Le vertige d' "Avec les compliments du Guide" d'Arfi et Laske (Fayard - 2017)

Pour la garder quelque part en dehors des réseaux sociaux, je reprends ici la recommandation de lecture partagée avec mes ami.e.s sur ma page facebook le jour de la garde à vue de Sakozy le 20 mars 2018. Les réactions à ce billet démontrent que beaucoup de femmes et d'hommes sont absolument lucides sur l'état de dégradation mortifère de la Vème.

Pour tout comprendre de la garde à vue de Sarkozy, un livre à dévorer.

Je te recommande plus que vivement « Avec les compliments du Guide » de Fabrice Arfi et Karl Laske.

Pour notre culture, notre esprit critique, nos connaissances autant que pour le divertissement que procure ce livre haletant.

"Avec les compliments du Guide" de Fabrice Arfi et Karl Laske Fayard © Quitterie "Avec les compliments du Guide" de Fabrice Arfi et Karl Laske Fayard © Quitterie

Si la série Baron Noir est basée sur des faits réels notamment commis par des membres du Parti socialiste, les pratiques décrites y sont particulièrement crédibles, en ce qui concerne l’enquête impressionnante sur la Libye est, elle, tout à fait réelle, en cours (arrestation d’Alexandre Djouhri à Londres), et GAV Sarko ce matin, les principaux concernés pas encore jugés.
Le livre est fouillé, sourcé, passionnant, flippant.

Vertigineux.

J’aime suivre ces investigations là. Depuis longtemps.
Clearstream 1 et 2 avec Denis Robert, les frégates de Taïwan, parce que mon grand-père travaillait chez Thomson et que j’ai essayé de comprendre ce qu’il est arrivé à son époque, puis Karachi, puis la Libye.

C’est une chose que de lire des articles dans la presse une fois de temps en temps (sur Mediapart ou autre), c’en est une autre que de tout mettre bout à bout.

Ce livre est un puzzle.

L’image de plus en plus nette, qui devient globale provoque une immense sidération.

C’est un peu bête de dire cela, car en fait, je le savais, on le savait. Mais c’est moins fort quand on lit les articles les uns après les autres, je ne sais pas, la corruption en politique c’est comme un ébouillantement, petit à petit, ça chauffe, mais à la fin la démocratie est morte, on ne s’en est même presque pas rendu compte.

Alors que la CNCCFP fait suer les petits candidats citoyens, alors qu’ils n’ont ni fonds, ni collaborateurs, ni financement public, les mailles des règles de financement de la vie politique semblent complètement trouées pour les grands partis politiques, qui rappelons-le, sont des intérêts PRIVES.

- Financer son action politique par une puissance étrangère.
- Vendre les intérêts de son pays (et son honneur) à un pays étranger pour en retirer un bénéfice personnel.
paradis fiscaux
- intimidation, menaces
- utilisation des moyens de la république pour son bénéfice personnel

Il me paraît impossible de construire une démocratie dans ce contexte de corruption généralisée. Tant que ces pratiques de voyous sont encore la norme, on n’y arrivera pas.

Quand je pense à la loi fakenews, qu’on accuse les gens d’être perméables au complotisme, alors que la guerre en Irak a été déclenchée sur des mensonges, que la guerre en Libye serait dans le même cas....

La prime aux plus mafieux est encore trop forte.

Honte sur vous Sarkozy, Guéant, Villepin, Hortefeux, Chirac, Gaubert, Woerth… Honte à vous, qui tolérez en silence en oeuvrant pour eux, avec eux, ces pratiques.

Autant de la part de la mafia du 92, il n’y a aucune surprise, autant on aurait pu espérer mieux, du côté de Villepin, même si pour avoir servi Chirac, ça relevait de l’impossible.
On n’est jamais déçu par la politique française...

Quelle honte.

Bizarre aussi de voir cité à plusieurs reprises le nom de Philippe Bohn que j’avais croisé plusieurs fois au siège de l’UDF pendant la campagne 2006-2007.

 

Billet publié ici au départ, les commentaires des femmes et des hommes que je connais sont encourageants quant à la circulation de l'information et démontre une belle conscience citoyenne !  https://www.facebook.com/quitterie2/posts/10156434564481019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.