'illusion anxiogène de leur culpabilité sur fond de croissance salvatrice… alors que compétitivité ET croissance ont tout simplement… disparu… En occident : ce n'est plus le problème… l'avenir de l'occident c'est le consumérisme sur un marché vassalisé point-barre.

Enfin, qu'il faut taper là où ça fait mal… il ne s'agit plus de taxer les "profits" mais la marge… la "capacité d'autofinancement" (la ligne verte…) sert essentiellement à investir… dans la publicité… et le bonheur des actionnaires...

Soyons des "économistes primitifs" !... Taxons l'EBE au lieu de regarder ailleurs…

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

*EBE : L'Excédent Brut d'Exploitation (EBE) est le lieu comptable et économique, l'agrégat en fait, où se concentre la marge réalisée par les entreprises capitalistes commerciales et pseudo industrielles qui, devenues de simples transitaires de productions chinoises principalement, dans tout l'occident, importent désormais et quasi exclusivement des artefacts (finis et semi-finis) qu'elles blanchissent sous labels nationaux et revendent directement, ou indirectement sous forme de pseudo exportations, Allemagne en tête, aux consommateurs occidentaux (mais pas que...), tels quels ou après simple assemblage, sans plus rien produire d'autre que casse sociale et désertification en occident... et surtout pas de "valeur ajoutée".

Valeur et croissance ne sont plus liées à la production mais dépendent quasi exclusivement du marché consumériste.

L'avenir économique de l'occident c'est le consumérisme sur un marché vassalisé. Il est certes permis de le déplorer... mais il faut l'admettre, l'admettre et s'adapter parce que pour l'heure il n'existe pas d'alternative opérationnelle crédible.

J'ignore tout de celui qui, un temps (dans les premiers mois du regrettable quinquennat de F. Hollande) préconisât la taxation de l'EBE mais une chose est sûre l'érection d'une statue à cet "économiste inconnu" est une nécessité historique tant sont rares ceux qui savent quoi faire.

Hélas ! Comme manifestement il n'aimait pas l'entreprise... fantôme, cet hérétique visionnaire, assurément galliléo-copernicien, fut promptement jeté aux oubliettes... par nos énarques avec, soyons-en sûrs, un "Ouf !" lobbyisé des "médefiens" réunis, solidaires et... soulagés de ne pas l'être !...

Incidemment, il serait peut être également intéressant de considérer le dépôt des marges d'amont occidentales en Chine, à Hongkong, chez la très anglaise HSBC... dont il faut constamment rappeler que... si c'était un pays... ce serait la cinquième puissance mondiale...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.