J'y pense seulement

Mais je ne suis peut-être pas le premier : à l’UMP, y peuvent plus s’appeler «UMP», vu qu’ils n’ont plus de président ni de majorité. Je leur propose, pour leur éviter des frais d’imprimerie, « Union de la minorité pestilentielle ».

N’importe comment, tant que la vie politique sera monopolisée par la droite (l’UMP) et la droite (le PS), les mauvaises odeurs persisteront. Ce qu’il faudrait, c’est aérer en ouvrant la fenêtre au FdG et à la 6e République.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.